Évadés d’Osny: entre les mains des détenus, des téléphones incontrôlables

Réservé aux abonnés

Par Paule Gonzalès

Publié , Mis à jour

La téléphonie en milieu carcéral est difficilement contrôlable. 82708028/Miguel Aguirre – stock.adobe.com

DÉCRYPTAGE – L’administration pénitentiaire peine à contrôler les échanges téléphoniques.

La téléphonie, fléau de l’administration pénitentiaire. L’affaire du détenu évadé de la maison d’arrêt d’Osny, mercredi 22 décembre, jette une lumière crue sur la porosité du monde pénitentiaire.

À lire aussiCinq jours de cavale: comment la police a traqué l’évadé d’Osny et sa complice

Plan bien huilé entre le jeune gitan et sa complice, cette évasion n’aurait pas été possible dans un monde totalement étanche. Selon nos informations, c’est depuis son téléphone fixe de cellule que le délinquant aurait fomenté son évasion.

Le détenu évadé de la prison d’Osny et sa complice arrêtés en Allemagne – Regarder sur Figaro Live

Depuis 2020, en effet, la Chancellerie, alors dirigée par Nicole Belloubet, a lancé un grand déploiement de téléphones en cellule, afin de maintenir les liens familiaux des détenus. Ces derniers ont la possibilité d’appeler un certain nombre de numéros triés par l’administration pénitentiaire et l’autorité judiciaire. Si les conversations sont enregistrées et peuvent donc être écoutées, elles le sont rarement en temps réel, compte tenu de la surpopulation carcérale…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 73% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ? Connectez-vous

Évadés d’Osny: entre les mains des détenus, des téléphones incontrôlables

S’ABONNER

S’abonner