Guerre en Ukraine: l’Amérique contrainte d’opérer un revirement stratégique

Réservé aux abonnés

Joe Biden est attendu en Europe pour participer au sommet extraordinaire de l’Otan et au Conseil européen à Bruxelles. EVELYN HOCKSTEIN/REUTERS

ANALYSE – Contre son gré, Joe Biden a dû se saisir à deux mains de ce dossier explosif.

L’Asie attendra. Après Barack Obama et Donald Trump, Joe Biden avait lui aussi juré de détourner le regard de l’Europe et du Moyen-Orient pour se concentrer sur l’Asie, et plus spécialement sur la Chine. Mais de la même manière que certaines guerres s’imposent même quand on les fuit, il est difficile d’échapper aux appels géopolitiques quand on est la première puissance mondiale.

À lire aussiL’Ukraine, un conflit chaud de la guerre froide Chine/États-Unis?

En moins d’un mois, le retour de la guerre en Europe a aspiré Joe Biden et avec lui toutes ses résistances, vers le Vieux Continent. Contre son gré, le président américain a dû se saisir à deux mains de ce dossier explosif, dont les ondes de choc se propagent déjà dans le monde entier et qui se rapproche chaque jour un peu plus des frontières de l’Alliance atlantique. Face à une puissance nucléaire qui menace d’utiliser des armes de destruction massives, les dirigeants américains ne peuvent pas faire comme si de rien n’était. Joe Biden se rend donc en Europe pour participer au sommet extraordinaire de l’Otan et…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 80% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ? Connectez-vous

Guerre en Ukraine: l’Amérique contrainte d’opérer un revirement stratégique

S’ABONNER

S’abonner