Les procureurs réclament des pouvoirs élargis

Réservé aux abonnés

La Conférence nationale des procureurs de la République milite notamment pour une procédure simplifiée lorsque les faits sont reconnus. Alexandre MARCHI/PHOTOPQR/L’EST REPUBLICAIN/MAXPPP

Alors que la magistrature est en quête d’efficacité, les parquets demandent davantage de moyens et de missions.

Dix propositions pour réformer avec pragmatisme la justice pénale. Voilà la mission que s’est donnée la Conférence nationale des procureurs de la République (CNPR) dans le cadre des actuels États généraux de la justice. Parmi ces propositions, deux renvoient à la nécessité de doper les moyens pour rattraper les standards européens en matière de justice et s’engager sérieusement dans la réforme numérique. Surtout, toutes les propositions militent en faveur de pouvoirs accrus des parquets, au moment où le législateur multiplie leurs tâches au risque de les brider.

À lire aussiJustice: les magistrats se plaignent de la multiplication des audiences nocturnes

Or prévient, Jean-Baptiste Bladier, tout nouveau président de la CNPR et procureur de Senlis, «sans une réforme de notre statut vers plus d’indépendance, nous allons vers une paralysie de la justice compte tenu de la masse de contentieux et de réformes». Pierre de touche de sa réflexion, la CNPR propose «une refonte du code de procédure pénale», mesure mille fois recommandée et mille fois abandonnée. Ainsi la Conférence milite-t-elle…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 76% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ? Connectez-vous