Doutes sur la capacité d’Israël à frapper l’Iran

Réservé aux abonnés

Par Marc Henry

Publié , Mis à jour

Le premier ministre israélien Naftali Bennett. GIL COHEN-MAGEN/AFP

L’État hébreu fait monter la pression sur le dossier du nucléaire iranien mais ne serait pas capable de porter un coup décisif à Téhéran.

De Jérusalem

Israël semble plus que jamais sur le pied de guerre contre l’Iran. Depuis des semaines, l’heure est à l’escalade verbale, histoire de convaincre le monde que l’État hébreu est prêt à déclencher une guerre pour empêcher la république islamique de se doter de bombes atomiques. Ces menaces ont été lancées alors que les négociations entre l’Iran et la communauté internationale sur le nucléaire reprennent lundi à Vienne. Mais les apparences peuvent être trompeuses. De sérieux doutes commencent à affleurer sur la capacité militaire d’Israël à asséner un coup fatal aux ambitions nucléaires iraniennes, tout comme sur l’efficacité de cette campagne d’intimidation.

À lire aussiNucléaire iranien: chronique d’un échec annoncé

Seule certitude: les déclarations va-t’en-guerre se sont multipliées. À peine entré en fonction, David Barnea, le chef du Mossad, a proclamé qu’Israël «fera tout ce qui est nécessaire» pour bloquer le programme nucléaire iranien. Le général Aviv Kochavi, le chef d’état-major, a obtenu une rallonge budgétaire de près de 1 milliard…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 80% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ? Connectez-vous