EN DIRECT – Afghanistan : les forces américaines pourraient rester à Kaboul au-delà du 31 août pour les évacuations

A VENIR : Début du direct :

EN COURS : Mis à jour

TERMINE : Fin du direct :

Ce qu’il faut retenir de la situation ce mercredi soir

• Les opérations de rapatriement se poursuivent, un troisième vol français a quitté Kaboul

Un troisième vol français a quitté Kaboul pour Abou Dhabi, aux Emirats arabes unis, avec 138 personnes dont 124 Afghans, a indiqué sur la ministre française des Armées Florence Parly. La date d’arrivée de ces rapatriés n’était pas encore connue mercredi soir, alors qu’un vol a atterri à Paris peu avant 21 heures, avec à son bord 216 personnes dont 184 Afghans.

• L’ex-président afghan Ashraf Ghani «en discussion» pour regagner l’Afghanistan

Dans un direct sur son compte Facebook, l’ex-président afghan Ashraf Ghani a indiqué qu’il avait quitté le pays pour «éviter un bain de sang», et qu’il n’avait pas reçu d’argent en contrepartie. Il a également affirmé soutenir le dialogue entre les talibans et son prédécesseur Karzai – une rencontre qui a eu lieu ce mercredi. Enfin, il se dit «en discussion» pour regagner l’Afghanistan.

• Les forces américaines pourraient rester à Kaboul au-delà du 31 août pour évacuer tous les Américains

Dans un entretien diffusé par la chaîne ABC, le président américain Joe Biden a évoqué la possibilité que les soldats américains restent à Kaboul au-delà du 31 août, date de fin de retrait des forces internationales, pour évacuer tous les Américains. Il avait plus tôt admis des «difficultés» pour évacuer les alliés afghans du pays.

• L’Union européenne se prépare à accueillir des réfugiés

L’UE doit accueillir les Afghans faisant l’objet d’une «menace immédiate», en particulier des femmes, avec l’arrivée au pouvoir des talibans, a déclaré mercredi la commissaire européenne Ylva Johansson, appelant les Etats membres à «accélérer» leurs opérations d’accueil de réfugiés sur leur sol. Angela Merkel s’est dite ouverte à un accueil «contrôlé» de réfugiés «vulnérables». Le gouvernement britannique a lui annoncé lancer un dispositif destiné à accueillir «à long terme» 20.000 réfugiés afghans.

Le FMI suspend les aides en faveur de l’Afghanistan

Le Fonds monétaire international a annoncé qu’il suspendait les aides en faveur de l’Afghanistan en raison de l’incertitude entourant le statut des dirigeants à Kaboul après la prise de contrôle du pays par les talibans. «Il y a actuellement un manque de clarté au sein de la communauté internationale concernant la reconnaissance d’un gouvernement en Afghanistan», a indiqué une porte-parole.

―――――――――――――――――――――――――――――――――――――――――――――――――――――――――――――――――――――――――――――――――――――――――――

• LES CINQ ARTICLES DU FIGARO À NE PAS MANQUER

Ces Afghans rongés par la peur et l’appel de l’exil

Afghanistan: d’anciennes figures du djihad en coulisses du nouvel émirat

Faut-il craindre une vague migratoire après la chute de l’Afghanistan ?

Jean-Louis Bourlanges: «Le lâchage de Kaboul signe la contradiction entre l’ambition et la fatigue américaines»

Afghanistan : l’histoire derrière la photo de l’avion américain et ses 640 passagers

Le fils du commandant Massoud réclame des armes à Washingon

Ahmad Massoud, fils du commandant Ahmed Shah Massoud assassiné en 2001 par Al-Qaïda, réclame un soutien américain en armes et munitions pour sa milice en Afghanistan afin de résister aux talibans qui ont repris le pouvoir à Kaboul, dans une tribune publiée mercredi par le quotidien Washington Post.

«L’Amérique peut encore être un grand arsenal pour la démocratie» en soutenant ses combattants moujahidines «qui sont à nouveau prêts à affronter les talibans», assure-t-il.

A LIRE – Ahmad Massoud, quand le fils reprend le flambeau

“>
WAKIL KOHSAR/AFP


EN IMAGES – l’opération APAGAN d’exfiltration continue

Arrivée aux Emirats Arabes Unis des personnes exfiltrées par l’armée française.

“>


“>

Jean-Baptiste Dulion, contrôleur général du Raid : l’évacuation de l’ambassade de France a été négociée avec les talibans

Interrogé sur RTL, Jean-Baptiste Dulion, contrôleur général du Raid s’est dit «extrêmement soulagé» après cette «opération périlleuse dans un environnement très hostile et incertain».

«Il y a eu deux niveaux de négociation : un via l’ambassadeur de France qui s’est joué avec la direction du mouvement taliban et nous, sur le terrain, on a été en constante recherche d’un responsable qui puisse nous aider et favoriser l’exfiltration, puisqu’on ne pouvait rien faire sans eux»

– Jean-Baptiste Dulion, contrôleur général du Raid

A LIRE – Afghanistan: l’évacuation de l’ambassade de France a été négociée avec les talibans

Des policiers @PoliceNationale détachés à la DCIS et du #RAID ont assuré la sécurité de nos compatriotes et des afghans réfugiés à l’ambassade 🇫🇷 à #Kaboul.Organisation et protection du transfert la nuit dernière vers l’aéroport militaire. #Protéger #Courage #Fierté #Apagan pic.twitter.com/bNGoroCwu4

— Police nationale (@PoliceNationale) August 18, 2021

Al-Qaïda au Yémen félicite les talibans et appelle au djihad

Le groupe djihadiste Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa) a félicité les talibans pour leur récente prise du pouvoir en Afghanistan et s’est engagée à poursuivre le djihad

«Cette victoire et cette prise de pouvoir nous révèlent que le djihad et le combat représentent le moyen légal et réaliste, sur la base de la charia, de rétablir les droits (et) d’expulser les envahisseurs et les occupants», a déclaré dans un communiqué la branche yéménite d’Al-Qaïda.

Les talibans avaient offert un sanctuaire à Al-Qaïda pendant leur précédent règne de 1996 à 2001, poussant les Etats-Unis à envahir l’Afghanistan à la tête d’une coalition internationale et renverser leur régime en réponse aux attentats du 11 septembre.

Clément Beaune: accueillir les réfugiés afghans, oui, mais «pas contre l’Etat»

«Que des maires veulent accueillir dans leur commune, tant mieux, mais bien sûr, ça ne se fera pas contre l’Etat», affirme Clément Beaune, secrétaire d’Etat aux affaires européennes. «On n’a aucun intérêt à opposer les uns aux autres», a-t-il ajouté.

«Le propos du chef de l’Etat a été malencontreusement, je pense, délibérément dans certains cas tronqué», a-t-il estimé. «Nous sommes en Europe le premier pays d’asile pour les Afghans.»

«Jean-Yves Le Drian ne fait preuve d’aucune naïveté», affirme le secrétaire d’Etat aux affaires européennes. «Soyons clair : il n’y aura aucune connivence de quelque sorte que ce soit avec les talibans. Il n’y a pas de talibanisme soft»

🗣 Afghanistan : “Que des maires veulent accueillir dans leur commune, tant mieux, mais bien sûr, ça ne se fera pas contre l’Etat”, affirme Clément Beaune. “On n’a aucun intérêt à opposer les uns aux autres.”Suivez le live 👇https://t.co/cEwi3c61QM pic.twitter.com/1eU8zRdbR3

— franceinfo (@franceinfo) August 19, 2021

Les talibans accusés d’entraver le départ des Afghans qui veulent fuir le pays

Les talibans continuent jeudi de contrôler les alentours de l’aéroport de Kaboul, où les complexes opérations d’évacuation se poursuivent laborieusement, mais les États-Unis leur ont reproché d’en entraver l’accès aux Afghans qui souhaitent quitter le pays.

Des dizaines de milliers de personnes ont tenté de fuir l’Afghanistan depuis la prise de pouvoir dimanche du mouvement islamiste radical, après une campagne militaire expéditive qui lui a permis en dix jours d’entrer dans la capitale. Ces Afghans, qui se souviennent encore de leur précédent régime, entre 1996 et 2001, et leur bilan catastrophique en matière de respect des droits humains, n’ont aucune confiance dans les multiples assurances données ces derniers jours par les talibans.

» LIRE AUSSI – Ces Afghans rongés par la peur et l’appel de l’exil

Washington parle d’un «consensus» avec Pékin et Moscou sur l’Afghanistan

Les Etats-Unis ont affirmé partager sur l’Afghanistan les mêmes objectifs que la Chine et la Russie, deux nations qui voient dans le retrait américain une opportunité de renforcer leur influence dans le pays en coopérant avec les talibans. Wendy Sherman, numéro deux du département d’Etat, a renvoyé à une déclaration conjointe lundi du Conseil de sécurité des Nations unies, qui a appelé «à la mise en place, par le biais de négociations élargies, d’un nouveau gouvernement uni et représentatif» à Kaboul.

Ce communiqué «montre que nous sommes tous sur la même position, consistant à appeler les talibans à garantir la justice, l’égalité des droits et l’intégration, afin qu’il n’y ait pas de violences, afin que les personnes puissent partir si elles le souhaitent», a déclaré Sherman. «Donc j’en conclus qu’il y a actuellement un consensus très solide» sur la question, a ajouté la haute responsable qui s’est rendue le mois dernier en Chine.

» LIRE NOTRE ARTICLE – Ces Afghans rongés par la peur et l’appel de l’exil

Les forces américaines pourraient rester à Kaboul au-delà du 31 août pour évacuer tous les Américains

Dans un entretien diffusé par la chaîne ABC, le président américain Joe Biden a évoqué la possibilité que les soldats américains restent à Kaboul au-delà du 31 août, date de fin de retrait des forces internationales, pour évacuer tous les Américains. Il avait plus tôt admis des «difficultés» pour évacuer les alliés afghans du pays.

