France-Côte d’Ivoire : les coups de cœur et coups de griffe de notre envoyé spécial

DÉCRYPTAGE – Le poids de Giroud, la belle Côte d’Ivoire, les acclamations et les sifflets du Vélodrome … Retrouvez les bons et mauvais points de notre envoyé spécial à Marseille.

Envoyé spécial à Marseille

Les coups de cœur

Giroud est incontournable chez les Bleus

Il était attendu, il n’a pas déçu. Avec son 47e but en sélection (Henry en compte 51), d’une tête rageuse, il a réussi sa soirée et lancé sa mission rédemption auprès d’un sélectionneur qui attend beaucoup de lui en termes de mentalité. Bagarreur, disponible et précieux sur les coups de pied arrêtés défensifs, Giroud n’a pas démérité. À lui de continuer mardi à Lille contre l’Afrique du Sud. L’idée n’est pas de dire qu’il doit prendre la place de Mbappé et Benzema, mais derrière eux, par son profil, son CV et son expérience, il mérite sa place dans le groupe.

Tchouaméni a pris une autre dimension

Au-delà de son but en toute fin de rencontre -qui offre la victoire aux Bleus- le Monégasque a rendu une belle copie vendredi soir. Disponible, agressif, précieux dans la récupération, il a formé un bon duo avec Pogba dans l’entrejeu. N’oubliez pas que ce garçon a découvert la sélection en septembre dernier et ne compte que 8 sélections. Pourtant il donne parfois l’impression d’être là depuis 10 ans…

À lire aussiLes notes des Bleus : Tchouaméni a tout d’un grand, Nkunku s’est bien raté

La gaieté du Vélodrome pour Saliba et Guendouzi

Si les Parisiens ont été sifflés (voir plus bas), les Marseillais ont vécu leur «best life» vendredi soir. Entré à l’heure de jeu à la place de Raphaël Varane, William Saliba, puis après Matteo Guendouzi (auteur du corner décisif), a reçu les acclamations du Vélodrome sur chacune de ses prises de balle. Pour des souvenirs éternels.

La Côte d’Ivoire, une sacrée belle équipe

Éliminée de la course à la Coupe du monde 2022, la Côte d’Ivoire a fait belle impression vendredi soir et aurait largement mérité le match nul avec les champions du monde. Pépé, Haller, Zaha, Kessié, Seri, Bailly, Aurier … Les Éléphants ne manquent pas de talents et ont bien bougé les Bleus au Vélodrome. «C’est une très belle équipe», abonde Hugo Lloris, surpris de ne pas les voir au Qatar. « Ce soir (vendredi) je suis fier, on a montré qu’on avait une belle équipe capable de rivaliser sur ce qui se fait de mieux au monde, avance le sélectionneur Patrice Beaumelle. Tant que je serai à la tête de cette équipe, je ne lâcherai pas, il y a une âme dans cette équipe. »

Les coups de griffe

Les sifflets pour Mbappé-Rabiot et Kimpembe n’étaient pas utiles

C’était attendu et on s’en serait bien passé. Que ce soit lors de l’annonce de la composition d’équipe juste avant le coup d’envoi, lors de l’entrée en jeu de Rabiot en fin de match ou lorsque l’écran géant du Vélodrome s’attardait un peu trop sur Kylian Mbappé, le public marseillais n’a cessé de siffler les joueurs (Mbappé, Kimpembe) ou anciens joueurs du PSG (Rabiot, Nkunku). Didier Deschamps était certain que cela n’arriverait pas, c’est raté.

A quoi joue Deschamps avec Giroud ?

Il y a encore quelques mois, il serait grimpé aux rideaux pour défendre Olivier Giroud, en échec dans son club et buteur avec la sélection. Depuis, l’Euro est passé, Benzema est revenu et Didier Deschamps n’a pas apprécié la phrase de Giroud envers Mbappé. Bim, huit mois de placard. Malgré tout, c’est bien le sélectionneur qui a rappelé le Milanais avec les Bleus après le forfait du Madrilène et vendredi soir dans les travées du Vélodrome, il n’a pas sauté au plafond au moment de saluer le 47e but de son ancien lieutenant. Une communication difficile à comprendre de la part de «DD».