Après l’Afghanistan, Joe Biden ajuste sa politique étrangère

Réservé aux abonnés

Joe Biden a annoncé, mardi, la fin des interventions militaires américaines et une nouvelle approche stratégique, s’inscrivant dans la ligne défendue avant lui par Barak Obama, et surtout, Donald Trump. CARLOS BARRIA/REUTERS

ANALYSE – D’un ton plein de défi, parfois vindicatif, le président américain a repris certaines habitudes rhétoriques de son prédécesseur.

Correspondant à Washington

Le lendemain du départ du dernier avion militaire américain de Kaboul, Joe Biden a défendu envers et contre tout sa décision de retrait d’Afghanistan, mais aussi la façon dont l’opération a été menée, en revendiquant un «extraordinaire succès». D’un ton plein de défi, parfois vindicatif, le président américain a repris certaines habitudes rhétoriques de son prédécesseur, saluant comme un exploit le pont aérien improvisé après l’effondrement surprise du régime afghan, et expliquant qu’il avait été «prévu», alors que lui-même et son Administration ont été pris de court par la tournure des événements. Mais il a surtout annoncé la fin des interventions militaires américaines et une nouvelle approche stratégique, s’inscrivant ainsi dans la ligne défendue avant lui par Barack Obama, et surtout, Donald Trump.

À lire aussiTrois cartes pour comprendre la situation en Afghanistan

«La nuit dernière à Kaboul, les États-Unis ont mis fin à vingt ans de guerre en Afghanistan, la plus longue guerre de l’histoire américaine», a annoncé Biden d’un

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 84% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ pendant 2 mois

Déjà abonné ? Connectez-vous