» LIRE NOTRE ARTICLE – Afghanistan: d’anciennes figures du djihad en coulisses du nouvel émirat

L’ONU entame le retrait d’une partie de ses employés

Les Nations unies ont débuté l’évacuation d’une partie de leurs employés présents en Afghanistan, a indiqué un porte-parole alors que des centaines de candidats au départ tentent de fuir le pays après le retour au pouvoir des talibans. Une centaine de salariés de l’ONU va être évacuée vers Almaty, au Kazakhstan, a précisé Stéphane Dujarric, sans préciser s’ils étaient étrangers ou afghans.

«C’est une mesure temporaire qui permet à l’ONU de continuer à fournir de l’aide au peuple d’Afghanistan avec un minimum de perturbations et, en même temps, qui réduit les risques pour le personnel», a-t-il expliqué, soulignant que l’ONU restait «engagée» dans sa mission de soutien à la population.

» LIRE NOTRE ARTICLE –Jean-Louis Bourlanges: «Le lâchage de Kaboul signe la contradiction entre l’ambition et la fatigue américaines»

«Bienvenue», lance Emmanuel Macron aux évacués de Kaboul

Dans un tweet, le président de la République a souhaité la bienvenue aux Afghans évacués de Kaboul – plus de 300 pour l’instant, après l’atterrissage de deux avions à l’aéroport Roissy Charles-de-Gaulle.

Nous vous le devons.Bienvenue. pic.twitter.com/QzTd1MKSGm

— Emmanuel Macron (@EmmanuelMacron) August 18, 2021

» LIRE NOTRE ARTICLE – Ces Afghans rongés par la peur et l’appel de l’exil

Biden affirme qu’il était impossible de quitter l’Afghanistan sans une forme de «chaos»

Très critiqué depuis la prise de pouvoir fulgurante des talibans en Afghanistan, Joe Biden a affirmé qu’il aurait été impossible de retirer les troupes américaines sans une forme de «chaos» dans le pays, dans un extrait d’entretien diffusé par la chaîne ABC.

Le président américain a d’autre part admis rencontrer «davantage de difficultés» à évacuer les Afghans que les Américains, au moment où Washington accuse les talibans de ne pas tenir leur promesse de laisser un libre accès à l’aéroport de Kaboul à tous ceux qui voudraient fuir. L’idée «que d’une façon il y avait un moyen de sortir sans que le chaos s’ensuive, je ne vois pas comment cela est possible», a-t-il martelé.

» LIRE NOTRE ARTICLE – À Van, en Turquie, les Afghans qui fuient racontent les pratiques talibanes moyenâgeuses

«Sous le règne des talibans, de 1996 à 2001, les Afghans ont connu la misère absolue»

Les talibans, lorsqu’ils étaient au pouvoir, n’ont pas seulement persécuté de très nombreux Afghans, mais ruiné le pays, raconte Jean-Charles Jauffret. Aujourd’hui, malgré leurs efforts de communication envers l’Occident, la philosophie des talibans n’a pas changé, juge-t-il.

Lisez notre entretien, ci-dessous.

» LIRE NOTRE ARTICLE – «Sous le règne des talibans, de 1996 à 2001, les Afghans ont connu la misère absolue»

La Turquie toujours prête à protéger l’aéroport de Kaboul

La Turquie est toujours prête à protéger l’aéroport de Kaboul après la prise de pouvoir par les talibans, et Ankara discute avec toutes les parties concernées, a déclaré mercredi le président turc Recep Tayyip Erdogan.

«Nous avions l’intention d’assurer la sécurité de l’aéroport et de contribuer à la sécurité de ce pays après le retrait des (troupes) américaines. Nous en avons toujours l’intention», a déclaré Erdogan lors d’une interview télévisée. «Nous planifions maintenant en fonction des nouvelles réalités qui sont apparues sur le terrain et nous menons nos négociations en conséquence», a déclaré le chef de l’Etat turc. 

Des responsables américains ont indiqué que les discussions à ce sujet se poursuivaient avec Ankara et ont exprimé leur gratitude pour le rôle joué par la Turquie dans l’évacuation des civils de Kaboul.

» LIRE NOTRE ARTICLE – Afghanistan: d’anciennes figures du djihad en coulisses du nouvel émirat

Les talibans ont fouillé les domiciles de quatre journalistes

Les talibans ont fouillé cette semaine les domiciles «d’au moins quatre journalistes et employés» de médias, selon les informations du Comité pour la Protection des Journalistes (CPJ), qui a appelé mercredi le groupe d’insurgés à «cesser la violence» envers la presse.

D’autre part, le CPJ, une ONG basée à New York, «enquête sur des informations de presse datant d’aujourd’hui et affirmant que des militants talibans ont frappé au moins deux journalistes dans la ville de Jalalabad, dans la province de Nangarhar (Est), où ils couvraient une manifestation contre la prise de pouvoir du groupe» d’insurgés, précise-t-il dans un communiqué.

«Les talibans doivent mettre fin aux fouilles des domiciles de journalistes, s’engager à cesser la violence contre eux, et les autoriser à travailler librement et sans interférence», a déclaré Steven Butler, le responsable de la région Asie pour le CPJ. Les insurgés ont fouillé les domiciles d’au moins trois employés de Deutsche Welle, selon le CPJ qui a vérifié ces informations auprès du groupe audiovisuel public allemand. Les talibans «cherchaient» ces journalistes, avait précisé mardi un responsable du groupe allemand, Karl Justen, sur le site de la chaîne.

» LIRE NOTRE ARTICLE – À Van, en Turquie, les Afghans qui fuient racontent les pratiques talibanes moyenâgeuses

L’Amérique ouvre l’accueil des réfugiés

Des milliers d’Afghans arrivent sur le territoire américain par gros-porteur, et sur la pointe des pieds. Leur première demeure ? Fort Lee, en Virginie, au sud de la capitale régionale Richmond, et bientôt deux autres communautés étroitement liées au monde militaire, Fort Bliss (Texas) ainsi que Fort McCoy (Wisconsin).

Les États-Unis ont déclenché un pont aérien, pour venir en aide à 18.000 personnes et leurs familles. Ces derniers ont travaillé directement auprès de l’armée américaine.

Lisez notre récit, ci-dessous.

LIRE NOTRE ARTICLE – Afghanistan: l’Amérique ouvre l’accueil des réfugiés

Les Américains évacueront autant de personnes que «possible», dit le chef du Pentagone

Les Etats-Unis évacueront d’Afghanistan autant de candidats au départ que «possible», a affirmé le ministre américain de la Défense, Lloyd Austin, alors que des milliers d’Afghans se pressent à l’aéroport de Kaboul pour tenter de fuir le pays après le retour au pouvoir des talibans.

«Nous allons évacuer tous ceux que nous pouvons physiquement, possiblement évacuer et nous conduirons ces opérations aussi longtemps que possible», a-t-il dit en s’exprimant publiquement pour la première fois depuis la chute du régime afghan.

Selon Lloyd Austin, les responsables américains à Kaboul ont souligné aux responsables talibans qui contrôlent l’accès à l’aéroport que «les gens qui tentent d’entrer dans l’aéroport et qui ont les bons documents doivent être autorisés à entrer dès maintenant».

» LIRE NOTRE ARTICLE – Ces Afghans rongés par la peur et l’appel de l’exil

À Van, en Turquie, les Afghans qui fuient racontent les pratiques talibanes moyenâgeuses

Si le désespoir avait un visage, il ressemblerait à celui d’Abdul Karim Ouzbek. «J’avais déjà perdu deux enfants à cause des talibans. Aujourd’hui, j’ai perdu mon pays», chevrote ce natif de Takhar, en Afghanistan, réfugié in extremis à Van, en Turquie. Dimanche soir, il n’a pas fermé l’œil de la nuit, collé à l’écran de son smartphone, bombardé d’images de panique relayées sur les réseaux sociaux.

Comme une traînée de poudre, le piège des «Étudiants en théologie» venait de se refermer sur l’Afghanistan. À 40 ans, ce père de six enfants connaît leurs méthodes moyenâgeuses – il les a déjà endurées de 1996 à l’intervention américaine de 2001. Il est familier de leurs menaces – il n’a cessé de les subir pendant la relative accalmie de ces deux dernières décennies. Jusqu’à ce que le danger frappe en direct à sa porte.

Lisez la suite de notre reportage, ci-dessous.

Le FMI suspend les aides en faveur de l’Afghanistan en raison du climat d’incertitude

Le Fonds monétaire international a annoncé qu’il suspendait les aides en faveur de l’Afghanistan en raison de l’incertitude entourant le statut des dirigeants à Kaboul après la prise de contrôle du pays par les talibans.

«Comme toujours, le FMI est guidé par les vues de la communauté internationale», a indiqué une porte-parole à l’AFP. «Il y a actuellement un manque de clarté au sein de la communauté internationale concernant la reconnaissance d’un gouvernement en Afghanistan, en conséquence de quoi le pays ne peut pas accéder aux DTS (droits de tirage spéciaux, ndlr) ou à d’autres ressources du FMI».

» LIRE NOTRE ARTICLE –Jean-Louis Bourlanges: «Le lâchage de Kaboul signe la contradiction entre l’ambition et la fatigue américaines»

L’évacuation des exilés de Kaboul en images

L’Etat-major des Armées a fourni au Figaro des images de l’embarquement d’un des avions A330 français déployés ce 18 août aux Emirats arabes unis, dans le cadre de l’opération APAGAN. A voir ci-après.

“>
Des évacués embarquant dans un A330.Chef d’Etat-major des Armées


“>
Chef d’Etat-major des Armées


“>
Au sein de l’avion, du personnel militaire s’affaire.Chef d’Etat-major des Armées

«Rien» n’indiquait que l’armée et le gouvernement afghans s’effondreraient «en 11 jours», assure l’armée américaine

«Rien» n’indiquait que l’armée et le gouvernement afghans s’effondreraient aussi vite face à l’avancée des combattants talibans, a affirmé mercredi le plus haut gradé américain. Les forces de sécurité afghanes avaient «la formation, la taille et la capacité de défendre leur pays et c’était une question de volonté et de leadership. Et ni moi, ni personne d’autre n’a anticipé l’effondrement d’une armée de cette taille en 11 jours», a dit le chef d’état-major américain, le général Mark Milley.

