Explosion sur le Dakar: Le Drian confirme les soupçons «d’acte terroriste» et «pose» la question de l’arrêt de la course

Par Gilles Festor

Publié , Mis à jour

Dakar 2022. HAMAD I MOHAMMED / REUTERS

Le ministre des affaires étrangères a reconnu la possibilité d’un attentat sur le Dakar et n’exclut pas l’arrêt de la course.

Lancée le 1er janvier, l’édition 2022 du Dakar ira-t-elle à son terme ? Alors que les concurrents couvrent ce vendredi la sixième étape (sur douze) avant une journée de repos à Riyadh, le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian a estimé que la question d’un arrêt de l’épreuve «se pose».

Le membre du gouvernement Macron, invité ce vendredi matin sur BFM TV et la radio RMC, a indiqué que l’explosion qui a touché un véhicule piloté par Philippe Boutron en marge du départ le 30 décembre alors qu’il venait de quitter son hôtel avec son équipage pour se rendre aux vérifications techniques était «peut-être» liée à un «attentat terroriste contre le Dakar».

Grièvement blessé aux jambes dans dans son habitacle en feu, le concurrent rapatrié en France est sorti du coma, a annoncé sa famille jeudi. Le parquet national antiterroriste a ouvert une enquête à Paris pour «tentative d’assassinats en relation avec une entreprise terroriste». Un engin explosif pourrait avoir été placé sous le châssis.

À lire aussi«On avait rencontré Kadhafi et loué à l’armée russe des Antonov 124» : comment le Dakar a appris à gérer en secret la menace terroriste

«Nous avons pensé que peut-être cela valait le coup de renoncer à cette manifestation sportive. Les organisateurs ont décidé de maintenir mais dans ces cas-là, il faut être très précautionneux», a-t-il répondu à Jean-Jacques Bourdin avant d’ajouter : «En tout cas, la question reste posée».

À lire aussiArabie saoudite: l’embarras de Riyad après l’attentat du rallye-raid Dakar

L’épreuve n’a été annulée qu’une seule fois, en 2008, depuis sa création en 1979 en raison de «menaces directes lancées contre la course par des mouvances terroristes». Suite à l’intensification des menaces, notamment de la part d’al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI), le gouvernement français avait recommandé fermement à Amaury Sport Organisation (ASO) de ne pas faire passer le rallye en Mauritanie. La direction de la course avait suivi cette recommandation en stoppant toutes les opérations la veille du départ.

Explosion sur le Dakar: Le Drian confirme les soupçons «d’acte terroriste» et «pose» la question de l’arrêt de la course

S’ABONNER

S’abonner