Guillaume Tabard: «Une candidature qui se fera… en marche»

Réservé aux abonnés

Emmanuel Macron. LUDOVIC MARIN/AFP

CONTRE-POINT – Les propos d’Emmanuel Macron dans Le Parisien sont révélateurs de la manière avec laquelle le chef de l’État compte entrer en campagne.

Un simple verbe peut suffire à tuer six pages entières d’entretien. Par son «envie» – forte – d’«emmerder les non-vaccinés», Macron a occulté le reste de ses propos dans Le Parisien. Ceux-ci sont pourtant révélateurs de la manière avec laquelle le chef de l’État compte entrer en campagne. Aussi bien sur la question du calendrier – sempiternel casse-tête de tout sortant – que sur celle des thèmes.

À lire aussiEmmanuel Macron et la tactique du rasoir à deux lames

A-t-il fait vraiment un pas de plus en confessant, là encore, son «envie»? Non dans la mesure où il n’y a aucun doute sur l’intention présidentielle. Il n’y a pas d’énigme à résoudre dont la réponse ne serait trouvée qu’au terme de l’élucidation du dernier indice. Il y a juste une évidence qu’il s’agit de confirmer progressivement. Affirmer n’avoir qu’à «consolider» sa décision est une manière de dire qu’elle est déjà prise. Le reste n’est que prétexte. À commencer par l’invocation des décisions sanitaires qui lui interdiraient de se déclarer encore. Car même s’il devait prendre de nouvelles mesures…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 70% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ? Connectez-vous