» LIRE NOTRE ARTICLE – Michel Goya: «Afghanistan, les racines du fiasco américain»

D’anciennes figures du djihad en coulisses du nouvel émirat

Les combattants islamistes sont entrés dans Kaboul dimanche dernier et contrôlent désormais la majorité du pays. Le Figaro fait le point sur les principales figures à la tête des talibans. Découvrez leur portraits, en photos, dans l’article ci-dessous.

» LIRE NOTRE ARTICLE – D’anciennes figures du djihad en coulisses du nouvel émirat

À VOIR AUSSI – Qui est Abdul Ghani Baradar, le co-fondateur des talibans, de retour en Afghanistan

Les talibans facilitent l’accès à l’aéroport de Kaboul des citoyens américains

Les talibans permettent aux citoyens américains de rallier l’aéroport de Kaboul pour quitter l’Afghanistan, a indiqué mercredi le chef d’état-major américain, le général Mark Milley. «Les talibans facilitent le passage en toute sécurité vers l’aéroport des citoyens américains, c’est-à-dire des détenteurs d’un passeport américain», a-t-il expliqué.

» LIRE NOTRE ARTICLE – Afghanistan: d’anciennes figures du djihad en coulisses du nouvel émirat

Les saisies d’armes américaines par les talibans embarrassent Washington

La déroute de l’armée afghane a permis aux talibans de s’emparer d’un équipement militaire américain considérable, et les images d’insurgés paradant avec des armes américaines ont envahi les réseaux sociaux, embarrassant l’administration Biden.

Les réseaux sociaux abondent de vidéos de combattants talibans saisissant une cargaison d’armes, pour la plupart fournies à l’armée afghane par les puissances occidentales, posant avec jubilation devant des hélicoptères d’attaque Black Hawk, brandissant des armes automatiques voire des fusils de précision, ou circulant à bord de véhicules blindés équipés de lance-roquettes.

» LIRE NOTRE ARTICLE – Ces Afghans rongés par la peur et l’appel de l’exil

Des images gênantes pour Joe Biden, dont la gestion du retrait d’Afghanistan est sous le feu des critiques. «Grâce au retrait raté de Biden, les talibans sont mieux équipés aujourd’hui qu’ils ne l’ont jamais été», a tweeté mardi la présidente du parti républicain Ronna McDaniel. «Joe Biden est favorable au contrôle des ventes d’armes, sauf quand il s’agit de donner aux talibans des milliards d’armement militaire», a commenté mercredi l’élue pro-Trump Lauren Boebert. Washington a dépensé depuis 20 ans, 83 milliards de dollars pour former et équiper l’armée afghane.

Weapons captured by the Taliban on just one base pic.twitter.com/kWJMAsCOKo

— Jack Posobiec 🇺🇸 (@JackPosobiec) August 14, 2021

Michel Goya: «Afghanistan, les racines du fiasco américain»

La campagne afghane de la «guerre globale contre le terrorisme», déclarée tout de suite après les attentats du 11 septembre 2001, se termine à Kaboul comme en 1975 à Saïgon avec le vol des mêmes hélicoptères depuis les toits de l’ambassade américaine. C’est un fiasco identique qui, comme beaucoup d’autres engagements militaires – y compris français -, s’est joué dès l’enfance dans les décisions initiales prises au plus haut sommet de l’État.

Lisez la tribune de Michel Goya, ancien titulaire de la chaire d’histoire militaire à l’École de guerre, ci-dessous.

L’Iran se dit prêt à travailler avec Moscou et Pékin pour «stabiliser» l’Afghanistan

Le président iranien Ebrahim Raïssi a déclaré à ses homologues russe et chinois que Téhéran était prêt à coopérer avec les deux pays pour établir «la stabilité et la paix» en Afghanistan, où les talibans ont pris le pouvoir.  «L’Iran est prêt à coopérer avec la Chine pour établir la sécurité, la stabilité et la paix en Afghanistan et aussi pour le développement, le progrès et la prospérité de son peuple», a déclaré Ebrahim Raïssi au président Xi Jinping lors d’un appel téléphonique à l’initiative de Pékin, selon le site officiel du président iranien. Raïssi a de la même façon exprimé la disposition de l’Iran à «coopérer pour établir la paix et le calme en Afghanistan» avec la Russie lors d’un appel téléphonique avec le président Vladimir Poutine.

» LIRE NOTRE ARTICLE – À Van, en Turquie, les Afghans qui fuient racontent les pratiques talibanes moyenâgeuses

Faut-il craindre une vague migratoire après la chute de l’Afghanistan ?

Dans son allocution, Emmanuel Macron redoute une vague migratoire après la prise de Kaboul par les talibans. Un afflux de réfugiés est effectivement craint par une partie de la classe politique française. «La reconquête de l’Afghanistan par les fanatiques islamistes appelle un sursaut international pour protéger la France et l’Europe d’une déferlante migratoire sans précédent que nos dirigeants semblent encore prendre à la légère», a tweeté Jordan Bardella, vice-président du Rassemblement national (RN). Qu’en est-il ? Avec le retour des talibans, doit-on craindre une vague migratoire depuis l’Afghanistan?

Lisez notre article, ci-dessous.

» LIRE NOTRE VERIFICATION – Faut-il craindre une vague migratoire après la chute de l’Afghanistan ?

À VOIR AUSSI – Afghanistan: «Avant de parler de quotas», Angela Merkel se dit ouverte à l’accueil «contrôlé» de réfugiés

Washington répète qu’Ashraf Ghani «n’est plus une personne qui compte en Afghanistan»

Les Etats-Unis ont répété qu’ils ne considéraient plus Ashraf Ghani comme un acteur sur la scène politique en Afghanistan, après que l’ex-président qui a fui son pays en plein milieu du fulgurant retour des talibans a dit être «en discussion pour rentrer».

«Il n’est plus une personne qui compte en Afghanistan», a dit à la presse la numéro 2 du département d’Etat américain, Wendy Sherman, en refusant de commenter la décision des Emirats arabes unis de lui accorder l’asile.

Les talibans ne tiennent pas leur promesse sur l’accès des Afghans à l’aéroport de Kaboul, selon Washington

Le département d’Etat américain a accusé les talibans de ne pas tenir leur promesse de laisser un libre accès aux Afghans qui souhaitent se rendre à l’aéroport de Kaboul, où s’organise le départ de personnes craignant le nouveau régime des fondamentalistes.

«Nous avons vu les informations rapportant que les talibans, contrairement à leurs déclarations publiques et à leurs engagements vis-à-vis de notre gouvernement, empêchent les Afghans qui souhaitent quitter le pays d’atteindre l’aéroport» de Kaboul, a déclaré Wendy Sherman, numéro deux de la diplomatie américaine.

» LIRE NOTRE ARTICLE – Afghanistan: d’anciennes figures du djihad en coulisses du nouvel émirat

Ces Afghans rongés par la peur et l’appel de l’exil

Quelques jours seulement après être entrés dans Kaboul, les talibans ont tenu mardi leur première conférence de presse, après une première allocution accordée dès lundi à la chaîne qatarie al-Jazeera. «Après vingt années de combat nous avons émancipé le pays», assurait avec aplomb Zabihullah Mujahid, le porte-parole du mouvement, avant de préciser qu’il s’engageait à laisser les femmes travailler «dans le respect des principes de l’islam», sans d’autre précision. Malgré le discours lénifiant des talibans, nombre d’Afghans ayant côtoyé des Occidentaux craignent pour leur vie et cherchent encore à fuir. 

Lisez notre article, ci-dessous.

» LIRE NOTRE ARTICLE – Ces Afghans rongés par la peur et l’appel de l’exil

À VOIR AUSSI – «Où est-ce que je peux aller?»: à la frontière turco-iranienne de jeunes migrants afghans cherchent refuge face aux talibans

Biden et Merkel saluent leur coordination pour l’évacuation des Afghans

Le président américain Joe Biden et la chancelière allemande Angela Merkel ont salué mercredi la coordination «étroite» des deux pays dans les opérations d’évacuation des Afghans qui tentent de fuir le pays après le retour au pouvoir des talibans, selon un communiqué de la Maison-Blanche. 

Lors d’un entretien téléphonique, les deux dirigeants ont «salué les efforts de leur personnel civil et militaire qui collaborent étroitement à Kaboul pour évacuer leurs ressortissants, les Afghans vulnérables et les citoyens afghans courageux qui ont travaillé sans relâche ces 20 dernières années pour assurer la sécurité, promouvoir la paix et fournir de l’aide au développement au peuple afghan». Ils ont également évoqué «la nécessité d’une coordination étroite pour fournir de l’aide humanitaire aux Afghans vulnérables dans le pays ainsi que du soutien aux pays voisins» qui ont accueilli de nombreux réfugiés.

» LIRE NOTRE ARTICLE – Faut-il craindre une vague migratoire après la chute de l’Afghanistan ?

Arrivée à Roissy du deuxième vol d’exfiltrés de Kaboul

Les premiers Afghans mis en sécurité par la France après la chute du pays aux mains des talibans sont arrivés mercredi à l’aéroport parisien de Roissy Charles-de-Gaulle. Un avion de l’armée de l’Air transportant plus de 200 passagers, dont 25 français et une large majorité d’Afghans, dont un nombre important de femmes et d’enfants, s’est posé peu avant 21 heures. C’est la deuxième arrivée à Paris d’un vol du pont aérien mis en place par la France pour évacuer Français et Afghans du pays tombé aux mains des talibans. Une opération qui pourrait durer encore plusieurs jours. Un premier vol lundi transportait principalement des Français.

À leur arrivée, les Afghans exfiltrés seront pris en charge par l’Office français de l’immigration et de l’intégration (Ofii) et l’association France Terre d’Asile, qui ont tous deux refusé de fournir des précisions sur leurs lieux d’hébergement. «On est en train de construire leur dispositif d’accueil dans l’urgence et la nécessité», a déclaré à l’AFP le directeur général de l’Ofii, Didier Leschi. «On va s’occuper de les prendre en charge, ils auront tous un hébergement», a confirmé la directrice générale de France Terre d’Asile, Delphine Rouilleault.

» LIRE NOTRE ARTICLE – À Van, en Turquie, les Afghans qui fuient racontent les pratiques talibanes moyenâgeuses

“>
La première photo des arrivants, ce mercredi soir.Alain JOCARD / AFP
“>
L’avion transportant les évacués.Alain JOCARD / AFP

Appel à la France pour accueillir un avion de 145 Afghans ayant «les profils les plus à risque»

Un collectif de journalistes français et américains lance un appel au président Emmanuel Macron pour qu’il autorise l’atterrissage en France d’un avion affrété avec 145 Afghans, notamment des intellectuels, des journalistes, des archéologues, des artistes, dont certains sont sur des «listes noires» des talibans et «se terrent depuis trois jours». 

Le centre de recherche privé Sayara Research, «établi en Afghanistan depuis près de vingt ans», épaulé par un groupe de volontaires et de journalistes français et américains travaillant ou ayant travaillé en Afghanistan et «connaissant ce pays en profondeur», indique avoir «obtenu le financement d’un vol charter (…) grâce au soutien de plusieurs fondations privées, américaines notamment», dans une tribune publiée mercredi sur le site internet du media franceinfo.

«Notre but: évacuer d’urgence les profils les plus à risque en Afghanistan, ceux que les talibans ciblent sans relâche depuis vingt ans. Les vols commerciaux, mis à l’arrêt, ne peuvent assurer cette tâche. Certains de ces hommes et femmes sont sur des listes noires, d’autres ont déjà été ciblés par des agressions des talibans», déclarent les signataires de la tribune.

» LIRE NOTRE ARTICLE – Afghanistan: d’anciennes figures du djihad en coulisses du nouvel émirat

Les évacués afghans «recevront tout le secours de la France», selon le ministère des Armées

Dans un communiqué de presse, le ministère des Armées annonce que les évacués Afghans «qui souhaiteraient demeurer à long terme sur le territoire national seront accompagnés matériellement et administrativement dans leur demande d’asile». Ils bénéficieront, en outre «du soutien des opérateurs spécialisés dans leurs demandes de droit au séjour et leurs parcours d’intégration». «Ils recevront tout le secours de la France», appuie le ministère qui rappelle, comme mardi, qu’une «vaccination contre le Covid sera proposée» aux personnes évacuées.

» LIRE NOTRE ARTICLE – La déclaration de Jean-Yves Le Drian sur un gouvernement «inclusif» suscite la polémique

À VOIR AUSSI – «Je suis chanceux de ne plus être en Afghanistan»: l’immense soulagement de Mohammad et sa famille tout juste arrivés au Canada

Succès d’une pétition appelant la France à accueillir les féministes afghanes

Près de 75.000 personnes et organisations avaient signé mercredi en fin de journée une pétition demandant au président Emmanuel Macron d’accueillir en France les femmes afghanes engagées pour la cause féministe qui souhaiteraient fuir leur pays après la prise de pouvoir par les talibans. «La France s’enorgueillit de mener une diplomatie féministe. Quel soutien Emmanuel Macron compte-t-il offrir aux féministes afghanes qui risquent l’exécution si elles sont interceptées par les talibans? Nous devons accueillir celles qui le souhaitent», affirme cette pétition lancée par l’association «Pourvoir féministe».

En Afghanistan, «la vie des activistes qui ont tenté d’améliorer les conditions de vie des femmes, des filles et des minorités» est désormais «particulièrement menacée», affirme cette pétition en faveur des «défenseuses des droits des femmes afghanes», et publié sur le site change.org. L’ancienne ministre socialiste de l’Education nationale Najat Vallaud-Belkacem compte parmi les signataires, de même que l’association ONU Femmes France ou encore le collectif #NousToutes.

» LIRE NOTRE ARTICLE – À Van, en Turquie, les Afghans qui fuient racontent les pratiques talibanes moyenâgeuses

L’exfiltration française à Kaboul «négociée» avec les talibans, selon le patron du Raid

Le Raid, unité d’intervention d’élite de la police nationale, n’a «pas eu d’autres choix» que de «négocier» avec les talibans pour exfiltrer les Français et les Afghans réfugiés à l’ambassade de France de Kaboul, a expliqué mercredi son patron Jean-Baptiste Dulion. Seuls «onze gars» du Raid, appuyés par les forces spéciales de l’armée française, «ont accompagné près de 350 personnes sur cinq kilomètres qui nous ont paru extrêmement longs», a-t-il souligné dans une entretien accordé à RTL, confessant avoir «croisé les doigts» pour que l’opération dans la capitale afghane n’échoue pas.

Auparavant, «il y a eu deux niveaux de négociations. Au plus haut niveau, via l’ambassadeur de France, et nous sur le terrain, en constante recherche d’un responsable qui puisse nous aider et favoriser l’exfiltration, on ne pouvait rien faire sans eux», les talibans, a expliqué le commissaire. L’itinéraire entre l’ambassade et l’aéroport a été «monté» avec un membre de l’autorité talibane, «quelqu’un avec qui on pouvait discuter et qui avait un vrai pouvoir», a poursuivi Jean-Baptiste Dulion, qui a suivi les opérations depuis Bièvres (Essonne), le siège du Raid. «On a pris toutes les mesures pour sécuriser notre convoi avec des véhicules blindés de partout et des bus extérieurs que nous avons sécurisés pour embarquer le maximum de ressortissants afghans», a-t-il ajouté.

» LIRE NOTRE ARTICLE – Afghanistan: d’anciennes figures du djihad en coulisses du nouvel émirat

Des dirigeants talibans ont rencontré l’ex-président afghan Hamid Karzai

Des responsables talibans ont rencontré l’ancien président afghan Hamid Karzai et l’ex-vice président Abdullah Abdullah à Kaboul mercredi, selon le groupe de surveillance des sites islamistes SITE. Abdullah Abdullah était aussi le chef du Haut Conseil pour la réconciliation nationale lors de négociations qui ont échoué au Qatar. 

Les dirigeants talibans «ont dit qu’ils pardonnaient à tous les anciens responsables gouvernementaux, il n’y a donc pas nécessaire que quiconque quitte le pays», a indiqué SITE, après que les talibans ont publié des images d’Hamid Karzai avec Anas Haqqani, un membre des négociateurs talibans. Hamid Karzai fut le premier président soutenu par les Occidentaux après que la coalition conduite par les Etats-Unis a chassé les talibans du pouvoir en 2001, et il est resté en fonction jusqu’en 2014. Un gouvernement sera bientôt formé, a déclaré le porte-parole Zabihullah Mujahid, ajoutant que les talibans «se rapprocheront de toutes les parties».

» LIRE NOTRE ARTICLE – La déclaration de Jean-Yves Le Drian sur un gouvernement «inclusif» suscite la polémique

À VOIR AUSSI – Qui est Abdul Ghani Baradar, le co-fondateur des talibans, de retour en Afghanistan


L’ex-président afghan Ashraf Ghani «en discussion» pour regagner l’Afghanistan

L’ancien président afghan Ashraf Ghani a adressé mercredi soir un message vidéo à ses compatriotes depuis les Emirats Arabes Unis, qui avaient confirmé plus tôt qu’ils l’avaient accueilli «pour raisons humanitaires». En préambule à son message, diffusé sur son compte Facebook, Ashraf Ghani a expliqué qu’il allait traiter des «développements récents» en Afghanistan, qu’il a fui le week-end dernier alors que les talibans reprenaient le pouvoir.

L’ancien président a indiqué qu’il avait quitté le pays pour «éviter un bain de sang», et qu’il n’avait pas reçu d’argent en contrepartie. Il a également affirmé soutenir le dialogue entre les talibans et son prédécesseur Karzai. «Je soutiens l’initiative du gouvernement de négocier avec (l’ex-vice président) Abdullah Abdullah et l’ancien président Hamid Karzai (son prédécesseur, ndlr). Je souhaite le succès de ce processus», a-t-il déclaré. Enfin, il se dit «en discussion» pour regagner l’Afghanistan.

» LIRE NOTRE ARTICLE – Afghanistan: d’anciennes figures du djihad en coulisses du nouvel émirat

À VOIR AUSSI – L’ex-président afghan Ghani annonce être «en discussion pour rentrer» en Afghanistan


Les talibans seront jugés «sur les actes, pas les paroles», avertit Boris Johnson

Les talibans «seront jugés sur les actes, pas sur les paroles», a averti le premier ministre britannique Boris Johnson mercredi lors d’une session extraordinaire du Parlement marquée par un débat passionné et de dures critiques sur la gestion de la situation en Afghanistan. «Nous jugerons ce régime sur les choix qu’il fait et sur ses actes, plutôt que sur ses paroles – sur son comportement face au terrorisme, au crime et aux stupéfiants, ainsi que sur l’accès humanitaire et le droit des filles à recevoir une éducation», a déclaré le dirigeant conservateur.

» LIRE NOTRE ARTICLE – À Van, en Turquie, les Afghans qui fuient racontent les pratiques talibanes moyenâgeuses

À VOIR AUSSI – Les talibans seront jugés «sur les actes, par sur les paroles», avertit Boris Johnson

Un troisième vol français avec des rapatriés est parti de Kaboul

Un troisième vol français a quitté Kaboul pour Abou Dhabi, aux Emirats arabes unis, avec 138 personnes dont 124 Afghans, a indiqué mercredi sur Twitter la ministre française des Armées. Un autre ressortissant dont la nationalité n’a pas été précisée était aussi dans l’appareil, a précisé à l’AFP son cabinet. «Je remercie encore nos amis émiriens dont le soutien est essentiel. Les Armées restent mobilisées pour aider ceux qui en ont besoin», a insisté Florence Parly. La date d’arrivée de ces rapatriés n’était pas encore connue mercredi soir, alors qu’un vol est attendu à Paris en début de soirée avec 216 personnes dont 184 Afghans.

