Les autotests ne pourront pas être vendus sur internet

Les autotests sont des tests de détection du Covid-19 par prélèvement nasal à réaliser soi-même. Clara / Adobe Stock

La grande distribution ne pourra proposer des autotests que dans des magasins physiques.

Si les enseignes de la grande distribution ont finalement obtenu mardi de pouvoir vendre des autotests dans leurs magasins, il n’en sera rien sur internet. L’arrêté du 1er juin, modifié par l’arrêté du 27 décembre publié mardi au Journal officiel, précise en effet que «la vente au détail et la dispensation» de ces tests de détection du Covid-19 par prélèvement nasal à réaliser soi-même «ne peuvent faire l’objet de l’activité de commerce électronique».

Après la parution de l’arrêté, certaines enseignes avaient fait part de leur volonté de proposer des autotests sur leur boutique en ligne. Cela avait notamment été le cas de Carrefour, qui a finalement fait machine arrière après l’annonce de cette interdiction.

À lire aussiLa course des grandes surfaces pour s’approvisionner en autotests

Leur vente est donc réservée aux magasins physiques. Il s’agit malgré tout d’une victoire pour la grande distribution, dont plusieurs enseignes (E.Leclerc, Système U, Lidl, Intermarché…) réclamaient depuis des semaines de pouvoir commercialiser des autotests, dont la vente était jusque-là réservée aux pharmaciens.