Desmond Tutu, infatigable pourfendeur de l’apartheid et des injustices

Réservé aux abonnés

Par Caroline Dumay

Publié , Mis à jour

Desmond Tutu au Cap le 10 décembre 2007 lors du lancement d’une campagne pour les droits de l’homme marquant les 60 ans de la signature de la déclaration universelle des droits de l’homme. Mike Hutchings / REUTERS

DISPARITION – L’archevêque, Prix Nobel de la Paix, s’est battu sans relâche contre le système ségrégationniste, puis contre les injustices qui traversent son pays. Il est décédé ce dimanche à l’âge de 90 ans.

Le Cap

«J’ai la plus haute estime pour ce qu’il a fait. Il est pour moi un modèle de courage, d’honnêteté et de foi profonde.» C’est en ces termes que l’ancien président sud-africain Frederik de Klerk rendait hommage à Desmond Tutu le 2 juillet 2015 à la cathédrale Saint-Georges du Cap, lors d’une cérémonie célébrant le soixantième anniversaire de mariage du prélat. Le dernier président blanc d’Afrique du Sud, lui-même décédé le 11 novembre 2021, sait à quel point l’homme a compté pour le pays. Sans lui, l’Afrique du Sud ne serait pas ce qu’elle est aujourd’hui. Il est décédé ce dimanche 26 décembre.

L’archevêque Desmond Tutu, Prix Nobel de la Paix, était l’un des personnages politiques les plus populaires du pays. Parrain de la libération de Nelson Mandela, il s’était battu sans relâche contre l’apartheid. Puis il a redoublé d’énergie dans la nouvelle Afrique du Sud, s’exprimant jusqu’à son dernier souffle contre toute forme d’injustice. S’il s’est officiellement retiré de la vie politique…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 87% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ? Connectez-vous