DIRECT – Guerre en Ukraine : «Ne pensez même pas à avancer d’un centimètre en territoire de l’Otan», déclare Biden

Les sanctions contre la Russie pourront être levées avec la paix, dit le Royaume-Uni

Les sanctions britanniques décidées contre la Russie après son invasion de l’Ukraine pourraient être levées si Moscou s’engageait à respecter un cessez-le-feu total et retirait ses troupes, a déclaré samedi la ministre britannique des Affaires étrangères, Liz Truss.

Dans une longue interview, Liz Truss a précisé que le Kremlin devait également s’engager à ne plus commettre d’agression contre l’Ukraine pour que les sanctions imposées à l’encontre de centaine de personnalités et entités russes soient levées.

«Les sanctions ne pourront disparaître qu’avec un cessez-le-feu total et le retrait (des troupes), mais aussi avec l’engagement de ne plus commettre d’agressions» contre l’Ukraine, a déclaré Liz Truss au journal Sunday Telegraph, précisant que ces sanctions pourraient être réimposées en cas de nouvelle agression.

Auchan assume rester en Russie, une décision justifiée «du point de vue humain»

Le PDG d’Auchan Retail International Yves Claude a défendu dimanche le maintien des activités du groupe en Russie, un choix «pas simple» après l’appel du président ukrainien Volodymyr Zelensky, car «partir serait imaginable sur le plan économique mais pas du point de vue humain».

Interpellé par Volodymyr Zelensky devant le Parlement français mercredi sur son activité en Russie, où il est présent depuis une vingtaine d’années et emploie 30.000 personnes, Auchan a décidé de se maintenir dans le pays même s’il y prévoit des pertes pour 2022, explique Yves Claude dans une interview au Journal du Dimanche.

Soukhoï Su-34, Katioucha, Javelin… Dix armes emblématiques de la guerre en Ukraine

EN IMAGES – En un mois de combats, plusieurs armes se sont imposées comme des pièces maîtresses des dispositifs russe et ukrainien. Devenant, pour certaines, des cibles à abattre en priorité. A lire, notre article ici.

Le maire de Slavoutitch, ville occupée par les russes où réside le personnel de Tchernobyl, a été libéré

L’armée russe avait pris le contrôle de la ville de Slavoutitch, où réside le personnel de la centrale de Tchernobyl, arrêtant brièvement le maire et suscitant des manifestations pro-ukrainiennes, selon les autorités ukrainiennes. «J’ai été libéré, tout va bien, dans la mesure où c’est possible sous l’occupation», a depuis déclaré à l’AFP au téléphone Iouri Fomitchev, maire de Slavoutitch, dont l’arrestation par les Russes avait été annoncée dans la matinée par l’administration régionale de Kiev.

Après avoir été relâché, il a pris la parole lors d’une manifestation antirusse, qui a réuni selon lui près de 5000 personnes, et assuré que les troupes russes allaient bientôt quitter la ville. Il a ensuite précisé à l’AFP qu’elles se retireraient dimanche.

Kiev affirme que Washington n’a «pas d’objection» au transfert d’avions de combat polonais

Les Etats-Unis ont assuré à Kiev qu’ils n’avaient «pas d’objection» au transfert d’avions de combat polonais à l’Ukraine, a affirmé samedi le ministre des Affaires étrangères ukrainien dans un message écrit transmis à l’AFP.

«Les Etats-Unis nous ont assuré qu’ils n’avaient pas d’objection au transfert des avions», a écrit Dmytro Kouleba, qui a rencontré dans la matinée le président américain Joe Biden, en visite en Pologne. «La balle est maintenant dans le camp de la Pologne» a-t-il ajouté.

5208 personnes évacuées samedi

52028 personnes ont été évacuées samedi des villes ukrainiennes grâce aux couloirs humanitaires, a indiqué un officiel ukrainien.

Pourquoi l’armée russe se retourne vers l’Est

DÉCRYPTAGE – La Russie cherche-t-elle une porte de sortie «honorable» ? Dans un communiqué diffusé vendredi, l’armée russe se félicite d’avoir achevé la «première phase de l’opération» en Ukraine et annonce vouloir «concentrer le gros des efforts sur l’objectif principal : la libération du Donbass». Une déclaration méliorative qui contraste avec les difficultés rencontrées sur le terrain. Vladimir avait pourtant fixé la barre plus haut au moment de lancer l’invasion : «démilitariser» et «dénazifier» tout le pays, et faire tomber le gouvernement de Zelensky. Or ce dernier est toujours en place et l’Ukraine, aidée par l’Occident, conserve des capacités militaires. De quoi ce revirement est-il le signe ?

A lire, notre article : Pourquoi l’armée russe se retourne vers l’Est

L’Ukraine dit avoir repris aux Russes le contrôle d’une ville dans le nord-est

Les forces ukrainiennes ont repris le contrôle de la ville de Trostianets, dans le nord-est de l’Ukraine, où les combats avec les soldats russes faisaient rage, a affirmé samedi le ministère ukrainien de la Défense. «La ville de Trostianets dans la région de Soumy a été libérée des troupes d’occupation russes», a écrit le ministère sur Telegram, citant la 93e brigade des forces armées ukrainiennes.

