Afghanistan : un Anglais a rapatrié des centaines d’animaux au Royaume-Uni… mais pas ses employés

Réservé aux abonnés

Par Paul Sugy

Publié , Mis à jour

Pen Farthing, fondateur de l’association caritative britannique Nowzad, un refuge pour animaux, le 1er mai 2012 près de Kaboul. Omar Sobhani / REUTERS

RÉCIT – Le vétéran Pen Farthing a atterri dimanche matin en Angleterre à bord d’un avion privé, rapatriant de Kaboul les 200 chiens et chats qu’il y avait recueillis. Mais il a laissé sur place ses 24 employés afghans, suscitant une vive polémique outre-Manche.

Damn ! Pour les Britanniques, l’évacuation précipitée de Kaboul avait une allure de déroute. Leur retrait d’Afghanistan se situe même «entre la débandade et la comédie» titre Le Temps. En cause, pêle-mêle, la désorganisation des autorités, incapables d’identifier en temps et heure toutes les personnes à évacuer, ou encore l’impuissance sur le terrain, les soldats de Sa Majesté ne parvenant pas à escorter tous les Afghans concernés jusqu’à l’aéroport. Un reporter du Times rapporte des scènes glaçantes, comme cette cour de l’ambassade à Kaboul désertée par les Britanniques, où traîne une pile de CV avec noms, photos et coordonnées de tous les Afghans qui ont récemment candidaté pour être employés là… Les talibans n’ont plus qu’à se pencher pour ramasser la liste de leurs prochaines cibles.

À lire aussiAfghanistan: placée devant le fait accompli, l’Angleterre mesure son isolement

Dans cet humiliant désordre, le caprice d’un vétéran anglais n’en finit plus de faire polémique de l’autre côté de la Manche : évacuer 200 chiens et chats à bord d’un avion privé pour les faire

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 88% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ pendant 2 mois

Déjà abonné ? Connectez-vous

Afghanistan : un Anglais a rapatrié des centaines d’animaux au Royaume-Uni… mais pas ses employés

S’ABONNER

S’abonner