Guillaume Tabard: «Quand Macron réconcilie la science et la religion»

Réservé aux abonnés

Emmanuel Macron. JOHANNA GERON/REUTERS

CONTRE-POINT – La critique contre l’intégrisme religieux est fréquente dans la bouche d’un politique mais la critique contre un intégrisme laïque est plus originale.

Veille de Noël, avant-veille de présidentielle: les deux favoris actuels de la compétition de 2022, Emmanuel Macron et Valérie Pécresse, font à leur manière l’éloge de l’empreinte de la religion dans notre civilisation. À chacun son approche. Le chef de l’État se fait conceptuel pour réfléchir, dans L’Express , à l’articulation entre l’esprit scientifique et l’esprit religieux, tandis que la candidate de la droite a profité d’un déplacement en Arménie pour renvoyer l’Europe à ses racines chrétiennes. Éternel débat philosophique d’un côté, relancé par l’hebdomadaire à la faveur du succès colossal (plus de 70.000 exemplaires en deux mois) de Dieu, la science, les preuves, d’Olivier Bonnassies, le fondateur du site Aleteia, et Michel-Yves Bolloré. Débat culturel toujours actuel de l’autre, un an après la guerre dans le Haut-Karabakh qui a chassé les chrétiens de leurs villages et de leurs églises.

À lire aussiMacron défend la «riche cohabitation» entre la raison et la religion, permise grâce à la laïcité

Les pensées d’Emmanuel Macron sont nourries par les controverses ayant émaillé la crise du Covid…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 73% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ? Connectez-vous