La reprise de cette ville, qui se trouve à une cinquantaine de kilomètres de Soumy et comptait environ 20.000 habitants avant l’invasion russe, semble être une avancée significative de l’armée ukrainienne, qui a lancé des contre-attaques dans certaines régions.

Biden n’a pas appelé à un «changement de régime» en Russie

Le président américain Joe Biden, qui a déclaré lors d’un discours à Varsovie samedi que son homologue russe Vladimir Poutine ne devait «pas rester au pouvoir», n’a pas appelé à un «changement de régime» en Russie, a précisé un responsable de la Maison Blanche.

«Ce que le président voulait dire, c’est que Poutine ne peut pas être autorisé à exercer un pouvoir sur ses voisins ou sur la région. Il ne parlait pas du pouvoir de Poutine en Russie, ni d’un changement de régime», a dit le responsable.

POLAND-US-UKRAINE-RUSSIA-CONFLICT-REFUGEES AFP

Initiative du Canada et de l’UE pour les réfugiés ukrainiens

Le Canada et l’Union européenne (UE) ont annoncé samedi le lancement d’une collecte internationale de fonds en faveur des réfugiés ukrainiens, qui culminera le 9 avril avec une «conférence des donateurs» organisée conjointement par Bruxelles et Ottawa.

«La campagne “Agir pour l’Ukraine” cherche à mobiliser les gouvernements, les institutions, les artistes, les entreprises et les particuliers à allouer des fonds pour soutenir les efforts humanitaires en Ukraine et dans les pays voisins», a expliqué le bureau du Premier ministre canadien Justin Trudeau, dans un communiqué co-signé par la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen.

Biden : «Pour l’amour de Dieu, cet homme ne peut pas rester au pouvoir»

Le président russe Vladimir Poutine «ne peut pas rester au pouvoir», a affirmé samedi Joe Biden lors d’un discours sur l’Ukraine au château royal de Varsovie.

«Nous aurons un avenir différent, un avenir plus brillant, ancré dans la démocratie et les principes, l’espoir et la lumière, la décence et la dignité, la liberté, des possibilités. Pour l’amour de Dieu, cet homme ne peut pas rester au pouvoir», a déclaré le président américain.

Biden : «Ne pensez même pas à avancer d’un centimètre en territoire de l’Otan»

«Ne pensez même pas à avancer d’un centimètre en territoire de l’Otan», a poursuivi le président américain lors d’un discours au château royal de Varsovie. Lors de son entretien avec le président polonais Andrzej Duda, plus tôt dans la journée, le président américain Joe Biden avait réaffirmé que l’article 5 du traité de l’Otan, stipulant que l’attaque contre un pays membre est une attaque contre tous, constitue un «devoir sacré» pour les États-Unis.

Des milliers de Russes manifestent à Prague contre Poutine

Plusieurs milliers de manifestants, principalement russes, se sont rassemblés samedi à Prague pour dénoncer l’offensive militaire ordonnée par le président Vladimir Poutine en Ukraine et exiger la fin de la guerre.

Quelque 5.000 personnes, selon les organisateurs, ont traversé le centre historique de Prague en scandant: «La Russie sans Poutine», «Liberté pour la Russie, paix pour l’Ukraine», ou «Poutine n’est pas la Russie». «La République tchèque abrite 40.000 Russes et jusqu’à présent ces Russes étaient inconnus des Tchèques», a déclaré à l’AFP l’organisateur de la manifestation Anton Litvine.

Biden dit à l’Ukraine: «Nous sommes à vos côtés», un «long combat» nous attend

Le président américain Joe Biden a déclaré samedi à Varsovie que la bataille «entre la démocratie et l’autocratie» allait être longue et que les Etats-Unis était «aux côtés» de l’Ukraine.

«Cette bataille ne sera pas gagnée en quelques jours ou mois. Nous devons nous armer pour un long combat devant nous», a dit Joe Biden lors d’un discours au château royal de Varsovie, avant d’assurer aux Ukrainiens: «Nous sommes à vos côtés».

A Lviv, les frappes ont touché un dépôt de carburant

Lviv, grande ville de l’ouest de l’Ukraine relativement épargnée par les combats jusqu’ici, a subi deux frappes russes samedi après-midi, touchant un dépôt de carburants. Les frappes ont touché une «installation industrielle où l’on stocke du carburant, aucun immeuble résidentiel n’a été touché», a indiqué peu après le maire de la ville, Andriy Sadovy, sur Telegram.

La moitié des Ukrainiens prêts à participer aux combats, selon un sondage

Près de la moitié des Ukrainiens de 18 à 55 ans se disent prêts à participer directement aux combats face à l’invasion russe, selon un sondage établi par un centre de recherche norvégien malgré les contraintes de la guerre.

Pour les hommes, cette part grimpe à environ 70%, tandis qu’elle avoisine 30% pour les femmes, selon cette enquête d’opinion menée par l’Institut de recherche sur la paix d’Oslo (Prio) avec l’appui du sondeur local Info Sapiens. Ce dernier a interrogé plus de plus de 1.000 Ukrainiens considérés comme en âge de résister avec l’objectif d’établir un échantillon représentatif, malgré les difficultés d’établir un sondage en pleine guerre. Questionnés lors de la troisième semaine du conflit (9-12 mars), les sondés – hommes et femmes à parts égales – ont répondu via internet sur leurs attitudes vis-à-vis de quatre options de résistance.

