France-Bosnie : 5 questions sur la rentrée attendue des Bleus après l’échec de l’Euro

État de forme, enjeux, ambiance chez les Bleus … Toutes les informations à connaître avant la rentrée des Bleus du côté de Strasbourg mercredi soir.

Envoyé spécial à Strasbourg

Où suivre France-Bosnie et pourquoi se joue-t-il à Strasbourg ?

Rare pour être souligné, les Bleus évolueront deux fois en province durant cette séquence de septembre. Ce mercredi à Strasbourg face à la Bosnie, samedi à Kiev contre l’Ukraine et mardi prochain à Décines devant la Finlande. Notamment en raison des travaux au Stade de France actuellement, mais aussi en raison de la volonté de la FFF de retrouver le public français après la longue période des matches à huis clos. Sans nier aussi que le fait que Marc Keller et Jean-Michel Aulas, présidents du RC Strasbourg et de l’Olympique Lyonnais mais également membres du Comex à la 3F et proches de Noël Le Graët, aient joué un rôle dans la tenue de ces rencontres. Le premier match des Bleus sera à suivre ce mercredi au stade de la Meinau, coup d’envoi 20h45 devant les caméras de M6. Un rendez-vous à suivre sur notre site du Figaro avec un live commenté par Teddy Vadeevaloo et les informations de notre envoyé spécial en Alsace, Baptiste Desprez.

À lire aussiPourquoi l’équipe de France «délaisse» le Stade de France

Dans quelle ambiance les Bleus ont-ils repris le chemin de la rentrée ?

Si les Bleus n’ont pas caché leur sourire et la joie de se retrouver à Clairefontaine lundi, l’ambiance générale autour des champions du monde est forcément moins enflammée qu’il y a trois ans après le sacre au Mondial. Pour repartir du bon pied, Didier Deschamps a fait confiance à son noyau dur composé de cadres –sans Olivier Giroud écarté- tout en ajoutant de la fraicheur avec quatre petits nouveaux. Théo Hernandez (AC Milan), Jordan Veretout (AS Roma), Aurélien Tchouaméni (AS Monaco) et Moussa Diaby (Bayer Leverkusen) ont ainsi découvert le grand monde des A.

Qui sont les grands absents par rapport à l’Euro ?

Par rapport au groupe de 26 éléments qui a disputé l’Euro en juin dernier, ils sont huit à ne pas figurer dans la liste de septembre. Pour des raisons diverses. Le grand absent, pour des raisons sportives dixit Didier Deschamps, s’avère être Olivier Giroud (34 ans, 110 sélections, 46 buts). Le deuxième meilleur buteur de l’histoire des Bleus, de nouveau titulaire dans son nouveau club de l’AC Milan, a été devancé par Anthony Martial, remplaçant avec Manchester United … Blessés ou jugés encore trop juste physiquement, Benjamin Pavard, Lucas Hernandez, Adrien Rabiot et Ousmane Dembélé sont également absents. Présents à l’Euro, Wissam Ben Yedder et Marcus Thuram paient leur début de saison quelconque avec leur club respectif.

À lire aussiBleus: comment Giroud vit sa mise à l’écart de l’équipe de France

Quelle équipe Didier Deschamps alignera-t-il ?

Les Bleus ne devraient revenir à un système plus classique mercredi soir que la défense à trois qui fut un fiasco contre la Suisse à l’Euro. Le 4-3-3 tiendrait la corde avec un onze de départ composé de Lloris dans le but, Koundé et Digne dans les couloirs, Varane-Kimpembe en défense centrale, un milieu (Kanté est forfait pour blessure) composé de Tolisso en pointe basse, Pogba axial droit et Lemar son pendant à gauche. Le tout avec un trio d’attaque composé de Griezmann à droite, Mbappé à gauche et Benzema dans l’axe.

Le onze probable des Bleus: Lloris – Koundé, Varane, Kimpembe, Digne – Pogba, Tolisso, Lemar – Griezmann, Benzema, Mbappé

Quelle est la situation des Bleus en vue du Mondial au Qatar ?

Une séquence en chasse une autre. Après son Euro raté et une élimination prématurée en huitième de finale devant la Suisse, l’équipe de France ouvre à nouveau le chapitre qui doit le mener à la Coupe du monde au Qatar en 2022 (21 novembre-18 décembre) avec la réception de la Bosnie ce mercredi à Strasbourg. Leaders du groupe D après trois journées (2 victoires, un nul), les champions du monde ont parfaitement débuté leur campagne et possèdent déjà quatre unités d’avance sur l’Ukraine, qu’ils retrouveront samedi à Kiev. En cas de carton plein lors de cette séquence de trois matches (Bosnie, Ukraine et Finlande) et en fonction des résultats des autres concurrents, les Bleus pourraient même valider leur billet pour le Qatar dès le mois de septembre. Auquel cas, il faudrait attendre le mois de novembre avec la réception du Kazakhstan le 13 et le déplacement en Finlande le 16.