Face aux opposants au passe sanitaire, la majorité oscille entre fermeté, vigilance et relativisation

Réservé aux abonnés

«L’immense majorité des gens est plus intéressée par la reprise de la vie normale et la rentrée des classes que par les manifestations contre le passe sanitaire», insiste Maud Bregeon, la porte-parole de LREM. SEBASTIEN SALOM-GOMIS/AFP

Le délégué général de LREM, Stanislas Guerini, a fustigé mercredi sur Europe 1 ceux qui «surfent sur les peurs, attisent les braises» alors que de nouvelles manifestations doivent se tenir samedi à travers tout le pays.

Au cœur de l’été, la mobilisation soutenue des opposants au passe sanitaire surprend les cadres de la majorité. Dont les réactions sont partagées. Entre fermeté, relativisation et inquiétudes. «La liberté de contaminer les autres, je ne sais pas trop ce que c’est», a lâché le premier ministre, Jean Castex, en visite vendredi dans un centre hospitalier à Étampes (Essonne). Tout en se félicitant des «chiffres écrasants» de la vaccination. Dans les rues, «c’est une minorité, c’est un fait», insiste Saïd Ahamada, député LREM des Bouches-du-Rhône. Pour autant, «le manque de confiance dans le monde scientifique m’inquiète pour l’avenir», résume-t-il.

À lire aussiCovid-19: la France a-t-elle le passe sanitaire le plus rigoureux et contraignant du monde?

Le délégué général de LREM, Stanislas Guerini, a fustigé mercredi sur Europe 1 ceux qui «surfent sur les peurs, attisent les braises» alors que de nouvelles manifestations doivent se tenir samedi à travers tout le pays. En début de semaine, le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, s’est montré ferme dans Nice Matin: «Avec le vaccin et le passe,

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 69% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ? Connectez-vous

Face aux opposants au passe sanitaire, la majorité oscille entre fermeté, vigilance et relativisation

S’ABONNER

S’abonner