Ligue 1 : un été sous haute tension pour l’Olympique Lyonnais

Alors que Lyon traverse une crise interne conjuguée aux résultats décevants depuis le début de l’année, l’OL aborde déjà un tournant critique de sa saison.

La défaite cinglante à Angers (3-0) aura été la goutte d’eau qui aura fait déborder un vase lyonnais déjà bien rempli. