Éric Woerth propose que les propriétaires de résidence secondaire votent deux fois aux municipales

Éric Woerth (à droite) aux côtés de Franck Louvrier aux Universités d’été LR de La Baule Sébastien Salom-Gomis / AFP

Le député de l’Oise justifie cette idée par le fait que les propriétaires de résidence secondaire «seront les seuls à payer la taxe d’habitation» en 2023.

Le député LR de l’Oise Éric Woerth propose que les propriétaires de résidences secondaires votent à deux reprises aux élections municipales. La raison ? Parce qu’ils seront «les seuls à payer la taxe d’habitation», a-t-il déclaré à l’occasion des Universités d’été des Républicains qui se tiennent à La Baule (44). «Renforcer la démocratie c’est aussi faire évoluer nos modes de participation», affirme l’ancien ministre du Budget (2007-2010) sur son compte Twitter.

Mais Éric Woerth oublie de préciser dans son tweet que cette singularité n’interviendra qu’en 2023. En effet, actuellement, outre les propriétaires de résidences secondaires, certains propriétaires de résidences principales continuent de payer la taxe d’habitation. Il s’agit des 20% les plus aisés. Pour les 80% restants, conformément aux engagements d’Emmanuel Macron durant la campagne présidentielle de 2017, la taxe d’habitation est totalement supprimée cette année.

À lire aussi800.000 foyers contraints de repayer la taxe d’habitation

Non seulement les propriétaires de résidences secondaires continuent de payer la taxe d’habitation, mais la facture devient de plus en plus salée dans certaines villes. Pour compenser le manque à gagner lié à la suppression de la taxe d’habitation pour les résidences principales et l’impact de la crise sanitaire, plusieurs municipalités n’hésitent pas à surtaxer les résidences secondaires, au nombre de 3,6 millions en France en 2020 selon l’Insee (9,9% du total de logements). Dernier exemple en date ? Lyon, où la surtaxe va passer de 20% à 60%, le maximum permis par la loi.

À lire aussiPourquoi surtaxer les résidences secondaires est aussi tentant

Éric Woerth ressort du placard une idée soumise il y a un an par la Fondation iFrap. Le think-tank libéral partait du principe que surtaxer les propriétaires de résidences secondaires est d’autant plus aisé qu’ils ne votent, en général, pas sur place. Or si l’on réintroduit un vote par correspondance, la question du vote plural aux élections locales pourrait revenir sur le tapis. La question est d’autant plus sensible que, dans d’autres courants politiques, germe l’idée d’interdire aux non-résidents l’acquisition de résidences. Les écologistes bretons ont soumis l’idée aux dernières élections régionales. En vain.

Éric Woerth propose que les propriétaires de résidence secondaire votent deux fois aux municipales

S’ABONNER

S’abonner