Les kangourous aussi sont évacués de Kharkiv

La deuxième ville du pays est entourée par les forces russes sur plusieurs côtés et beaucoup de non militaires cherchent à fuir. Parmi eux, huit kangourous de l’éco-parc Feldman, comme le montre une vidéo, où on les voit à l’arrière d’une camionnette.

Are you expecting good news? We have them. Eight kangaroos were evacuated from the Feldman eco-park in Kharkiv region. #StandWithUkraine pic.twitter.com/mwErrzqglH

— Oleksandra Matviichuk (@avalaina) March 26, 2022

” data-script=”https://platform.twitter.com/widgets.js” data-title=”@avalaina” data-url=”https://twitter.com/avalaina/status/1507732098936983555″>

Des milliers de manifestants à Londres pour soutenir les Ukrainiens

Plusieurs milliers de personnes ont manifesté samedi à Londres pour soutenir les Ukrainiens, un mois après l’invasion de leur pays par la Russie, le maire de la capitale britannique critiquant l’action du gouvernement envers les réfugiés. Aux couleurs du drapeau ukrainien bleu et jaune, la manifestation fait écho à l’appel lancé cette semaine par le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

Sur les pancartes fleurissent des message de «paix pour l’Ukraine» et témoignages de solidarité, tandis que la foule scande des slogans appelant à «arrêter la guerre».

À VOIR AUSSI – Guerre en Ukraine: Volodymyr Zelensky appelle à des manifestations dans le monde entier

” data-ratio=”2-1″ data-script=”https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js” data-title=”Guerre en Ukraine: Volodymyr Zelensky appelle à des manifestations dans le monde entier” data-url=”https://video.lefigaro.fr/figaro/video/default-slug-5891/”>

Deux frappes font au moins cinq blessés sur Lviv, selon le gouverneur régional

La ville de Lviv, dans l’ouest de l’Ukraine et relativement épargnée par les combats jusqu’ici, a subi deux frappes russes samedi après-midi, faisant au moins cinq blessés, a indiqué le gouverneur de la région, Maxime Kozytsky, sur Telegram.

Les frappes ont visé un quartier est de la ville, Lytchakivsky, sans qu’on sache exactement quel type de bâtiment ou infrastructure avait été touché. L’AFP a vu de grosses volutes noires et des flammes s’élever au-dessus de ce quartier.

L’Ossétie du Sud envoie des soldats pour aider l’armée russe

L’Ossétie du Sud, république autoproclamée qui a fait sécession de la Géorgie, a annoncé samedi avoir envoyé des soldats en Ukraine pour «aider à protéger la Russie», au 31ème jour de l’invasion du territoire ukrainien par les forces russes. «Nos gars vont remplir leur devoir militaire l’étendard fièrement levé», a déclaré sur Telegram le dirigeant de la république autoproclamée Anatoli Bibilov.

Joe Biden «pas sûr» que la Russie ait changé de stratégie en Ukraine

Le président américain Joe Biden a déclaré samedi à Varsovie qu’il «n’était pas sûr» que l’annonce par la Russie de concentrer son offensive sur le Donbass signifiait un changement de sa stratégie en Ukraine.

Interrogé par un journaliste sur ce point, il a répondu brièvement: «Je ne suis pas sûr qu’ils (les Russes) l’aient fait», alors que le commandement russe a déclaré vendredi vouloir «concentrer le gros des efforts sur l’objectif principal: la libération du Donbass», tranchant avec l’intention affichée du Kremlin de «démilitariser» et de «dénazifier» l’Ukraine entière.

Ukraine: l’Allemagne sévit contre l’emploi de la lettre «Z»

Deux grandes régions allemandes, la Bavière et la Basse-Saxe, ont indiqué vouloir poursuivre toute personne utilisant en public la lettre «Z», symbole du soutien apporté à la guerre menée par la Russie de Vladimir Poutine contre l’Ukraine. Les gens qui «expriment publiquement leur approbation de la guerre d’agression du président russe Poutine contre l’Ukraine en utilisant ce symbole (Z) doivent s’attendre à des conséquences pénales», a déclaré le ministre de l’Intérieur de Basse-Saxe, Boris Pistorius, dans un communiqué.

Ces sympathisants du Kremlin arborant un «Z» en public «doivent savoir qu’ils peuvent être poursuivis pour avoir toléré des crimes», a prévenu quant à lui le ministre de la Justice du Land de Bavière, Georg Eisenreich, dans un message transmis à l’AFP.

À VOIR AUSSI – La lettre «Z», le signe militaire devenu le symbole de la propagande de guerre russe

” data-ratio=”2-1″ data-script=”https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js” data-title=”La lettre «Z», le signe militaire devenu le symbole de la propagande de guerre russe” data-url=”https://video.lefigaro.fr/figaro/video/la-lettre-z-le-signe-militaire-devenu-le-symbole-de-la-propagande-de-guerre-russe/”>

Tcherniguiv encerclée par les Russes, impossible d’évacuer les civils selon le maire

La ville ukrainienne de Tcherniguiv, à environ 120 km au nord-est de Kiev, est encerclée par les forces russes et il est impossible d’évacuer massivement les civils et les blessés, a alerté samedi son maire, Vladislav Atrochenko. Selon l’édile, qui s’exprimait dans un briefing en ligne au Centre des médias d’Ukraine, un pont qui allait en direction de Kiev a été détruit par les forces russes, tandis qu’un autre pont piétonnier, sous des tirs constants, menace de s’écrouler, empêchant la mise en place de couloirs humanitaires pour évacuer les civils.

