Dons: les Français, champions de la générosité

Réservé aux abonnés

En termes de profil, les donateurs sont plutôt des femmes (55 %), âgées de plus 50 ans et diplômées. 204106391/kasto – stock.adobe.com

DÉCRYPTAGE – L’année finissant, les appels aux dons se multiplient. La cause animale est désormais un des grands bénéficiaires.

Handicap international, Apprentis d’Auteuil, denier du culte, Société nationale de sauvetage en mer… En cette fin d’année les boîtes aux lettres regorgent de sollicitations écrites pour faire des dons. Les mails ne sont pas en reste. «Plus que trois jours pour bénéficier de 75 % de réduction fiscale», écrivait encore, mercredi matin, l’association d’aide aux personnes défavorisées Mie de pain dans un énième courriel de relance.

Outre l’aspect philanthropique, ces sommes versées à des associations reconnues d’utilité publique permettent aux contribuables d’obtenir un crédit d’impôt sur le revenu de 66 %, si ces organisations sans but lucratif sont d’intérêt général, ou même de 75 % si elles s’occupent de personnes en difficulté. Mais le donateur doit le faire avant la fin de l’année civile pour bénéficier de la déduction sur ses revenus 2021.

À lire aussiLa crise sanitaire incite les associations à réinventer leurs appels aux dons

C’est dire l’importance de cette période. «L’an dernier, 55 % des dons du dernier trimestre ont été réalisés uniquement sur le mois de décembre, constate…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 78% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ? Connectez-vous