Amélie Verdier, au chevet des hôpitaux franciliens

Réservé aux abonnés

Par Marc Landré

Publié , Mis à jour

Amélie Verdier François Bouchon / Le Figaro

PORTRAIT – L’ex-directrice du Budget a pris les commandes mi-août de l’agence régionale de santé Île-de-France et doit gérer, en sortie de crise, les pénuries en tout genre.

La nomination mi-août d’Amélie Verdier à la tête de l’agence régionale de santé Île-de-France a surpris. Prendre la tête de l’administration chargée de la mise en œuvre de la politique nationale de santé dans la première région de France, après un quinquennat aux commandes de la Direction du budget (DB) à Bercy, n’était en effet pas attendu.

D’aucuns ont vu dans le transfert de cette technocrate de 44 ans au CV carré (hypokhâgne, khâgne, licence d’histoire, Sciences Po, ENA) le signal d’une reprise en main budgétaire de l’établissement public après la crise du Covid-19. D’autres un placard doré… «Elle n’est pas là pour entretenir son réseau, dans l’attente du poste d’après. Elle va prendre son risque. Elle a l’énergie, la vision, le sens du management et la résilience pour diriger une telle administration», prévient Edward Arkwright, le DG exécutif du groupe ADP.

Révolutionnaire dans l’âme

Qu’on le sache, Amélie Verdier n’est pas venue à l’ARS pour faire de la figuration ou couper dans les budgets après dix-huit mois

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 85% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ? Connectez-vous