Les voitures sans permis ont la cote chez les jeunes

Réservé aux abonnés

En quête de liberté, les adolescents ne jurent plus que par les voitures sans permis. Ci-dessous: une Ligier (en blanc), et une Microcar (en noire). François BOUCHON/Le Figaro

DÉCRYPTAGE – Autrefois utilisées par les conducteurs faisant l’objet d’un retrait, elles attirent aujourd’hui de plus en plus les adolescents.

Leurs parents ont parfois roulé à mobylette Peugeot 103, à scooter Piaggio Typhoon ou à moto Yamaha DT… mais eux, c’est en voiture sans permis qu’ils veulent circuler.

«La voiture, c’est la liberté et l’indépendance», sourit Maëva Aventurier. Âgée de 15 ans, cette adolescente conduit depuis cet été une Aixam qui lui permet de faire les trajets quotidiens entre son domicile d’Aigremont (Gard) et son lycée de Saint-Christol-lès-Alès, à 18 km de là. «Une copine en avait une et j’ai trouvé ça sympa. En hiver, j’emmène tous les jours une copine. D’habitude, elle vient à scooter mais, en ce moment, il fait trop froid. Là, on a le chauffage à l’intérieur», se réjouit-elle.

Une seconde jeunesse

Comme dans toutes les régions de France, Maëva pourrait prendre les transports scolaires mis en place par la collectivité mais l’arrêt de bus se trouve à 3 kilomètres de son domicile et, s’arrêtant dans tous les villages, il met une heure au moins avant d’atteindre le lycée. «Prendre le car lui ferait passer deux heures par jour…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 74% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ? Connectez-vous