Grâce au pont aérien mis en place par nos armées entre Kaboul et Abou Dabi, un nouveau vol A400M a permis d’évacuer 13 Français et 124 Afghans. Je remercie encore nos amis émiriens dont le soutien est essentiel. Les Armées restent mobilisées pour aider ceux qui en ont besoin.

— Florence Parly (@florence_parly) August 18, 2021

» LIRE NOTRE ARTICLE – Faut-il craindre une vague migratoire après la chute de l’Afghanistan ?

Jean-Yves Le Drian : «la question de la reconnaissance des talibans n’est pas d’actualité aujourd’hui»

Interrogé par BFMTV, le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a affirmé que «la question de la reconnaissance des talibans n’est pas d’actualité aujourd’hui». «Si les talibans de nouvelle génération veulent une reconnaissance internationale (…), il faut d’abord qu’il permettent la sortie des Afghans qui veulent quitter ce pays parce qu’ils ont peur, il faut ensuite qu’ils fassent en sorte que le terrorisme ne se sanctuarise pas dans leur pays, il faut qu’ils le manifestent très concrètement», a-t-il énuméré. 

De plus, «il faut qu’ils acceptent que l’aide humanitaire puisse parvenir sur le territoire afghan, il faut en plus qu’ils se mettent en situation de respecter les droits, en particulier les droits des femmes. Ils l’annoncent, il faut le faire. Et enfin, il faut qu’ils constituent un gouvernement de transition». «Voilà les conditions d’une reconnaissance internationale. Après on verra, mais pour l’instant, il faut qu’ils posent ces actes, ils ne sont pas posés à cette heure», a-t-il tranché, tout en admettant être très «préoccupé» par la situation sur place. 

Questionné sur le rôle de la France en terme d’accueil, Jean-Yves Le Drian a assuré que «nous n’avons pas beaucoup de leçon à recevoir. Nous sommes souvent le seul pays à avoir rapatrié bien avant les événements nos collaborateurs afghans. Il y a eu plus de 600 collaborateurs qui sont revenus en France avec leur famille. Plus de 800 personnels afghans au service de l’Armée française sont revenus. Nous sommes le pays européen qui recevons le plus de réfugiés afghans chaque année.» Et de conclure : «la France remplit ses engagements

» LIRE NOTRE ARTICLE – Afghanistan: d’anciennes figures du djihad en coulisses du nouvel émirat

Jean-Yves Le Drian (@JY_LeDrian): “Il faut être extrêmement vigilant” pour “éviter que l’Afghanistan redevienne un sanctuaire terroriste” pic.twitter.com/0UwiZIhq0Z

— BFMTV (@BFMTV) August 18, 2021

L’OMS appelle au maintien de l’aide humanitaire

L’organisation mondiale de la Santé (OMS) a mis en garde contre l’interruption de l’accès à l’aide humanitaire de l’Afghanistan désormais contrôlé par les talibans, avertissant que les structures sanitaires restaient très fragiles et la cible d’attentats. «L’accès durable à l’aide humanitaire, y compris à des services sanitaires essentiels et du matériel médical, est une question de survie pour des millions d’Afghans et ne doit pas être interrompu», a alerté l’organisation internationale dans un communiqué.

«Des mois de violence ont pesé très lourd sur le fragile système de santé afghan, qui faisait déjà face à des pénuries d’équipements indispensables en pleine pandémie de Covid-19», a ajouté l’OMS, appelant «toutes les parties à respecter et protéger les civils, le personnel médical, les patients et les structures sanitaires».

» LIRE NOTRE ARTICLE – Faut-il craindre une vague migratoire après la chute de l’Afghanistan ?

L’ambassadeur afghan en France alerte sur le risque terroriste

Invité de BFMTV ce mercredi, l’ambassadeur d’Afghanistan en France, Mohammad Homayoon Azizi a tiré la sonnette d’alarme : «Je préviens la communauté internationale. Ce qui se passe aujourd’hui en Afghanistan ne restera pas dans les limites de l’Afghanistan, de part la présence de dizaines d’organisations terroristes dans le pays et au Pakistan. Le problème en Afghanistan est un problème qui a une dimension mondiale. Donc les conséquences de ce qui arrive en Afghanistan seront mondiale». Et de prévenir : «Il ne faut pas que les talibans acquièrent une légitimité internationale».

Pour l’ambassadeur d’Afghanistan en France, “les conséquences de ce qui arrive en Afghanistan seront mondiales” pic.twitter.com/m1QfAHOUjw

— BFMTV (@BFMTV) August 18, 2021

Faut-il craindre une vague migratoire après la chute de l’Afghanistan ?

«La déstabilisation de l’Afghanistan risque d’entraîner des flux migratoires irréguliers vers l’Europe», a assuré Emmanuel Macron dans son allocution du 16 août. Si certaines personnalités politiques de gauche ont crié au scandale à la suite de cette déclaration, d’autres ont fait part de leurs craintes quant à l’imminence d’un afflux de réfugiés. Mais peut-on vraiment s’attendre à une vague migratoire de l’Afghanistan ? Nous avons vérifié.

À VOIR AUSSI – Afghanistan: «Avant de parler de quotas», Angela Merkel se dit ouverte à l’accueil «contrôlé» de réfugiés

L’UE doit accueillir les Afghans «faisant l’objet d’une menace immédiate», intime une commissaire européenne

L’UE doit accueillir les Afghans faisant l’objet d’une «menace immédiate», en particulier des femmes, avec l’arrivée au pouvoir des talibans, a déclaré mercredi la commissaire européenne Ylva Johansson, appelant les États membres à «accélérer» leurs opérations d’accueil de réfugiés sur leur sol.

«Nous devons éviter que des gens entament des voyages très dangereux pour arriver clandestinement jusqu’aux frontières de l’UE. Nous devons les aider avant cela. C’est important que nous aidions ceux qui sont l’objet d’une menace immédiate à s’installer dans les États de l’UE», a indiqué la commissaire aux Affaires intérieures, à l’issue d’une réunion en visioconférence des ministres européens de l’Intérieur.

À VOIR AUSSI – «Je suis chanceux de ne plus être en Afghanistan»: l’immense soulagement de Mohammad et sa famille tout juste arrivés au Canada

Les 216 Français et Afghans exfiltrés en route vers Paris

Exfiltrés dans la nuit de mardi à mercredi de Kaboul vers Abu Dhabi, 216 personnes dont 184 Afghans ont pris place à bord d’un A330 Phénix de l’armée de l’Air en début d’après-midi. Ils sont attendus à Paris en fin de journée.

 

Les 216 Français et Afghans exfiltrés de Kaboul vers Abou Dhabi dans la nuit de mardi à mercredi sont en route pour Paris à bord d’un A330 Phénix de l’armée de l’Air qui a décollé en début d’après-midi. #Afghanistan pic.twitter.com/xXamBRaFTf

— Mayeul Aldebert (@MayeulAldebert) August 18, 2021

Les talibans ont accès à 0,1% ou 0,2% des réserves financières du pays

Les talibans ont accès à 0,1% ou 0,2% des réserves totales de l’Afghanistan, estime mercredi le président de la Banque centrale afghane (DAB), qui a quitté le pays, assurant que les réserves internationales du pays «n’ont jamais été en danger».

Les réserves de la DAB s’élevaient «approximativement à 9 milliards de dollars la semaine dernière. Mais cela ne signifie pas que la DAB détenait physiquement 9 milliards de dollars dans son coffre-fort», souligne Ajmal Ahmady dans une série de tweets mercredi. Il précise que les actifs, notamment des liquidités et de l’or, sont «tous détenus sur des comptes de la Fed (la Banque centrale américaine), de la BIS (the Bank for international settlements, sorte de banque des banques centrales, ndlr), de la RAMP (programme développé au sein du Trésor de la Banque mondiale et partenaire de nombreuses banques centrales) ou d’autres banques».

«Nous avions un programme avec le FMI et le Trésor (américain) qui contrôlait les actifs. Aucun argent n’a été volé sur aucun compte de réserve», dit-il. Ajmal Ahmady s’attend à ce que les talibans mettent en place des contrôles de capitaux et limitent l’accès au dollar.

Dans l’est de la Turquie, un nouveau mur pour stopper les migrants afghans

Un caleçon, une bouteille en plastique, de récentes traces de pas : ce sont les quelques indices laissés par les migrants afghans qui parviennent à contourner un nouveau mur en construction à la frontière entre la Turquie et l’Iran. Le retour au pouvoir des talibans à Kaboul a plongé l’avenir de nombreux Afghans dans l’incertitude et réveillé en Europe la peur d’une crise migratoire similaire à celle qui a fait trembler le continent en 2015, avec l’afflux de millions de personnes fuyant les conflits au Proche-Orient et transitant par la Turquie. 

Lire le décryptage de notre correspondant à Berlin : Afghanistan: Berlin ne veut pas se laisser déborder par une crise migratoire

Les exilés qui parviennent à franchir la frontière ultrasécurisée entre l’Iran, pays voisin de l’Afghanistan, et la Turquie se cachent le jour et marchent la nuit vers l’ouest, vers les métropoles turques comme Istanbul ou, pour certains, vers l’Europe. Quelque 156 kilomètres ont déjà été érigés et les patrouilles ont été renforcées, ont indiqué des responsables à l’AFP.

À VOIR AUSSI – La Turquie construit un mur à sa frontière contre les réfugiés venant d’Afghanistan


Les États-Unis envoient des troupes supplémentaires à Kaboul

Sur Twitter, le Département de la Défense américain a partagé une photo de plusieurs dizaines de Marines à bord d’un avion en vol vers Kaboul. Les militaires vont assurer la sécurité des Occidentaux et des réfugiés en passe de quitter le pays. 

