Le «rêve californien» à l’épreuve de la pandémie

Réservé aux abonnés

La célèbre plage de Venice Beach, à Los Angeles. Apu GOMES / AFP

Pour la première fois de leur histoire, les villes de Los Angeles, San Francisco et San Diego connaissent en même temps une baisse de leur population.

Fin du rêve californien ou blues du citadin en pleine pandémie de Covid ? Pour la première fois de leur histoire, Los Angeles, dans le sud de l’État, et San Fransisco, dans le nord, ont toutes deux perdu des habitants. Le phénomène, amorcé pendant la pandémie, vient d’être confirmé par les derniers chiffres officiels. Vendredi, l’État de Californie a déclaré avoir perdu 173.000 personnes entre le 1er juillet 2020 et le 1er juillet 2021. Cela concerne aussi bien le comté de Los Angeles que les neuf comtés qui entourent la baie de San Francisco. Ensemble, ces deux zones géographiques représentent plus de 44% des près de 40 millions d’habitants de l’État, et possèdent le parc immobilier le plus cher du pays. Le comté de Los Angeles a perdu 67.500 personnes pour tomber à un peu moins de 10 millions d’habitants. Les neuf comtés Bay Area, qui totalisent environ 7,7 millions d’habitants, ont quant à eux perdu quelque 64.000 personnes.

À lire aussiÉtats-Unis : le gouverneur démocrate de Californie parvient à se maintenir à son poste

La Californie compte 10 comtés avec au moins 1 million…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 83% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ? Connectez-vous