Hongkong : deux militants plaident coupable pour avoir appelé à des sanctions internationales

Deux Hongkongais ont plaidé coupable ce jeudi 19 août d’avoir enfreint la loi sur la sécurité nationale après avoir appelé à des sanctions internationales contre Pékin.

À lire aussiHongkong: la coalition à l’origine des grandes manifestations de 2019 s’autodissout

L’an passé, la Chine a imposé une loi drastique sur la sécurité nationale à l’ex-colonie britannique pour venir à bout de la dissidence. Plus de 130 personnes, parmi lesquelles des figures de proue du mouvement pro démocratie, ont été arrêtées au nom de cette loi.

«Collusion avec des forces étrangères»

Le militant pro démocratie Andy Li, 31 ans, et le juriste Chan Tsz-wah, 30 ans, ont reconnu jeudi le chef d’accusation de «collusion avec des forces étrangères menaçant la sécurité nationale de la Chine».

À lire aussiHongkong : des étudiants arrêtés pour «apologie du terrorisme»

Les procureurs ont soutenu qu’ils ont fait partie des personnes à l’origine d’une campagne publicitaire et d’articles dans des journaux étrangers appelant à des sanctions contre la Chine. Les deux prévenus avaient été placés en détention avant l’audience au cours de laquelle les faits qui leur sont reprochés ont été succinctement évoqués.

Les deux hommes faisaient partie d’un collectif lié au magnat de la presse pro démocratie Jimmy Lai, propriétaire du tabloïd hongkongais pro démocratie Apple Daily contraint de fermer en juin après le gel de ses actifs dans le cadre de la loi sur la sécurité nationale, en raison du contenu de certains reportages.

A la tête d’une «organisation criminelle»

Actuellement en détention, Jimmy Lai, 73 ans, est également poursuivi pour avoir enfreint la loi sur la sécurité nationale en appelant à des sanctions internationales contre la Chine, à la suite des mesures prises par Pékin pour réprimer toute dissidence à Hongkong.

À lire aussiLoi sur la sécurité nationale: verdict sévère dans un procès test à Hongkong

Les autorités accusent le magnat d’être à la tête d’une «organisation criminelle» qui fait pression pour obtenir des sanctions internationales contre Pékin.

Lors de l’audience de jeudi, les procureurs ont lu un résumé des charges retenues contre les deux hommes. Ils accusent Lai et son conseiller Mark Simon, un Américain, d’être «des cerveaux et des soutiens financiers de l’ombre et au plus haut niveau de cette organisation». Chan Tsz-wah aurait transmis les instructions du magnat de la presse et de son conseiller à Andy Li. De son côté, Mark Simon a quitté Hongkong l’an dernier pour les États-Unis.

Nouvelle audience l’année prochaine

Andy Li faisait partie des 12 Hongkongais qui, l’été dernier, avaient tenté de fuir Hongkong pour Taïwan en hors-bord avant d’être interceptés par des garde-côtes chinois.

À lire aussiL’inexorable mise au pas de Hongkong par la Chine

Ils avaient été condamnés et incarcérés en Chine pour avoir franchi illégalement la frontière avant d’être remis aux autorités hongkongaises.

Jeudi, à l’issue de l’audience, Andy Li et Chan Tsz-wah ont été renvoyés en détention. La prochaine audience doit se tenir en janvier 2022.