«La ville est réduite en cendres», a indiqué Vladislav Atrochenko. Les autorités locales s’efforcent néanmoins de faire sortir les blessés graves, pour qu’ils puissent être opérés. Selon le maire, il est question de 44 personnes, militaires et civiles, parmi lesquelles figurent trois enfants. Il a par ailleurs indiqué que plus de 200 civils avaient été tués et qu’il restait encore en ville environ 120.000 habitants, contre plus de 280.000 avant l’invasion russe de l’Ukraine le 24 février.

«Nous livrons de l’eau par tous les moyens possibles», a-t-il raconté, soulignant qu’il y avait par ailleurs des coupures d’électricité dans la ville. «Nous réparons tout ce qu’il est possible de réparer».

À VOIR AUSSI – «Il y avait des corps partout»: à Tcherniguiv, le chaos après les bombardements

” data-ratio=”2-1″ data-script=”https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js” data-title=”«Il y avait des corps partout»: à Tcherniguiv, le chaos après les bombardements” data-url=”https://video.lefigaro.fr/figaro/video/il-y-avait-des-corps-partout-a-tcherniguiv-le-chaos-apres-les-bombardements/”>

La France envisage de se doter d’un terminal de gaz liquéfié supplémentaire

Un projet d’installation d’un terminal flottant d’importation de gaz naturel liquéfié (GNL) dans le port du Havre est à l’étude, a-t-on appris samedi de source proche du dossier, confirmant une information des Échos. Ce projet d’infrastructure vise à réduire la dépendance au gaz russe acheminé par gazoduc et à être en mesure d’augmenter les importations de GNL par bateau de la vingtaine de pays dans le monde qui en exportent.

«Il y a des discussions avancées qui sont en bonne voie. Mais il faut être prudent, ce n’est pas fait», a affirmé une source proche du dossier à l’AFP. La France est actuellement dotée de quatre terminaux terrestres d’importation de GNL, un à Dunkerque, un autre à Montoir-de-Bretagne et deux à Fos-sur-mer. Le projet viserait à en installer un cinquième, flottant celui-là: cette unité flottante de regazéification (FSRU en anglais) est positionnée au bout d’un quai. Le méthanier vient s’amarrer à couple de la FSRU où le GNL est transbordé et regazéifié.

Un terminal flottant permet d’avoir un temps et des coûts de construction réduits. Il peut également être repositionné en fonction des besoins. Il faut toutefois compter «12 à 18 mois» avant une mise en service, selon Vincent Demoury, délégué général du Groupe international des importateurs de gaz naturel liquéfié (GIIGNL).

Joe Biden qualifie Vladimir Poutine de «boucher»

Le président américain Joe Biden a qualifié samedi son homologue russe Vladimir Poutine de «boucher» lors d’une rencontre avec les réfugiés ukrainiens à Varsovie.

Interrogé sur «ce qu’il pensait de Vladimir Poutine, compte tenu de ce qu’il inflige à ces gens», Joe Biden a répondu d’une phrase: «C’est un boucher», alors que la rencontre était transmise en direct par plusieurs chaînes de télévision depuis le stade national de Varsovie.

À VOIR AUSSI – Joe Biden qualifie Vladimir Poutine de «boucher» lors d’une visite à Varsovie

” data-ratio=”2-1″ data-script=”https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js” data-title=”Joe Biden qualifie Vladimir Poutine de «boucher» lors d’une visite à Varsovie” data-url=”https://video.lefigaro.fr/figaro/video/joe-biden-qualifie-vladimir-poutine-de-boucher-lors-dune-visite-a-varsovie/”>

Biden réaffirme que l’article 5 de l’Otan est «un devoir sacré» pour les États-Unis

Le président américain Joe Biden a réaffirmé samedi à Varsovie que l’article 5 du traité de l’Otan, stipulant que l’attaque contre un pays membre est une attaque contre tous, constitue un «devoir sacré» pour les États-Unis.

Joe Biden a donné cette assurance lors de son entretien avec le président polonais Andrzej Duda, dont le pays craint l’agressivité de Moscou après le déclenchement de l’invasion russe en Ukraine.

À VOIR AUSSI – Joe Biden réaffirme que l’article 5 de l’Otan est «un devoir sacré» pour les États-Unis

” data-ratio=”2-1″ data-script=”https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js” data-title=”Joe Biden réaffirme que l’article 5 de l’Otan est «un devoir sacré» pour les Etats-Unis” data-url=”https://video.lefigaro.fr/figaro/video/joe-biden-reaffirme-que-larticle-5-de-lotan-est-un-devoir-sacre-pour-les-etats-unis/”>

Ukraine: le maire de Kiev renonce à imposer un nouveau couvre-feu

Le maire de Kiev a finalement renoncé samedi à imposer un nouveau couvre-feu de 35 heures, qu’il avait annoncé à partir de samedi soir, pour revenir à un couvre-feu ne s’appliquant que de 20 heures à 07 heures, comme tous les soirs. «Nouvelle information du commandement militaire: le couvre-feu à Kiev et dans la région ne sera pas en vigueur demain (dimanche)», a indiqué le maire de la capitale, Vitali Klitschko, sur Telegram.

