À l’approche de la rentrée et des partiels, les étudiants jouent la prudence

Réservé aux abonnés

Par Claire Conruyt et Victor Mérat

Publié , Mis à jour

Les étudiants entendent prendre des précautions au Nouvel An en vue des partiels qui se tiendront en présentiel à l’université. 379447785/BGStock72 – stock.adobe.com

Pour certains jeunes, le Nouvel An présente un risque: celui d’être confiné à la rentrée s’ils contractent le virus. D’autant plus que le mois de janvier sera chargé en raison des partiels qui se tiendront en présentiel à l’université.

La fête est finie? Pas pour les étudiants qui, à quelques jours de la rentrée, comptent bien se réunir pour le Nouvel An. Margaux étudie à HEC et reprend les cours lundi prochain. Et si, selon elle, le respect des gestes barrières ou du port du masque n’est pas toujours de mise au sein de son établissement, elle entend prendre ses précautions le 31, chez son amie qui organise une soirée.

À lire aussiJeunes, la fête du Nouvel An perturbée par la question du test de dépistage

Seule condition d’entrée: s’être fait tester ou être vacciné. «Je reçois ma troisième dose aujourd’hui», précise-t-elle. Sur place, les embrassades seront interdites. «De toute façon, nous n’avons plus l’habitude de nous faire la bise». Les masques? «On ne les gardera pas. Les fenêtres seront ouvertes et il y a un petit jardin: on va pouvoir aérer régulièrement», indique la jeune femme de 21 ans. «Nous serons quelques amis, ce sera une soirée “chill”… On est loin d’une soirée “Projet X” et tant mieux. Il faut rester vigilant».

Petit comité

Car, pour certains jeunes, le Nouvel An présente un risque: celui d’être confiné…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 67% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ? Connectez-vous

À lire aussi

Passe vaccinal : une pétition réunit 600.000 signatures ce mardi

Passe vaccinal : une pétition réunit 600.000 signatures ce mardi

Le projet de loi qui encadre le passe vaccinal a été adopté lundi en Conseil des ministres. S’il est voté, il devrait entrer en vigueur dès le 15 janvier 2022. Les opposants y voient «une atteinte majeure à l’État de droit».

Isère: positive au Covid, une jeune femme accouche en urgence et passe deux mois en réanimation

Isère: positive au Covid, une jeune femme accouche en urgence et passe deux mois en réanimation

Jessica, 27 ans, a frôlé la mort. Gravement atteinte par le Covid-19, la jeune femme a été contrainte d’accoucher en urgence le 4 août à Lyon. Elle n’a pu voir son bébé que début octobre.

Après les crèches, le traditionnel sapin de Noël, nouvel objet de polémiques

Après les crèches, le traditionnel sapin de Noël, nouvel objet de polémiques

La magie de Noël «version responsable», cela donne des «ateliers zéro déchet», des «stands associatifs» et… des «alternatives au sapin coupé». Devant la mairie du 12e arrondissement de Paris, ce sont …

À l’approche de la rentrée et des partiels, les étudiants jouent la prudence

S’ABONNER

S’abonner