Détroit de Béring, quand l’Est et l’Ouest se touchent du doigt

Réservé aux abonnés

Par Alain Barluet

Publié , Mis à jour

Le détroit de Béring est un lieu catalyseur, le théâtre d’un grand jeu diplomatique méconnu qui se joue loin des feux de l’actualité. Provided by the SeaWiFS Project, NASA/Goddard Space Flight Center, and ORBIMAGE

LES DÉTROITS STRATÉGIQUES (5/6) – Lieu catalyseur d’intérêts économiques et d’enjeux militaires au cœur de la stratégie russe en arctique, le détroit est le théâtre d’un grand jeu diplomatique méconnu.

Goulots d’étranglement du commerce mondial, lieux de piraterie, zones disputées ou mèches potentielles de conflits, «Le Figaro» explore six détroits stratégiques au cœur des enjeux géopolitiques d’un monde en pleine mutation et qui ont marqué l’histoire: Gibraltar, Bering, Bab al-Mandab, Taïwan, Bosphore, Ormuz.

C’est une région du bout du monde, vouée aux climats extrêmes, l’une des plus inhospitalières de la planète, un goulet à vent où s’engouffrent des vagues menaçantes. Nous voilà au royaume des cétacés et des mammifères marins, milieu hostile à l’homme, tantôt bouillonnant, tantôt pétrifié, lorsque le long hiver arctique fige la banquise. Entre la péninsule de la Tchoukotka, en Russie, et l’Alaska, territoire américain, on ne compte que 86 kilomètres. Un mince ruban à l’échelle de l’immensité du Grand Nord. Et pourtant, ce bras de mer sépare deux univers, le Nouveau et l’Ancien Monde, l’Est et l’Ouest. Il relie aussi l’océan Arctique à la mer de Béring, la partie septentrionale du

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 90% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ pendant 2 mois

Déjà abonné ? Connectez-vous