Le couvre-feu, désormais habituel, en vigueur de 20H00 (18H00 GMT) à 07H00 (05H00 GMT), sera appliqué et «on pourra se déplacer librement à Kiev dimanche dans la journée», a-t-il précisé, sans donner d’explication sur ce revirement. Samedi matin, il avait annoncé qu’un nouveau couvre-feu allait être imposé «de 20H00 samedi à 07H00 lundi 28 mars».

Pendant le couvre-feu, les habitants de Kiev «ne peuvent sortir que pour se rendre dans un abri en cas de sirène d’alerte. Les transports en commun, les magasins, les pharmacies et les stations-service seront fermés» et seules les personnes munies de laissez-passer peuvent se déplacer dans la ville, avait-il ajouté.

Plusieurs couvre-feux ont déjà été imposés dans la capitale depuis le début de l’invasion russe le 24 février, le dernier pour 35 heures du 21 au 23 mars. Les forces ukrainiennes ont indiqué avoir depuis repris du terrain aux forces russes, notamment dans les environs nord-ouest de la capitale.

La désinformation s’apparente à une «3ème guerre mondiale», selon une ministre ukrainienne

La Première vice-ministre ukrainienne des Affaires étrangères, Emine Djaparova, a comparé samedi l’utilisation de la désinformation lors du conflit en Ukraine au début d’une «troisième guerre mondiale», un mois après l’invasion russe de son pays. «Nous entrons dans une troisième guerre mondiale, pas un conflit conventionnel, mais une guerre informationnelle», a-t-elle ainsi déclaré, elle-même ancienne journaliste, lors du Forum de Doha, au Qatar.

Selon elle, convaincre les Russes et d’autres pays de soutenir l’Ukraine est devenu plus compliqué en raison de la propagande russe, qui s’est améliorée depuis l’annexion de la Crimée en 2014, et est relayée par des dirigeants politiques, des internautes, des sportifs et des artistes.

La Russie a consacré des moyens conséquents pour véhiculer dans les médias et sur les réseaux sociaux sa version de la guerre, présentée comme une «opération spéciale» destinée à «dénazifier» l’Ukraine.

« N’aie pas peur, parle russe! », dans les territoires occupés la propagande se met en place

« N’aie pas peur, parle russe! » C’est ce qu’on peut dorénavant lire sur certaines affiches placardées dans les territoires ukrainiens nouvellement contrôlés par Moscou, selon Jade McGlynn, spécialiste des médias russes. Des déclarations qui reflètent une idée répétée régulièrement par l’agresseur, selon laquelle les autorités ukrainiennes empêcheraient la minorité russophone de s’exprimer librement dans cette langue.

‘Don’t be frightened: speak Russian’

These posters in newly occupied 🇺🇦 territories reflect long-standing (untrue) 🇷🇺 propaganda that Ukrainians are banned from speaking Russian pic.twitter.com/qIIHhblqeG

— Jade McGlynn (@DrJadeMcGlynn) March 26, 2022

” data-script=”https://platform.twitter.com/widgets.js” data-title=”@DrJadeMcGlynn” data-url=”https://twitter.com/drjademcglynn/status/1507616937962004481?s=21″>

Ukraine: l’armée russe assure ne pas prévoir d’appeler les réservistes

Le ministère de la Défense russe a assuré samedi ne pas prévoir d’appeler ses réservistes pour rejoindre les combats en Ukraine, dénonçant de «faux appels» reçus par des Russes qu’ils imputent aux services secrets ukrainiens. «Le ministère de la Défense de la Fédération de Russie n’appelle pas et ne prévoit pas d’appeler des citoyens réservistes aux commissariats militaires», a ainsi indiqué dans un communiqué le porte-parole du ministère russe de la Défense, Igor Konachenkov.

La crainte d’une mobilisation générale des hommes russes a provoqué une ruée à l’étranger dans les jours ayant suivi le début de l’offensive en Ukraine. Parmi les Russes réfugiés à l’étranger, il y a de très nombreux informaticiens, milieu dans lequel les Russes sont réputés. Or les autorités russes craignent de perdre ce vivier de compétences. Un texte octroyant un sursis de l’armée aux informaticiens est actuellement en préparation au gouvernement, a indiqué récemment le ministère du Développement numérique. Il est également prévu de proposer aux informaticiens des incitations financières pour rester en Russie.

À VOIR AUSSI – Comment les alliés surveillent et renseignent le conflit au profit des troupes ukrainiennes

” data-ratio=”2-1″ data-script=”https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js” data-title=”Comment les alliés surveillent et renseignent le conflit au profit des troupes ukrainiennes” data-url=”https://video.lefigaro.fr/figaro/video/comment-les-allies-surveillent-et-renseignent-le-conflit-au-profit-des-troupes-ukrainiennes/”>

Turquie: une mine non amarrée détectée à l’entrée du Bosphore

Une mine qui a rompu son amarre et transportée par les vagues a été détectée à l’entrée située du côté de la Mer noire du détroit du Bosphore, à Istanbul, ont rapporté samedi les médias turcs. «Des unités d’opération spéciale de la marine turque ont été dépêchées sur place à la suite de la découverte d’un objet similaire à une mine», a déclaré sur Twitter le ministère turc de la Défense.