More @24thMEUMarines en route to Hamid Karzai International Airport to assist with the drawdown of designated personnel in Kabul, Afghanistan. pic.twitter.com/TBZ6qFMA5y

— Department of Defense 🇺🇸 (@DeptofDefense) August 18, 2021

Éducation, presse, patrimoine : l’Unesco suit «de près» la situation afghane

L’Unesco «suit de près» les événements en Afghanistan, «particulièrement préoccupée par le sort des femmes et des enfants», a-t-on appris mercredi auprès de l’organisation. L’agence de l’ONU basée à Paris, en charge de l’éducation, la science et la culture, s’inquiète pour les sujets de son ressort : l’éducation, notamment des filles, la sécurité des journalistes, la préservation du patrimoine…

Lire notre article : Afghanistan: au second jour de l’Émirat islamique, les talibans veulent rassurer

«Nous sommes particulièrement préoccupés par l’impact du conflit sur les femmes et les filles. L’éducation est un droit humain fondamental et est indispensable à l’exercice des autres droits humains et au développement de l’Afghanistan», a-t-on indiqué à l’AFP. «Nous appelons à la protection du droit à l’éducation pour tous sans aucune discrimination. Tous les étudiants, les enseignants et le personnel éducatif doivent avoir accès à des environnements éducatifs sûrs», a-t-on ajouté.

«On m’a demandé de venir dans l’heure» : ces Français et Afghans qui attendent leur évacuation à Kaboul

Piégées par l’avancée des talibans, plusieurs dizaines de personnes sont toujours dans l’attente d’être évacuées vers la France. Réfugiés dans l’ambassade de France, ils témoignent d’un climat inquiétant dans la ville.

Retrouvez notre article sur le sujet.

À VOIR AUSSI – Afghanistan: la France poursuit l’évacuation de ses ressortissants à Kaboul

Réunion vendredi des ministres des Affaires étrangères de l’Otan

Les ministres des Affaires étrangères des pays de l’Otan tiendront vendredi une réunion par visioconférence pour discuter de la situation en Afghanistan, a annoncé mercredi le secrétaire général de l’Alliance, Jens Stoltenberg.

Cette réunion extraordinaire, convoquée alors que les Occidentaux accélèrent leurs opérations d’évacuation à Kaboul, sera destinée «à maintenir une étroite coordination et à discuter d’une approche commune sur l’Afghanistan» après la prise du pouvoir par les talibans, a indiqué le dirigeant norvégien sur Twitter.

Les Émirats, destination privilégiée des dirigeants en délicatesse dans leur pays

Ce n’est pas la première fois que ce riche pays du Golfe accueille des dirigeants et leurs proches, désormais persona non grata dans leur pays. L’année dernière, l’ancien roi d’Espagne, Juan Carlos, s’était exilé aux Émirats alors que la justice enquêtait sur des soupçons de corruption.

En 2017, Dubaï avait accueilli l’ex-première ministre thaïlandaise Yingluck Shinawatra, qui avait été condamnée par contumace à cinq ans de prison. L’ex-première ministre pakistanaise Benazir Bhutto s’était exilée aux Émirats entre 1999 et son retour au Pakistan en octobre 2007. Les Émirats, avec l’Arabie saoudite et le Pakistan, avaient reconnu les talibans lorsqu’ils étaient au pouvoir de 1996 à 2001.

Des maires socialistes et écologistes se disent prêts à accueillir des réfugiés afghans

En quelques heures, les messages d’accueil ont afflué. Sur les réseaux sociaux, plusieurs maires socialistes et écologistes ont ouvert les portes de leur commune aux réfugiés afghans. Une réaction aux propos d’Emmanuel Macron, qui a indiqué lundi soir vouloir «protéger contre les flux migratoires irréguliers importants».

L’histoire de Marseille se confond avec celle des persécutés, des pourchassés, des affamés, venus ici pour survivre et puis vivre. Aujourd’hui qu’ils viennent de Kaboul où d’ailleurs ils auront toujours une place dans notre ville.

— Benoît Payan (@BenoitPayan) August 17, 2021

Le 18 août 2008, dix soldats français étaient tués dans une embuscade en Afghanistan

Il y a 13 ans, le 18 août 2008, une patrouille française tombe dans une embuscade tendue par des talibans dans la vallée d’Uzbeen, dans l’est de l’Afghanistan. Dix soldats sont tués et 21 blessés. Attendus dans cette vallée du district de Saroubi, à 50 km à l’est de Kaboul, par une centaine de talibans bien armés, embusqués sur les crêtes, une trentaine de soldats en mission de reconnaissance livrent un combat acharné pendant des heures.

Huit d’entre eux meurent sous les balles des insurgés afghans, un autre par arme blanche. Un dixième soldat, parmi ceux dépêchés pour récupérer les blessés, est tué le lendemain lorsque son véhicule blindé se renverse. Le bilan est l’un des plus lourds jamais essuyés par l’armée française dans une action de combat depuis la fin de la guerre d’Algérie, avec l’embuscade de Bedo au Tchad, en octobre 1970 (douze militaires tués).

Huit des dix tués appartenaient au 8e Régiment de parachutistes d’infanterie de marine (RPIMa), basé à Castres (Tarn). Un militaire était issu du 2e Régiment étranger de parachutistes (REP, de la Légion étrangère) basé à Calvi, et un autre du Régiment de marche du Tchad (RMT), de Noyon dans l’Oise.

À VOIR AUSSI – «Tout ça pour rien»: le cri de colère du père d’un soldat tué en Afghanistan

Le président afghan Ashraf Ghani à Abu Dhabi avec sa famille

Les Émirats arabes unis ont annoncé mercredi avoir accueilli le président afghan Ashraf Ghani et sa famille, après sa fuite du pays tombé aux mains des talibans. Les Émirats «ont accueilli le président afghan Ashraf Ghani et sa famille pour des considérations humanitaires», a annoncé l’agence officielle WAM, citant le ministère des Affaires étrangères.

Ashraf Ghani a déclaré dimanche avoir fui son pays pour éviter un «bain de sang», reconnaissant que «les talibans ont gagné». L’ex-président, qui n’avait pas précisé où il était parti, s’est déclaré convaincu que «d’innombrables patriotes auraient été tués et que Kaboul aurait été détruite» s’il était resté en Afghanistan. «Les talibans ont gagné avec le jugement de leurs glaives et de leurs fusils et sont à présent responsables de l’honneur, de la possession et de l’auto-préservation de leur pays», a-t-il ajouté dans un message sur Facebook.

Depuis son départ, les rumeurs allaient bon train quant à sa destination : le Tadjikistan, l’Ouzbekistan, Oman, et enfin les Émirats.

L’Autriche veut que l’UE mette en place des centres de rétention pour les Afghans expulsés

Le ministre autrichien de l’Intérieur a déclaré mercredi qu’il mettrait la pression sur l’Union européenne pour qu’elle contribue à la mise en place de «centres de rétention» dans les pays voisins de l’Afghanistan pour y détenir les Afghans expulsés d’Europe. L’Autriche a souligné qu’elle comptait continuer à expulser les Afghans dont les demandes d’asile ont été rejetées ou ceux qui ont été reconnus coupables de crimes, et à dissuader les réfugiés fuyant l’Afghanistan désormais aux mains des talibans de venir en Europe.

» Lire notre décryptage : Afghanistan: l’Europe face au spectre d’une nouvelle crise migratoire

«Il est important (…) que cela soit toujours possible d’expulser les demandeurs d’asile ou réfugiés violents, nous avons donc besoin de ces centres de rétention», a déclaré à la presse le ministre de l’Intérieur Karl Nehammer avant une rencontre avec ses homologues de l’Union européenne.

L’Autriche gouvernée par le chancelier conservateur Sebastian Kurz a adopté une ligne dure sur la question des migrations, en désaccord avec les Verts, ses partenaires actuels au sein de la coalition.

À VOIR AUSSI – «Je suis chanceux de ne plus être en Afghanistan»: l’immense soulagement de Mohammad et sa famille tout juste arrivés au Canada

Un point sur les évacuations en cours

L’évacuation de diplomates, d’autres étrangers et d’Afghans ayant travaillé avec eux se poursuit dans des conditions difficiles à Kaboul, tombée aux mains des talibans.

216 personnes attendues à Paris

Une grande partie des personnes réfugiées à l’ambassade de France à Kaboul sont désormais en lieu sûr, après l’évacuation dans la nuit de mardi à mercredi, par l’armée française, de 216 personnes, attendues à Paris en fin de journée. Il s’agit de 184 Afghans «de la société civile en besoin de protection», de 25 Français, 4 Néerlandais, un Irlandais et 2 Kenyans. Mardi, 41 ressortissants français et étrangers avaient été exfiltrés de la même façon.

Des milliers de personnes évacuées par les États-Unis et le Royaume-Uni

Le Royaume-Uni a évacué 306 Britanniques et 2052 Afghans, «en toute sécurité», a annoncé mercredi le Premier ministre Boris Johnson. L’armée américaine a, elle, déjà évacué plus de 3200 personnes, notamment du personnel américain, à l’aide d’avions militaires. De plus, près de 2000 réfugiés afghans ont été acheminés vers les États-Unis. Les États-Unis prévoient d’évacuer plus de 30.000 personnes via leurs bases au Koweït et au Qatar.

Des ponts aériens vers d’autres pays

L’Espagne a engagé une première série de rotations, via Dubaï, avec un premier vol militaire arrivé à Kaboul mercredi et deux autres en route.

Les Pays-Bas ont évacué mercredi leurs premiers ressortissants. Certains, qui devaient partir avec le premier des deux avions, n’ont pas réussi à l’atteindre à temps, bloqués notamment par des soldats américains. Mais un appareil a quitté Kaboul avec environ 35 Néerlandais et des ressortissants belges, allemands et britanniques, en route pour Tbilissi, selon le ministère néerlandais de la Défense.

