À Lviv, les volontaires ukrainiens se bousculent pour s’enrôler dans l’armée et être envoyés au front

Réservé aux abonnés

Par Clara Marchaud

Publié , Mis à jour

Un soldat ukrainien étreint sa compagne près d’une base militaire où des volontaires font la queue pour rejoindre l’armée, le 2 mars à Lviv. DANIEL LEAL/AFP

REPORTAGE – Depuis quelques jours, cette ville située à 80 kilomètres de la frontière polonaise, devient un carrefour pour les millions de déplacés ukrainiens. Certains restent ici et tentent de rejoindre l’armée, d’autres repartent vers l’Union européenne.

Envoyée spéciale à Lviv

Devant le bureau régional d’enrôlement militaire de Lviv, une cinquantaine d’hommes se pressent, documents à la main, pour rejoindre l’armée ukrainienne. Dans cette ville de l’ouest de l’Ukraine, les bureaux de l’armée ne désemplissent pas, et parfois n’arrivent même pas à suivre la demande.

Jeudi, les autorités ukrainiennes ont appelé à la mobilisation générale et interdit aux hommes de 18 à 60 ans de quitter le pays. Les forces armées comptent plus de 200.000 soldats, mais peuvent également s’appuyer sur 250.000 militaires de réserve pour défendre le pays contre l’invasion russe. Depuis le 24 février, Moscou bombarde les grandes villes ukrainiennes dans une offensive qui ne va faire que s’intensifier dans les jours à venir, selon les experts militaires.

À lire aussiComment Vladimir Poutine s’est mis dans un cul-de-sac stratégique et politique

Tandis que certains disent déjà au revoir à leurs proches, d’autres sont refoulés, au moins temporairement. «On n’a pas besoin de vous. Ce n’est pas qu’on ne veut pas vous prendre, mais on ne peut pas physiquement…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 87% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ? Connectez-vous

À Lviv, les volontaires ukrainiens se bousculent pour s’enrôler dans l’armée et être envoyés au front

S’ABONNER

S’abonner