Les autorités turques avaient cette semaine mis en garde contre le risque de mines au large des côtes ukrainiennes qui pourraient s’être désamarrées à cause d’une tempête, en publiant un message sur le système maritime d’alerte NAVTEX.

Joe Biden a rencontré deux ministres ukrainiens à Varsovie

Le président américain Joe Biden s’est entretenu samedi à Varsovie avec les ministres ukrainiens des Affaires étrangères et de la Défense, lors de leur rencontre avec leurs homologues américains, ont constaté des journalistes du pool présidentiel.

Joe Biden, dont c’était la première rencontre avec des hauts responsables ukrainiens depuis le début de la guerre, a engagé une conversation informelle avec le chef de la diplomatie Dmytro Kouleba, assis à une longue table où ont pris place également le ministre ukrainien de la Défense Oleksii Reznikov, le secrétaire d’Etat Antony Blinken et le secrétaire à la Défense Lloyd Austin.

Ukraine: le rythme d’arrivée des réfugiés se ralentit nettement

Près de 3,8 millions de personnes ont fui l’Ukraine depuis l’invasion de l’armée russe le 24 février, selon le décompte de l’ONU publié samedi, mais le nombre d’arrivées s’est très nettement ralenti depuis le début de la semaine. Au total, plus de dix millions de personnes, soit plus d’un quart de la population, ont dû quitter leur foyer. L’ONU estime à presque 6,5 millions le nombre de déplacés à l’intérieur de l’Ukraine.

La ville où vit le personnel de Tchernobyl occupée par les Russes, selon Kiev

L’armée russe a pris le contrôle de la ville de Slavoutitch, où réside le personnel de la centrale de Tchernobyl, arrêtant le maire et suscitant des manifestations pro-ukrainiennes, ont indiqué samedi les autorités régionales ukrainiennes.

«Les occupants russes ont envahi Slavoutitch et occupé l’hôpital municipal», a écrit sur Telegram l’administration militaire de la région de Kiev, qui englobe cette ville de 25.000 habitants à 160 km au nord de la capitale, construite après l’accident de Tchernobyl en 1986.

Des habitants de Slavoutitch sont descendus dans la rue en déployant un énorme drapeau bleu et jaune ukrainien et se sont dirigés vers l’hôpital, selon les autorités régionales, qui ajoutent que les forces russes tirent en l’air et lancent des grenades assourdissantes dans la foule.

L’administration régionale a publié sur son compte Telegram des images sur lesquelles on voit des dizaines de personnes rassemblées autour du drapeau ukrainien scandant «Gloire à l’Ukraine». «Selon les dernières informations, le maire de la ville, Iouri Fomitchev a été capturé», a-t-elle aussi affirmé.

À VOIR AUSSI – Centrale nucléaire prise en Ukraine: «S’il devait y avoir une nouvelle catastrophe, elle serait très différente» de Tchernobyl et Fukushima

” data-ratio=”2-1″ data-script=”https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js” data-title=”Centrale nucléaire prise en Ukraine: «S’il devait y avoir une nouvelle catastrophe, elle serait très différente» de Tchernobyl et Fukushima” data-url=”https://video.lefigaro.fr/figaro/video/centrale-nucleaire-prise-en-ukraine-sil-devait-y-avoir-une-nouvelle-catastrophe-elle-serait-tres-differente-de-tchernobyl-et-fukushima/”>

L’hypothèse d’une frappe nucléaire tactique russe prise au sérieux par les alliés

Les paroles sont millimétrées, réduites au minimum. Lorsqu’il s’agit d’évoquer la menace nucléaire, régulièrement agitée comme un épouvantail par la Russie dans le confit ukrainien, les écoutilles se referment. «Le risque d’escalade doit être maîtrisé», disait-on à l’Élysée avant le sommet de l’Otan, qui s’est tenu jeudi à Bruxelles. «Nous poursuivons nos efforts diplomatiques», ajoutait-on alors que le porte-parole du Kremlin, mardi, envisageait une frappe nucléaire en cas de «menace existentielle».

Sur le fond, rien de neuf dans la déclaration de Dmitri Peskov: toutes les doctrines stratégiques envisagent l’emploi des armes nucléaires en cas d’attaque contre les «intérêts vitaux» . Mais Moscou ne précise pas comment l’Ukraine, de son point de vue, fait partie de ce périmètre.

Un mois après le déclenchement des hostilités, les forces russes n’ont pas atteint leurs objectifs sur le terrain. Pour conjurer l’échec, Vladimir Poutine pourrait être tenté par une escalade, intensifier le conflit pour faire plier son adversaire. La crainte est au menu des discussions entre alliés, avec l’hypothèse d’une frappe «tactique» de la Russie. Moscou pourrait chercher à fabriquer un prétexte pour une riposte, dit-on en craignant d’être alors au bord du gouffre.