La Pologne a évacué 50 personnes vers l’Ouzbékistan, d’où un appareil civil doit les rapatrier. Deux autres avions militaires vont poursuivre les rotations. Selon le premier ministre polonais Mateusz Morawiecki, l’Otan et l’Union européenne ont demandé à Varsovie de rapatrier quelques-uns de leurs employés.

La Norvège a pour sa part rapatrié 14 Norvégiens et poursuit ses opérations, dans une situation «extrêmement difficile» selon la cheffe de la diplomatie norvégienne.

Le Drian persiste et signe

Dans un tweet publié en début d’après-midi, le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a répété qu’il attendait des preuves de bonne foi des talibans. «J’ai demandé que les talibans démontrent par des actes qu’ils ont changé comme ils le disent. À eux d’en faire la preuve. La France se tient aux côtés du peuple afghan».

#Afghanistan : J’ai demandé que les Taliban démontrent par des actes qu’ils ont changé comme ils le disent. A eux d’en faire la preuve. La France se tient aux côtés du peuple afghan.

— Jean-Yves Le Drian (@JY_LeDrian) August 18, 2021

La veille, le ministre avait déjà laissé entendre que les talibans au pouvoir sont plus ouverts que leurs aînés. «Ce n’est pas la même génération», avait-il déclaré auprès de franceinfo. «Ils déclarent vouloir acquérir respectabilité et honorabilité, c’est à eux d’en faire la preuve. Ils ont annoncé qu’ils respecteraient les droits acquis au cours des vingt dernières années en Afghanistan, il faut qu’ils le démontrent. Et la meilleure preuve serait de faire en sorte qu’il y ait un gouvernement de transition qui soit vraiment inclusif et représentatif», avait-il ajouté. 

L’UE et les États-Unis «profondément inquiets» de la situation des femmes

L’Union européenne et les États-Unis se sont dits mercredi «profondément inquiets» de la situation des femmes en Afghanistan, appelant les talibans à éviter «toute forme de discrimination et d’abus» et à préserver leurs droits, selon une déclaration commune.

«Nous sommes profondément inquiets pour les femmes et filles en Afghanistan, pour leurs droits à l’éducation, au travail et à la liberté de circulation. Nous appelons ceux qui occupent le pouvoir et les autorités à travers l’Afghanistan à garantir leur protection», indique ce texte, co-signé par 18 autres pays.

» LIRE AUSSI : Les talibans imposent l’ordre islamiste à Kaboul

Hayat Tahrir el-Cham, un groupe djihadiste syrien, salue la «victoire» des talibans en Afghanistan

Le groupe djihadiste Hayat Tahrir al-Cham (HTS), ex-branche syrienne d’Al-Qaïda en Syrie, a salué mercredi la reconquête de l’Afghanistan par les talibans, 20 ans après leur défaite face aux forces américaines.

Le groupe, qui domine une partie de la province d’Idlib dans le nord de la Syrie aux côtés d’autres groupes rebelles, moins influents, avait annoncé il y a quelques années avoir rompu ses liens avec Al-Qaïda. Il s’agit du groupe djihadiste le plus important en Syrie, aux côtés de l’organisation Etat islamique (EI), qui a subi des défaites successives jusqu’à la chute de son «califat» en mars 2019.

«Nous félicitons nos frères talibans et notre peuple en Afghanistan pour cette conquête (…), demandant à Dieu d’accorder à la révolution syrienne une victoire décisive», a déclaré HTS dans un communiqué.

Hayat Tahrir al Sham félicite les Taliban pour sa prise du pouvoir en Afghanistan pic.twitter.com/73bJUeMQxg

— Julien (@NvxCompteAno) August 18, 2021

Gabriel Attal: «La France accueillera, comme chaque année, des milliers d’Afghans»

Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a assuré mercredi que «la France accueillera, comme chaque année, plusieurs milliers d’Afghans» et regretté «l’instrumentalisation politique» des propos d’Emmanuel Macron sur d’éventuels «flux migratoires irréguliers».

Gabriel Attal: “La France prendra toute sa part” dans l’accueil de ressortissants afghans pic.twitter.com/MjCFuQCe4w

— BFMTV (@BFMTV) August 18, 2021

«La France prendra sa part, elle accueillera comme elle le fait déjà. Chaque année, vous avez plusieurs milliers d’Afghans qui reçoivent l’asile dans notre pays parce qu’ils fuient les persécutions et la guerre», a appuyé Gabriel Attal lors d’un déplacement à Brignoles (Var).

La France a évacué dans la nuit de mardi à mercredi de Kaboul vers Abu Dhabi 216 personnes dont 184 Afghans «de la société civile en besoin de protection», attendus à Paris dans la journée.

» LIRE AUSSI : L’Europe face au spectre d’une nouvelle crise migratoireÀ VOIR AUSSI – «Où est-ce que je peux aller?»: à la frontière turco-iranienne de jeunes migrants afghans cherchent refuge face aux talibans

REPORTAGE – À Van, en Turquie, les Afghans qui fuient racontent les pratiques talibanes moyenâgeuses

Avec la chute de Kaboul, ce dimanche 15 août, c’est désormais tout un peuple qui se retrouve condamné aux mêmes ténèbres, sans issue de secours.

» Retrouvez notre reportage ici

L’histoire derrière la photo de l’avion américain et ses 640 passagers

S’il ne fallait retenir qu’une seule image de l’évacuation chaotique de Kaboul, ce serait celle-ci. Selon le site spécialisé Defense One, ce C-17 Globemaster III de l’US Air Force a embarqué quelque 640 Afghans en direction du Qatar. D’après ce site spécialisé, «il s’agit de l’un des plus grands nombres de personnes jamais embarqué à bord du C-17». Le C-17 est un avion de transport militaire développé par le constructeur Boeing et exploité par les États-Unis et leurs alliés.

» Retrouvez l’article du Figaro

800 pax dans un C-17 …ça rentre mais c’est serré.. Kabul airport “evacop” :800 pax in a USAF C-17 Globmaster 😱 pic.twitter.com/0rJ3WOvag6

— Harry Boone (@towersight) August 16, 2021


La statue d’un ancien dirigeant politique hazara en partie démolie à Bamiyan

La statue d’Abdul Ali Mazari, un homme politique de la minorité hazara, tué alors qu’il était prisonnier des talibans dans les années 1990, a été partiellement démolie mercredi dans la ville de Bamiyan, dans le centre de l’Afghanistan, a-t-on appris auprès d’un habitant.

«La statue a été détruite la nuit dernière. Ils ont utilisé un explosif», a expliqué à l’AFP un habitant, sous couvert d’anonymat, sans pouvoir dire avec certitude qui avait commis cet acte. La tête de la statue a été déboulonnée, mais le reste était encore debout.

So Taliban have blown up slain #Hazara leader Abdul Ali Mazari’s statue in Bamiyan. Last time they executed him, blew up the giant statues of Buddha and all historical and archeological sites.Too much of ‘general amnesty’. pic.twitter.com/iC4hUZFqnG

— Saleem Javed (@mSaleemJaved) August 17, 2021

En images: l’évacuation depuis l’aéroport de Kaboul vers Abu Dhabi dans la nuit de mardi à mercredi

Plusieurs dizaines de Français et d’Afghans ont embarqué dans un avion qui les a conduits à Abu Dhabi dans la nuit de mardi à mercredi. Ont été évacués «une grande partie des personnes, de nationalité française comme afghane, qui s’étaient réfugiées au sein du bâtiment de l’ambassade de France à Kaboul», a précisé Jean-Yves Le Drian.

“>
“>
“>

Les femmes effacées des vitrines kabouliennes

Les images de femmes disparaissent de l’espace public, comme sur cette image rapportée par l’agence de presse afghane. Le propriétaire d’un salon de coiffure efface sa devanture.

Owners of a number of beauty salons in Kabul are removing pictures of women from their shop windows.#Afghanistan pic.twitter.com/xmaYbT2iTV

— Pajhwok Afghan News (@pajhwok) August 18, 2021

» LIRE AUSSI : Actrices, militantes, journalistes : les personnalités expriment leurs craintes pour les femmes afghanes

«Une tragédie de plus dans l’histoire de ce pays» : la déclaration des évêques de France

«La conquête de l’Afghanistan par les talibans est une tragédie de plus dans l’histoire de ce pays et un événement politique majeur pour la paix dans le monde», a déclaré Mgr de Moulins-Beaufort, président de la Conférence des évêques de France.

«Nous pensons notamment aux femmes, aux jeunes filles, à tous ceux qui portaient, jusqu’à ce jour, la voix de la liberté, de la dignité humaine et des droits de l’homme, et aux chrétiens de ce pays […] Nous voulons nous souvenir tout spécialement des soldats français qui ont donné leur vie sur le sol afghan afin de protéger notre pays du terrorisme».

Heureuse que l’Eglise de France, par la voix de Mgr de Moulins-Beaufort, président de la la Conférence de évêques des France, manifeste sa peine devant le sort qui attend les femmes et les jeunes filles à Kaboul et dans tout le pays. pic.twitter.com/CMJ9kprUZ6

— Karine Dalle (@KarineDalle) August 18, 2021

» Lire notre récit des événements : Sur le tarmac de l’aéroport de Kaboul, des scènes de chaos et de désespoir

À VOIR AUSSI – Face à la situation en Afghanistan, le pape confie son «inquiétude» et appelle «au dialogue»

Des manifestants brandissent le drapeau afghan dans plusieurs villes du pays

Selon plusieurs journalistes et médias locaux, des manifestations ont eu lieu dans plusieurs villes du pays contre le drapeau taliban.

