À la frontière ukrainienne, les Russes sont contre la guerre

Réservé aux abonnés

Par Julian Colling

Publié , Mis à jour

Située sur la frontière, la ville russe de Donetsk, qui porte le même nom que la grande cité ukrainienne voisine, frappe par son apparence grise et le mauvais état de ses infrastructures. Julian Colling

REPORTAGE – Dans le Donbass russe, la population rejette massivement l’idée d’un nouveau conflit ouvert avec les «frères» ukrainiens.

Envoyé spécial à Rostov

C’est un fait méconnu mais, en Russie aussi, il y a un Donetsk. Du même nom que la grande cité ukrainienne non loin, cette Donetsk russe (40.000 habitants) est posée sur la frontière entre les deux pays, voisine de la «République populaire» sécessionniste de Lougansk.

Nous sommes dans le Donbass russe, dont les nombreuses mines de charbon faisaient jadis la fierté de l’Union soviétique. Mais aujourd’hui, elles sont en très grande majorité à l’arrêt. Beaucoup d’usines, d’abord privatisées, ont fait faillite. Si elle arbore quelques éoliennes flambant neuves, cette région houillère dessine à perte de vue des paysages bosselés, verts, gris et noirs, où se dressent des cheminées.

À lire aussiCoupés du reste du pays, les habitants du Donbass souffrent de ne pouvoir rejoindre leur famille

Modeste, la Donetsk russe frappe par son apparence grise, par le très mauvais état de ses routes. Le rude début d’hiver a entièrement gelé les trottoirs, les nids-de-poule de l’asphalte sont des piscines de neige fondue. Se déplacer à pied y est un enfer, tout se fait en voiture. Vue familière…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 87% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ? Connectez-vous