Guerre en Ukraine : l’Allemagne envisage de se doter d’un bouclier antimissiles

La décision n’a pas encore été prise formellement, mais le parti du chancelier Olaf Scholz y est favorable, selon le Bild.

Le gouvernement allemand, que l’invasion russe de l’Ukraine a convaincu d’investir massivement dans la défense, envisage l’acquisition d’un système de protection antimissiles israélien, affirme dimanche le quotidien Bild .

À lire aussiRussie-Occident : un divorce lentement consommé

La décision n’a pas encore été prise formellement mais le parti social-démocrate du chancelier Olaf Scholz, la principale formation de la coalition au pouvoir, y est favorable, précise le quotidien le plus lu d’Allemagne.

Un système inspiré du dôme de fer israélien

«Nous devons mieux nous protéger contre la menace russe. Pour cela, nous avons besoin rapidement d’un bouclier antimissiles à l’échelle de l’Allemagne», explique dans Bild le rapporteur au Bundestag pour le budget de la défense, Andreas Schwarz. «Le système israélien Arrow 3 est une bonne solution», ajoute-t-il au sujet de ce dispositif antimissiles israélien destiné à contrer des missiles de longue portée.

À lire aussiGuerre en Ukraine : pourquoi l’armée russe se retourne vers l’Est

Selon Bild, le système, inspiré du «Dôme de fer» israélien, coûterait environ 2 milliards d’euros et pourrait être opérationnel dès 2025 depuis trois sites en Allemagne. Le bouclier serait même suffisamment puissant pour couvrir également la Pologne, la Roumanie et les pays baltes.

«Nous pouvons tendre le Dôme de fer au-dessus de nos pays voisins. Nous jouerions ainsi un rôle clé pour la sécurité de l’Europe», abonde Andréas Schwarz. Après des années de sous-investissement, l’Allemagne a effectué fin février une volte-face historique, en raison de l’invasion de l’Ukraine par l’armée russe qui a fait figure d’électrochoc.

Olaf Scholz avait annoncé le 27 février, quelques jours après l’offensive russe, une enveloppe exceptionnelle de 100 milliards d’euros pour moderniser l’armée, et l’objectif de dépasser les 2% de dépenses militaires dans le PIB.

À VOIR AUSSI – Pologne: avec la guerre en Ukraine, le bouclier antimissile américain rassure et inquiète à la fois