La «nouvelle route de la soie» chinoise pourrait s’avérer aussi inutile que le gazoduc Nord Stream 2

Réservé aux abonnés

Par LENA

Publié , Mis à jour

Le logo de l’AG de Nord Stream deux dans un immeuble en Suisse. ARND WIEGMANN / REUTERS

VU D’AILLEURS – Certains observateurs redoutent un nouveau gouffre à milliards.

Par Birger Nicolai (Die Welt)

«China Railway Express», peut-on lire sur les conteneurs. Le train de marchandises, chargé de 44 conteneurs en acier, est parti de Mannheim quelques jours avant le début de la guerre en Ukraine. Sa gare de destination: Qingdao, en Chine. Dans les conteneurs: des machines, des produits chimiques, des vêtements et même des meubles. Il s’agit du premier train à circuler sur cette liaison interurbaine entre l’Asie et l’Europe. Durée du voyage: environ 20 jours. Le transport a été organisé par l’armateur chinois Cosco. Il n’est toutefois pas certain que le train de marchandises reparte ensuite comme prévu dans le sens inverse pour acheminer en Allemagne des appareils électroniques ou d’autres biens de consommation fabriqués en Chine. En effet, l’itinéraire prévu passe par la Pologne, la Biélorussie, la Russie, le Kazakhstan et la Mongolie.

À lire aussiNord Stream 2 : Engie risque de perdre 987 millions d’euros

Récemment, de nouvelles liaisons ont été ajoutées chaque semaine sur la «nouvelle route de la soie», nom donné à l’ambitieux projet…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 88% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ? Connectez-vous

La «nouvelle route de la soie» chinoise pourrait s’avérer aussi inutile que le gazoduc Nord Stream 2

S’ABONNER

S’abonner