Le tigre chinois montre ses griffes mais hésite encore à les utiliser

Réservé aux abonnés

Le président chinois, Xi Jinping (au centre), visite, en janvier 2017, les installations des JO d’hiver 2022, que de nombreuses nations, emboîtant le pas à Washington, ont décidé de boycotter. LI TAO/Xinhua via AFP

ANALYSE – Le président Chinois Xi Jingping serre les rangs avec la Russie dans une nouvelle guerre froide avec l’Occident

Correspondant en Asie

Vladimir Poutine vole au secours des Jeux olympiques de Pékin. Le président russe a annoncé sa venue dans la capitale chinoise en février, alors que Joe Biden orchestre un boycott diplomatique de ce rendez-vous, vitrine des ambitions du président Xi Jinping. En retour, Poutine aura l’honneur d’être le premier dirigeant étranger à rencontrer en face-à-face le numéro un du régime depuis le début de la pandémie, affichant le rapprochement entre Pékin et Moscou, face à la stratégie d’encerclement de la Maison-Blanche.

À lire aussiTaïwan: «Dissuader la Chine»

Xi devrait recevoir en personne «son vieil ami» russe, après avoir snobé successivement Biden, le sommet du G20 et la COP26, barricadé derrière la grande muraille de la quarantaine depuis près de deux ans, au nom de l’impératif sanitaire. Les deux hommes serreront les rangs dans cette nouvelle guerre froide avec l’Occident, qui menace de gâcher avec le Covid les jeux d’hiver. Le Royaume-Uni, l’Australie, le Canada et la Lituanie ont emboîté le pas à Washington…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 84% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ? Connectez-vous