Bruno Lasserre: «La France est un pays légicentré»

Réservé aux abonnés

«Depuis quatre ans, les parlementaires n’ont jamais autant consulté le Conseil d’État sur leurs propositions de lois», estime Bruno Lasserre. Patrice NORMAND/Leextra via opale.photo

ENTRETIEN – Passe vaccinal, libertés publiques, inflation législative… Le vice-président du Conseil d’État revient sur le rôle de la plus haute juridiction administrative.

Bruno Lasserre, vice-président du Conseil d’État, a travaillé ce dimanche à la rédaction de l’avis au gouvernement sur la transformation du passe sanitaire en passe vaccinal, pouvant contenir ajustements et assouplissements.

LE FIGARO. – Le passe vaccinal va succéder au passe sanitaire. Doit-on craindre pour nos libertés?

Bruno LASSERRE. – Derrière le mot liberté, il y a deux réalités: notre propre liberté et celle des autres. Il faut trouver un équilibre afin que nos vies individuelles ne soient pas bouleversées au-delà de ce qui est nécessaire pour protéger la santé de tous. En ce moment, l’alternative aux restrictions ciblées, c’est le confinement, avec ce que cela suppose de renonciations à des libertés essentielles et d’impacts économique et social.

Peut-on imaginer le Conseil d’État dire stop au gouvernement?

Bien sûr, car c’est aussi notre rôle. Nous vérifions à chaque fois que les mesures proposées sont nécessaires, adéquates et proportionnées au risque sanitaire, qui varie de semaine…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 86% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ? Connectez-vous