Danemark: condamnée, l’ex-ministre de l’Immigration vers une exclusion du Parlement

Déjà condamnée à deux mois de prison pour avoir pris une décision illégale, l’ancienne ministre danoise et championne des mesures anti-immigration Inger Støjberg affronte mardi 21 décembre une très probable exclusion du Parlement. Au terme d’un rare procès devant une cour spéciale chargée de juger les ministres pour leurs actions durant leurs fonctions, la pasionaria des «valeurs danoises» avait été reconnue coupable la semaine dernière d’avoir délibérément bafoué ses responsabilités et violé la Convention européenne des droits de l’Homme en ordonnant la séparation de couples de demandeurs d’asile lorsque la femme avait moins de 18 ans.

À lire aussiAu Danemark, une ex-ministre de l’Immigration à la barre

Son exclusion est quasiment acquise au terme des débats au Parlement, le Folketing, auxquels l’ex-ministre de 48 ans doit assister à partir de 13H15 (12H15 GMT). En dehors de l’extrême droite, la plupart des partis soutiennent la perte de son siège, y compris son ancien parti des Libéraux qu’elle a quitté en février. Depuis 1953, seuls quatre députés ont été exclus du Folketing, popularisé dans la célèbre série danoise Borgen. «Il est inimaginable qu’on puisse être en prison pour purger une peine pendant qu’on est député», a déclaré à la presse le président du parti libéral au Parlement, Karsten Lauritzen.

En 2016, 23 couples d’immigrés, dont la différence d’âge était pour la plupart peu importante, avaient été séparés, sans examen individuel de leur dossier, en vertu de la consigne donnée par Inger Støjberg. Ils avaient été placés dans des centres d’hébergement différents pendant l’examen de leur dossier de demande d’asile. Dans sept des cas, le personnel des centres avait signalé des pensées suicidaires ou des tentatives de suicide. En condamnant la première fois un ministre à une peine de prison, la cour spéciale avait jugé que le ministère de l’Immigration n’était pas habilité à prendre une mesure «dans laquelle aucune considération n’était accordée individuellement aux personnes concernées», selon le jugement.

À lire aussiLe Danemark confronté au renvoi difficile des réfugiés

L’ex-ministre, qui était très populaire lorsqu’elle était au pouvoir, s’était défendue en expliquant avoir combattu les mariages forcés. «Je pense que c’est une défaite pour les valeurs danoises aujourd’hui, pas seulement pour moi», a déclaré Mme Støjberg à sa sortie du tribunal. «Je suis punie pour avoir essayé de protéger les filles. Franchement, quelque chose ne va pas du tout!», a-t-elle encore affirmé sur Facebook. Elle avait notamment recueilli le soutien de la cheffe de file de l’extrême droite française, Marine Le Pen, qui avait vu dans sa condamnation un signe que «notre Europe perd la tête».

Mme Støjberg a toutefois souligné respecter le verdict qui ne peut pas faire l’objet d’un appel et accepter sa peine «sans plier». «Ma vie continue», a-t-elle ajouté. Vendredi, elle a choisi de renvoyer à la reine sa médaille de l’ordre de Dannebrog, l’équivalent danois de la Légion d’honneur. Ministre de l’Immigration de 2015 à 2019 dans un gouvernement de centre droit soutenu par la droite populiste anti-immigration du Parti du peuple danois (DF), Mme Støjberg se targuait d’avoir fait adopter plus de 110 amendements restreignant les droits des étrangers. Durant son mandat, elle avait pris de nombreuses autres mesures controversées, dont celles de confisquer des biens de migrants pour financer leur prise en charge au Danemark. Malgré le retour de la gauche au pouvoir il y a deux ans, le pays scandinave reste le tenant d’une des politiques migratoires les plus dures d’Europe.

À lire aussiCette gauche danoise qui gouverne à droite

C’était seulement la troisième fois depuis 1910 qu’un responsable politique était renvoyé devant les 26 juges de la cour spéciale de justice au Danemark. Celle-ci jue des ministres ayant commis des malversations ou négligences dans l’exercice de leurs fonctions. Le dernier précédent, qui remontait à 1993, était déjà lié à l’immigration: dans l’affaire dite du «Tamoulgate», un ministre conservateur de la Justice avait été condamné à quatre mois de prison avec sursis pour avoir gelé illégalement le regroupement familial des réfugiés tamouls en 1987-1988. Au Danemark, les personnes qui purgent des peines d’emprisonnement de moins de six mois peuvent bénéficier d’un placement sous surveillance électronique. Mme Støjberg n’a toujours pas indiqué son choix.