Comment l’UE et le Conseil de l’Europe ont financé une campagne célébrant «la liberté dans le hijab»

Réservé aux abonnés

Une des affiches accusée de faire la promotion du voile islamique. Conseil de l’Europe

RÉCIT – Cette campagne de communication a été retirée de Twitter mardi puis du site du Conseil de l’Europe mercredi face à l’ampleur de la polémique.

Les portraits photos et vidéos célébraient «la liberté dans le hijab» et affichaient des slogans comme «mon voile, mon choix» ou «porter le voile islamique est un droit humain». Publiées depuis le 28 octobre sur le site du Conseil de l’Europe (organisme extérieur à l’UE) et sur son compte Twitter, certaines affiches montraient également des enfants souriants, dont une petite fille voilée, se tenir la main.

À lire aussiIslam radical : le préfet de la Sarthe demande la fermeture d’une mosquée près du Mans

Les réactions ont fusé dans la journée de mardi 2 novembre de la part de l’ensemble de la classe politique contre cette campagne sur le hijab du Conseil de l’Europe, du Rassemblement national à la sénatrice socialiste Laurence Rossignol en passant par le gouvernement. La secrétaire d’État chargée de la Jeunesse, Sarah El Haïry, a d’ailleurs indiqué sur LCI avoir «fait part de sa désapprobation extrêmement vive» auprès du Conseil. Les publications ont été retirées de Twitter dans l’après-midi de mardi avant d’être retirées de son site le lendemain.

Comment une telle campagne, présentant

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 83% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ? Connectez-vous

Comment l’UE et le Conseil de l’Europe ont financé une campagne célébrant «la liberté dans le hijab»

S’ABONNER

S’abonner