Avant Noël, les services de police en alerte face au risque d’attentat

Réservé aux abonnés

Les forces de l’ordre renforcent la sécurité près des lieux de culte (ici, devant l’église Saint-Sulpice, à Paris, durant le week-end de Pâques). RICCARDO MILANI/Hans Lucas via AFP

Le ministre de l’Intérieur a demandé aux préfets une vigilance particulière et la «garantie» de la présence de forces de l’ordre devant les lieux de culte chrétiens. La menace terroriste est jugée très élevée.

Année après année, la menace islamiste continue à planer sur Noël, cible symbolique des terroristes, en France et dans le monde. En 2020, après l’attentat de la basilique Notre-Dame de Nice (3 personnes, le sacristain et deux femmes en prière, tuées par un clandestin tunisien), le ministre de l’Intérieur envoyait, avant Noël, un télégramme aux préfets demandant de «renforcer significativement» la surveillance.

À lire aussiComment la France est devenue en 40 ans une cible du terrorisme islamiste

Le 15 décembre dernier, Gérald Darmanin a de nouveau demandé aux préfets de «garantir (…) la présence systématique des forces de sécurité intérieure devant les lieux de culte chrétiens à l’occasion des fêtes de Noël». Les «événements organisés, les marchés de Noël, les zones commerciales» sont aussi concernés par ce «dispositif dissuasif et visible» pouvant associer forces de sécurité intérieure, militaires de l’opération Sentinelle et policiers municipaux, sans que soit divulguée la quantité d’effectifs déployés. En outre, les réunions des groupes d’évaluation départementaux (GED)…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 74% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ? Connectez-vous