>> LIRE NOTRE DÉCRYPTAGE – Guerre en Ukraine : l’hypothèse d’une frappe nucléaire tactique russe prise au sérieux par les alliés

Marioupol : plus de 100.000 personnes ont toujours besoin d’être évacuées, selon le vice-premier ministre ukrainien

Reporterssurplace

Plus de 100.000 personnes ont toujours besoin d’être évacuées de Marioupol, a déclaré le vice-premier ministre ukrainien Iryna Vereshchuk à la télévision nationale, samedi.

À VOIR AUSSI – Ukraine: Emmanuel Macron annonce une «opération humanitaire exceptionnelle» à Marioupol avec la Grèce et la Turquie

” data-ratio=”2-1″ data-script=”https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js” data-title=”Ukraine: Emmanuel Macron annonce une «opération humanitaire exceptionnelle» à Marioupol avec la Grèce et la Turquie” data-url=”https://video.lefigaro.fr/figaro/video/ukraine-emmanuel-macron-annonce-une-operation-humanitaire-exceptionnelle-a-marioupol-avec-la-grece-et-la-turquie/”>

Nouveau couvre-feu à Kiev de samedi soir à lundi matin

Un nouveau couvre-feu va à nouveau être instauré à Kiev de samedi soir à lundi matin, a annoncé samedi le maire de la capitale ukrainienne, Vitali Klitschko.

«Le commandement militaire a décidé de renforcer le couvre-feu. Il va durer de 20h samedi à 7h lundi 28 mars», a indiqué le maire sur Telegram.

>> LIRE AUSSI – Vitali Klitschko, maire de Kiev, du ring à la résistance armée contre les russes

>> LIRE AUSSI – «Je donnerai ma vie pour mon pays», assure Klitschko

Le maire de Marioupol dit avoir discuté d’évacuations humanitaires avec l’ambassadeur de France

Le maire de Marioupol a dit samedi avoir discuté avec l’ambassadeur de France en Ukraine sur les différentes options permettant d’évacuer de nouveaux civils. Cette déclaration survient après l’annonce du Président Emmanuel Macron, vendredi, d’organiser une «opération humanitaires» pour évacuer des civils de Marioupol, menée en lien avec la Grèce et la Turquie.

Le maire a également précisé que la ville, encerclée par l’armée russe, restait dans une situation humanitaire critique, avec des combats de rue dans son centre.

Cette ville portuaire du sud de l’Ukraine, en position stratégique sur la mer d’Azov, est soumise depuis plusieurs semaines à un blocus humanitaire, et sous le bombardement constant de l’armée russe. Cette «ville de plus de 400.000 habitants», avait souligné Emmanuel Macron vendredi, «n’a plus aujourd’hui que 150.0000 habitants» vivant «dans des situations dramatiques».

>> LIRE AUSSI – Emmanuel Macron annonce une «opération humanitaire» d’évacuation de Marioupol

Le ministre russe de la Défense réapparait sur les écrans après deux semaines d’absence

Photos

Le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou a fait une première apparition publique en deux semaines, selon des images diffusées samedi, après une absence qui avait nourrit des interrogations que le Kremlin s’était efforcé de balayer.

Le ministère de la Défense a publié samedi une vidéo montrant Sergueï Choïgou présider une réunion consacrée au budget d’armement de la Russie.

Les images ne sont pas datées, mais le ministre y fait référence à une réunion avec le ministre des Finances qui, selon les agences russes, a eu lieu vendredi 25 mars. Il y affirme que les commandes et l’approvisionnement en armements se passent comme prévu «malgré les difficultés que nous rencontrons aujourd’hui» du fait des sanctions internationales imposées en réaction à l’offensive russe en Ukraine.

>> LIRE AUSSI – Un mois de guerre en Ukraine, le récit de notre envoyé spécial

Le correspondant du Financial Times à Moscou a publié, sur son compte Twitter, la vidéo en question :

It took two weeks, but Russia has finally released a slightly more convincing proof-of-life video of Sergei Shoigu after the defense minister vanished without explanation pic.twitter.com/tt3db5PoyW

— max seddon (@maxseddon) March 26, 2022

” data-script=”https://platform.twitter.com/widgets.js” data-title=”@maxseddon” data-url=”https://twitter.com/maxseddon/status/1507634022993866758″>

Le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou, dans la vidéo diffusée par le ministère russe de la Défense, le 26 mars 2022. AFP

À VOIR AUSSI – Russie: le ministre de la Défense réapparait sur les écrans après deux semaines d’absence

” data-ratio=”2-1″ data-script=”https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js” data-title=”Russie: le ministre de la Défense réapparait sur les écrans après deux semaines d’absence” data-url=”https://video.lefigaro.fr/figaro/video/russie-le-ministre-de-la-defense-reapparait-sur-les-ecrans-apres-deux-semaines-dabsence/”>

Biden assistera à Varsovie à une rencontre avec deux ministres ukrainiens

Le président américain Joe Biden assistera samedi matin à Varsovie à une rencontre entre le secrétaire d’Etat Antony Blinken et secrétaire à la Défense Lloyd Austin et leurs homologues ukrainiens, a annoncé la Maison Blanche.

