Didier-Roland Tabuteau, une vie dédiée au service public

Réservé aux abonnés

Entré au Conseil d’État en 1984, Didier-Roland Tabuteau en présidait la section sociale depuis 2018. Philippe Matsas/opale.photo

PORTRAIT – Ce fin connaisseur des politiques de santé publique prend la tête du Conseil d’État.

Le choix de la solidité et de la sérénité pour conduire la barque de l’État dans un monde politiquement incertain et agité par les soubresauts de la crise sanitaire. Didier-Roland Tabuteau succède à Bruno Lasserre à la tête du Conseil d’État, l’une des institutions les plus puissantes de la République.

Sa nomination est pourtant inattendue puisque le haut magistrat, jusque-là président de la section sociale de la haute juridiction, n’était pas candidat à ce poste.Mais elle a le mérite de la légitimité interne et de la compétence, reconnue au-delà de l’enceinte du Palais-Royal. Son arrivée à la vice-présidence du Conseil d’État doit beaucoup au premier ministre, Jean Castex, et à son directeur de cabinet, Nicolas Revel.

À lire aussiBruno Lasserre: «La France est un pays légicentré»

Âgé de 63 ans, le haut magistrat, qui s’engage pour un mandat de quatre années et demie, est non seulement l’un des plus fins connaisseurs des politiques menées en matière de santé publique, de protection sociale et d’assurance-maladie, mais aussi l’un de leurs principaux artisans…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 69% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ? Connectez-vous

À lire aussi

Covid-19 : «Pas loin» de 300.000 cas en 24 heures, annonce Olivier Véran

Le ministre de la Santé a indiqué que ce chiffre constituait un nouveau record de contaminations.

Covid-19: avec le variant Omicron, la doctrine de l’école ouverte peut-elle encore tenir?

Covid-19: avec le variant Omicron, la doctrine de l’école ouverte peut-elle encore tenir?

DÉCRYPTAGE – Alors que les établissements scolaires ont rouvert leurs portes lundi, la stratégie de traçage, de test et d’isolement inquiète autant qu’elle interroge.

Ces couples qui restent ensemble pour maintenir leur niveau de vie

Ces couples qui restent ensemble pour maintenir leur niveau de vie

TÉMOIGNAGE – Logement, revenus, relations : en unissant ses forces, le couple voit plus grand. Mais séparés, ses membres, surtout les femmes, peuvent prendre le risque d’un déclassement. L’une d’entre elles témoigne.