Blé déversé après le blocage d’un train : ouverture d’une information judiciaire

Une information judiciaire a été ouverte à Lorient après que des manifestants ont immobilisé samedi un train de marchandises dans le Morbihan puis déversé sur les voies une partie de sa cargaison de blé, a appris l’AFP jeudi 24 mars auprès du parquet.

À lire aussiMorbihan: «plusieurs plaintes» après l’attaque d’un train de céréales pour l’alimentation animale

Confiée à un juge d’instruction, cette information judiciaire contre «contre personnes non dénommées» vise notamment des faits d’«entrave à la mise en marche ou à la circulation de trains, (…) dépôt de matériau ou objets quelconques dans l’enceinte du chemin de fer» et «dégradation de biens d’autrui, en réunion», indique dans un communiqué le procureur de la République de Lorient, Stéphane Kellenberger.

Samedi, vers 9h30 à hauteur de Saint-Gérand (Morbihan), un train de marchandises de 22 wagons transportant du blé tendre destiné à la fabrication d’aliments pour le bétail, «était délibérément bloqué, à hauteur d’un passage à niveau desservant une usine agroalimentaire», détaille Stéphane Kellenberger. Au total, 1390 tonnes de blé ont été rendues impropres à toute destination, «situation inacceptable en une période de tensions internationales majeures, alors que les pénuries se multiplient de par le monde», souligne-t-il.

À lire aussiDans le Morbihan, les gendarmes craignent une nouvelle ZAD

Une cinquantaine de militants, réunis à l’appel du Collectif «Bretagne contre les fermes usines», avaient bloqué ce train, pensant intercepter une cargaison de soja, ont-ils expliqué. «Le système d’élevage hors-sol va droit dans le mur, nous devons mettre l’agro-industrie à terre», affirmaient-ils dans un communiqué. Cette action a suscité de nombreuses condamnations dont celles du ministre de l’Agriculture Julien Denormandie, de la FRSEA ou du candidat écologiste à la présidentielle Yannick Jadot.