Residents in Jalalabad took down the Taliban flag and replaced it with red, black and green flag. pic.twitter.com/AEQA8gjG3u

— BILAL SARWARY (@bsarwary) August 18, 2021

خوست کې هم د ملی بیرغ په ملاتړ لاریون وشوعکسونه اباسین څاروان pic.twitter.com/CXn6bgpcWw

— Pajhwok Afghan News (@pajhwok) August 18, 2021

89 soldats français tués en Afghanistan depuis 2001

La France a été présente militairement durant 13 ans, jusqu’en 2014, en Afghanistan. Au total, la France a compté jusqu’à près de 4000 militaires dans ce pays en 2010, au plus fort de l’engagement de l’Otan. Depuis 2001, début de l’intervention militaire internationale, 89 soldats français ont été tués en Afghanistan et 700 ont été blessés, parfois grièvement.

Hommage à tous nos frères d’armes morts pour la France en #Afghanistan.#EnLeurSouvenir 🇫🇷 #FiersDeNosSoldatshttps://t.co/dFQKgHfmSa pic.twitter.com/szfbMILzx9

— Armée de Terre (@armeedeterre) August 18, 2021

» LIRE AUSSI : Afghanistan : qui sont les dirigeants talibans ?

Ces Français et Afghans en attente de leur évacuation

Beaucoup de Français et d’Afghans ont trouvé refuge dès dimanche au sein de l’ambassade française à Kaboul. Ils témoignent auprès du Figaro.

>> Lire notre article : «On m’a demandé de venir dans l’heure»: ces Français et Afghans qui attendent leur évacuation à Kaboul

À VOIR AUSSI – «Je suis chanceux de ne plus être en Afghanistan»: l’immense soulagement de Mohammad et sa famille tout juste arrivés au Canada

306 Britanniques et 2052 Afghans évacués par les Britanniques

Le premier ministre a précisé devant les députés que le Royaume-Uni avait évacué 306 Britanniques et 2052 Afghans, ajoutant que «2000 autres demandes de ressortissants afghans ont été traitées et bien d’autres sont en cours de traitement». Le gouvernement britannique a annoncé mardi soir lancer un nouveau dispositif destiné à accueillir «à long terme» 20.000 réfugiés afghans, sans précision de date.

» VOIR AUSSI : Qui est Abdul Ghani, le co-fondateur des talibans, de retour en Afghanistan ?

Afghanistan: «Hypocrisie»

«Emmanuel Macron a déclenché une bourrasque estivale à gauche en évoquant les conséquences du fiasco afghan…».

» Lire l’éditorial de Philippe Gélie, directeur adjoint de la rédaction du Figaro

Boris Johnson: les talibans seront jugés «sur les actes, pas sur les paroles»

Les talibans «seront jugés sur les actes, pas sur les paroles», a averti le premier ministre britannique Boris Johnson mercredi lors d’une session extraordinaire du Parlement consacrée à la situation en Afghanistan.

«Nous jugerons ce régime sur les choix qu’il fait et sur ses actes, plutôt que sur ses paroles – sur son comportement face au terrorisme, au crime et aux stupéfiants, ainsi que sur l’accès humanitaire et le droit des filles à recevoir une éducation», a déclaré le dirigeant conservateur devant les députés.

» LIRE AUSSI :

L’histoire derrière la photo de l’avion américain et ses 640 passagers

Le second vol français devrait arriver à Paris en fin de journée

Les 216 exfiltrés, dont 184 Afghans, qui se sont posés dans la nuit à Abu Dhabi devraient arriver dans la journée à Paris, selon la ministre des Armées Florence Parly.

Ils seront très prochainement rapatriés à Paris à bord d’un avion militaire de transport A330 Phénix. Je félicite et remercie les militaires, policiers et diplomates qui ont conduit cette opération avec succès.

— Florence Parly (@florence_parly) August 18, 2021

En images: ces Afghans qui attendaient ce mardi devant l’ambassade de France

Dès dimanche, une foule de personnes a afflué devant l’ambassade française à Kaboul dans l’espoir de quitter le pays. Ce mardi, plusieurs dizaines d’Afghans attendaient encore devant les portes closes de l’ambassade.

“>
“>
“>

ZAKERIA HASHIMI / AFP


Les 216 exfiltrés se sont posés à Abu Dhabi

«À nos armées, policiers et équipes diplomatiques qui organisent ces opérations sensibles, merci. On continue», a twitté Emmanuel Macron.

Près de 200 Afghans qui ont travaillé pour la France ou qui sont menacés viennent d’être évacués de Kaboul. Ainsi que des Français et des ressortissants étrangers. À nos armées, policiers et équipes diplomatiques qui organisent ces opérations sensibles, merci. On continue. pic.twitter.com/xHSreTLOLI

— Emmanuel Macron (@EmmanuelMacron) August 18, 2021

» LIRE AUSSI : Berlin ne veut pas se laisser déborder par une crise migratoire

Des troupes et des avions «supplémentaires» pour l’évacuation

Les membres de l’Otan, qui se sont réunis mardi, «ont annoncé l’envoi d’avions supplémentaires» pour assurer les évacuations, a indiqué le secrétaire général de l’Otan, Jens Stoltenberg. Outre les avions, certains pays ont envoyé des renforts militaires. De quelque 3000 lundi soir, le nombre de soldats américains à l’aéroport de Kaboul doit atteindre 6000 «dans les prochains jours».

» LIRE AUSSI : En Afghanistan, la faillite colossale du renseignement américain

À VOIR AUSSI – «Où est-ce que je peux aller?»: à la frontière turco-iranienne de jeunes migrants afghans cherchent refuge face aux talibans

L’armée américaine a évacué plus de 3200 personnes d’Afghanistan jusqu’à présent

L’armée américaine a évacué plus de 3200 personnes d’Afghanistan, notamment du personnel américain, à l’aide d’avions militaires, a indiqué mardi un responsable de la Maison Blanche sous couvert d’anonymat. En plus de ces 3200 personnes, près de 2000 réfugiés afghans ont été évacués vers les États-Unis, a indiqué ce responsable.

» LIRE AUSSI : Les Américains ont-ils dépensé plus de 1000 milliards de dollars en Afghanistan ?

216 personnes dont 184 Afghans exfiltrées par la France cette nuit

La France a exfiltré dans la nuit de mardi à mercredi de Kaboul vers Abu Dhabi 216 personnes dont 184 Afghans «de la société civile en besoin de protection», a indiqué mercredi dans un communiqué le ministre des Affaires étrangères.

L’opération a permis d’évacuer aussi notamment 25 Français, soit «une grande partie des personnes, de nationalité française comme afghane, qui s’étaient réfugiées au sein du bâtiment de l’ambassade de France à Kaboul», a déclaré Jean-Yves Le Drian. Selon l’État-Major des Armées, elles sont attendues dans la journée en France.

À VOIR AUSSI – Afghanistan: «Nous avons posé les bases d’un pont aérien entre Kaboul et les Émirats arabes unis», annonce Florence Parly

La première conférence de presse des talibans en images

Le porte parole du mouvement taliban Zabihullah Mujahid a donné une première conférence de presse hier.

“>
“>
“>

HOSHANG HASHIMI / AFP

Un nouveau visage des talibans ?

À Kaboul, le souvenir du premier régime du mouvement, imposé par la terreur, les exécutions et des interdictions multiples est encore là.

» LIRE AUSSI : Au second jour de l’Emirat islamique, les talibans veulent rassurer

Jean-Yves Le Drian souhaite un gouvernement «inclusif»

«Il faut un gouvernement, vraiment inclusif et représentatif, qui montre que les Talibans ont changé», a déclaré le ministre français des affaires étrangères sur les ondes de Radio France.

«La meilleure preuve de ce qu’ils annoncent serait de faire en sorte qu’il y ait un gouvernement de transition, qui montre que les talibans veulent respecter le droit, mettre fin aux violences et faire en sorte que les populations civiles se sentent en sécurité», a aussi ajouté Jean-Yves Le Drian.

» LIRE AUSSI : Michel Goya: «Afghanistan, les racines du fiasco américain»

À VOIR AUSSI – «Nous voulons la paix en Afghanistan», affirme le porte-parole des talibans

Les opérations d’évacuation se poursuivent

Un second vol français est parti de Kaboul dans la nuit. «Les opérations continuent», a indiqué l’ambassade française en Afghanistan sur Twitter.

Les opérations continuent. pic.twitter.com/Hb0nnC8MmW

— FrenchEmbassyKabul (@AmbassadeKaboul) August 18, 2021

» LIRE AUSSI : À Van, en Turquie, les Afghans qui fuient racontent les pratiques talibanes moyenâgeuses

«Le monde verra nos dirigeants», selon un responsable taliban

«Lentement, progressivement, le monde verra tout nos dirigeants, il n’y aura pas l’ombre du secret», a déclaré à Reuters un haut responsable taliban qui a refusé d’être identifié. Le responsable a déclaré que les membres des talibans avaient reçu l’ordre de ne pas célébrer leur victoire, qui les a amenés dimanche dans la capitale, Kaboul, et a ajouté que les civils devraient remettre des armes et des munitions.

» LIRE AUSSI : Afghanistan: amers, les habitants de Kaboul se préparent au retour des interdits et des châtiments corporels

Plus de 2200 personnes évacuées par avion au départ de Kaboul

Plus de 2200 diplomates et autres civils ont jusqu’à présent été évacués sur des vols militaires au départ de Kaboul, a déclaré mercredi à Reuters un responsable de la sécurité occidentale dans la capitale afghane.

» LIRE AUSSI : Jean-Louis Bourlanges: «Le lâchage de Kaboul signe la contradiction entre l’ambition et la fatigue américaines»

Un second vol français avec des évacués a quitté Kaboul

Un nouveau vol français transportant des personnes évacuées d’Afghanistan a quitté Kaboul dans la nuit en direction d’Abu Dhabi, la capitale des Émirats arabes unis, a-t-on appris auprès de témoins à l’aéroport.

Cet avion transportait également une soixantaine de militaires français de retour d’opérations extérieures, avait précisé de son côté une source au ministère des armées.

» Voir notre article : Un second vol français avec des évacués a quitté Kaboul

Bonjour et bienvenue dans ce live !

Bienvenue dans ce live consacré à la chute du régime afghan et la prise de contrôle du pays par les insurgés talibans.