David Martinon l’honneur d’un ambassadeur

Réservé aux abonnés

Par Anne Fulda

Publié , Mis à jour

David Martinon, ambassadeur de France en Afghanistan. Aglaé Bory

PORTRAIT – Ancien porte-parole de Sarkozy, en poste à Kaboul depuis 2018, ce diplomate est resté sur place jusqu’au dernier moment et a su organiser l’évacuation de Français et d’Afghans ayant travaillé pour la France.

Il a bien servi la France. Jusqu’au dernier moment. À l’un des postes les plus dangereux qui soit. Ambassadeur de France en Afghanistan depuis trois ans, où, pour des raisons de sécurité, il vivait sans sa femme et ses enfants, ne se déplaçant qu’avec un gilet pare-balles et en voiture blindée, protégé 24 heures sur 24, David Martinon vient de quitter ce pays, gagné par le chaos depuis l’annonce du retrait des troupes américaines et le retour des talibans au pouvoir.

À lire aussi Afghanistan: dernières évacuations françaises

L’ancien porte-parole de l’Élysée sous Nicolas Sarkozy a quitté Kaboul vendredi soir, en même temps que la France mettait fin au pont aérien mis en place vers Paris et qui a permis d’évacuer une centaine de Français et quelque 2 834 Afghans. Un rapatriement avec un crochet par Abu Dhabi, où l’ambassadeur était encore samedi, avant d’arriver dimanche à Paris où il devrait, comme l’a indiqué le président de la République, continuer à occuper ses fonctions pour un temps et retrouver sa famille: sa femme Karen et leurs trois enfants,

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 85% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ pendant 2 mois

Déjà abonné ? Connectez-vous