«Ce matin, le président Biden fera une apparition à la rencontre entre les secrétaires Blinken et Austin et les ministres ukrainiens des Affaires étrangères Dmytro Kouleba et de la Défense Oleksii Reznikov», a indiqué la Maison Blanche dans un e-mail, au deuxième jour de la visite du chef de l’exécutif américain en Pologne.

Zelensky accuse la Russie de pousser à la course aux armes nucléaires

La Russie alimente une dangereuse course aux armements en mettant en avant son arsenal nucléaire, a dénoncé samedi le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, lors d’une intervention vidéo au Forum de Doha, organisé par le Qatar.

«Ils se vantent de pouvoir détruire avec des armes nucléaires non seulement un pays en particulier, mais aussi la planète entière», a déclaré le président Zelensky dans un message vidéo diffusé devant des dirigeants politiques et économiques, dont les propos ont été traduits en arabe.

À VOIR AUSSI – Au forum de Doha, Zelensky accuse la Russie de pousser à la course aux armes nucléaires

” data-ratio=”2-1″ data-script=”https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js” data-title=”Au forum de Doha, Zelensky accuse la Russie de pousser à la course aux armes nucléaires” data-url=”https://video.lefigaro.fr/figaro/video/au-forum-de-doha-zelensky-accuse-la-russie-de-pousser-a-la-course-aux-armes-nucleaires/”>

L’offensive russe s’enlise-t-elle vraiment ?

Figaro

Un mois après le début de l’invasion, les forces armées russes ont ralenti considérablement leur offensive face à la résistance acharnée des soldats ukrainiens. L’offensive russe en Ukraine «s’enlise», a estimé mercredi 23 mars Olaf Scholz, «malgré toutes les destructions qu’elle provoque jour après jour». Vladimir Poutine, qui comptait vraisemblablement vaincre rapidement l’armée ukrainienne avec une stratégie de guerre éclair, a dû revoir son schéma initial pour désormais envisager une guerre plus longue. Ce vendredi, l’adjoint au chef d’état-major russe a même indiqué que l’armée russe allait se concentrer sur l’Est de l’Ukraine, confirmant l’immobilisation sur le front nord.

Les divers éléments sur la fébrilité de l’armée russe n’ont cessé d’étonner depuis le début de la guerre. Mal engagée dans le conflit, celle-ci a révélé de nombreux problèmes de coordination, de communication et de logistique. Face à la défense ukrainienne, plusieurs milliers de soldats russes ont été tués, «des pertes considérables» selon le ministère de la défense britannique. Enfin, depuis quelques jours, les forces ukrainiennes contre-attaquent dans les environs de Kiev. Peut-on dire pour autant que l’offensive russe est en train de s’enliser ?

>> LIRE NOTRE VERIFICATION – Guerre en Ukraine : l’offensive russe s’enlise-t-elle vraiment ?

À VOIR AUSSI – «Il est nécessaire de chercher la paix», affirme Zelensky aux Russes après un mois de guerre

” data-ratio=”2-1″ data-script=”https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js” data-title=”«Il est nécessaire de chercher la paix», affirme Zelensky aux Russes après un mois de guerre” data-url=”https://video.lefigaro.fr/figaro/video/il-est-necessaire-de-chercher-la-paix-affirme-zelensky-aux-russes-apres-un-mois-de-guerre/”>

Volodymyr Zelensky appelle le Qatar à augmenter la production de gaz pour contrer la Russie

CommentaireI

Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky a appelé samedi le Qatar, un des principaux exportateurs de gaz naturel liquéfié au monde, à augmenter sa production pour contrer les menaces russes d’utiliser l’énergie «pour faire du chantage».

«Je vous demande d’augmenter la production d’énergie pour que tout le monde en Russie comprenne que personne ne peut utiliser l’énergie comme une arme pour faire du chantage au monde entier», a déclaré Volodymyr Zelensky dans un message vidéo diffusé lors du Forum de Doha, organisé au Qatar, dont les propos ont été traduits en anglais.

136 enfants ukrainiens tués depuis le 24 février selon le parquet général ukrainien

loupe

Au 31e jour depuis l’offensive militaire russe en Ukraine, des milliers d’Ukrainiens ont été tués, parmi lesquels 136 enfants, a précisé le parquet général ukrainien ce samedi dans un message sur l’application Telegram.

Sur ce total, 64 enfants ont été tués dans la région de Kiev, a indiqué le Bureau du parquet général, et plus de 50 ont trouvé la mort dans la région de Donetsk, a-t-il précisé. Par ailleurs, 199 enfants ont été blessés, a-t-il ajouté.

À VOIR AUSSI – Ukraine: 109 poussettes vides en symbole des enfants tués depuis le début de la guerre

” data-ratio=”2-1″ data-script=”https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js” data-title=”Ukraine: 109 poussettes vides en symbole des enfants tués depuis le début de la guerre” data-url=”https://video.lefigaro.fr/figaro/video/ukraine-109-poussettes-vides-en-symbole-des-enfants-tues-depuis-le-debut-de-la-guerre/”>

Bonjour à tous, bienvenue dans ce direct

Chers lecteurs, bienvenue dans ce nouveau direct où nous allons suivre la 31e journée de combats après le début de l’invasion russe en Ukraine, le 24 février. Suivez minute par minute les dernières informations liées à ce conflit.

Retrouvez toutes les informations sur la journée de vendredi ici.