L’Alsace veut sortir de la région Grand Est

Réservé aux abonnés

«Lors des régionales en Alsace, on est passé de 60 % de votants en 2015 à 30 % en 2021. Il faut redonner du souffle à la démocratie avec de nouveaux outils», estime Frédéric Bierry, président de la collectivité européenne d’Alsace. Jean-François FREY/PHOTOPQR/L’ALSACE/MAXPPP

La collectivité départementale organise une consultation de sa population, favorable à ce projet.

C’est le grand chamboule-tout dans le nord-est de la France. Alors que depuis moins d’un an Haut-Rhin et Bas-Rhin ont exceptionnellement fusionné pour redonner une existence institutionnelle à l’Alsace, la collectivité, née de ce mariage, collectivité européenne d’Alsace (CeA), veut aller plus loin encore. Son président de centre droit, Frédéric Bierry, veut la sortir de la région Grand Est à laquelle elle appartient. Une demande qui équivaut à un coup canif porté à la réforme territoriale de 2016 et qui avait abouti à la création de régions XXL, passant de 22 à 13 régions.

À lire aussiGrand Est: des velléités d’autonomie face au «monstre administratif»

Comme il s’était engagé à le faire, l’élu lance ainsi, à compter de ce mardi, une grande consultation. Jusqu’au 15 février prochain, les habitants de ce territoire vont être interrogés pour savoir s’ils veulent ou non sortir de cette région Grand Est qui, sur plus de 57.000 km2, compte désormais neuf départements. Par courrier, par bulletin de participation déposé dans l’une des cinquante urnes qui vont être installées…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 71% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ? Connectez-vous