Emmerder les non-vaccinés : «On se sent considérés comme des pestiférés»

Réservé aux abonnés

«Nous mettons une pression sur les non-vaccinés en limitant pour eux, autant que possible, l’accès aux activités de la vie sociale», a déclaré Emmanuel Macron. NICOLAS TUCAT / AFP

TÉMOIGNAGES – Visés par la sortie polémique d’Emmanuel Macron, nombreux sont les non-vaccinés qui se disent «confortés» dans leur refus du vaccin qui pèse de plus en plus lourd sur leur quotidien.

«J’ai dû mentir à mon patron pour acheter la paix sociale». Étienne, 31 ans, frémit quand il raconte son histoire. Depuis six mois, son chef lui «met la pression» pour qu’il se fasse vacciner. Ce qu’il refuse depuis le début. «Je n’en vois pas l’intérêt, je suis jeune et le vaccin n’empêche pas la transmission du virus», dit-il. Après avoir été convoqué plusieurs fois dans le bureau de son supérieur, Étienne a fini par lui mentir. «Je lui ai dit que j’allais me faire vacciner le week-end suivant, mais depuis j’ai attrapé le covid et j’ai enfin un passe sanitaire». Malgré un cas de conscience important, il préfère «ne pas être emmerdé» sur son lieu de travail.

À lire aussiMacron et les non-vaccinés: «Malaise démocratique»

Étienne fait partie des cinq millions de Français qui refusent le vaccin. Dans un entretien au Parisien , Emmanuel Macron a assumé vouloir leur mettre la pression «en limitant pour eux, autant que possible, l’accès aux activités de la vie sociale.» «Moi, je ne suis pas pour emmerder les Français. Je peste toute la journée contre l’administration…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 78% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ? Connectez-vous

Emmerder les non-vaccinés : «On se sent considérés comme des pestiférés»

S’ABONNER

S’abonner