Guerre en Ukraine : l’offensive russe s’enlise-t-elle vraiment ?

Réservé aux abonnés

Un char russe détruit par les forces ukrainiennes dans la région de Lougansk le 26 février 2022. Anatolii Stepanov / AFP

LA VÉRIFICATION – «Malgré toutes les destructions qu’elle provoque jour après jour», l’offensive russe «s’enlise» en Ukraine, a estimé le chancelier allemand Olaf Scholz. Peut-on aller jusque-là ?

LA QUESTION. Un mois après le début de l’invasion, les forces armées russes ont ralenti considérablement leur offensive face à la résistance acharnée des soldats ukrainiens. L’offensive russe en Ukraine «s’enlise», a estimé mercredi 23 mars Olaf Scholz, «malgré toutes les destructions qu’elle provoque jour après jour». Vladimir Poutine, qui comptait vraisemblablement vaincre rapidement l’armée ukrainienne avec une stratégie de guerre éclair, a dû revoir son schéma initial pour désormais envisager une guerre plus longue. Ce vendredi, l’adjoint au chef d’état-major russe a même indiqué que l’armée russe allait se concentrer sur l’Est de l’Ukraine, confirmant l’immobilisation sur le front nord.

À lire aussiGuerre en Ukraine : l’échange de prisonniers, signe encourageant des discussions entre Kiev et Moscou

Les divers éléments sur la fébrilité de l’armée russe n’ont cessé d’étonner depuis le début de la guerre. Mal engagée dans le conflit, celle-ci a révélé de nombreux problèmes de coordination, de communication et de logistique. Face à la défense ukrainienne, plusieurs milliers de soldats russes ont été tués, «des pertes considérables» selon le ministère de la défense britannique qui a indiqué ce jeudi que la Russie pourrait faire appel à des réservistes et des mercenaires étrangers. Enfin, depuis quelques jours, les forces ukrainiennes contre-attaquent dans les environs de Kiev. Peut-on dire pour autant que l’offensive russe est en train de s’enliser ?

VÉRIFIONS. Un enlisement correspond…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 78% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ? Connectez-vous