Dans les Andes, comment deux Français ont échappé à la mort sur le plus haut volcan du monde

Réservé aux abonnés

Le Nevado Ojos del Salado est le plus haut volcan du monde et le deuxième sommet de l’hémisphère sud après l’Aconcagua (6962m). Guillaume Ceyrac

RÉCIT – Les jeunes touristes qui s’essayaient à l’alpinisme ont été recueillis sains et saufs ce lundi en contrebas de cet emblématique sommet andin qui culmine à presque 7000 mètres d’altitudes.

Comme toujours en haute montagne, la météo se dégrade sans crier gare. Et dans les montagnes andines du désert d’Atacama, qui regroupent le plus grand nombre de sommets de plus de 6000 mètres d’altitude, la tempête a surgi quelques jours avant Noël. «On m’a appelé dans la journée de samedi, le 25, je suis immédiatement parti», raconte Ricardo Urban.

À lire aussi«Ils ne partaient pas pour défier la mort» : le déroulé du drame qui a emporté les trois alpinistes français au Népal

Un signal de détresse a été émis par une balise GPS près du pic enneigé Ojos del Salado, le volcan le plus haut du monde culminant à 6879m d’altitude. Ce guide de haute montagne argentin habite à Fiambalá, première ville située à une centaine de kilomètres. Accompagné de 10 membres de la gendarmerie et du GER (littéralement Groupe spécial de sauvetage), Ricardo mène l’expédition.

Leur mission ? Retrouver les deux Français qui ont lancé le SOS, pris au piège par la tempête de neige. Partis le 17 décembre, les deux jeunes de 20 et 21 ans, en voyage en Argentine, ont projeté de gravir le volcan. Ils ont fait le choix du chemin argentin, «le plus compliqué pour la logistique et la distance», précise le…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 79% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ? Connectez-vous

Dans les Andes, comment deux Français ont échappé à la mort sur le plus haut volcan du monde

S’ABONNER

S’abonner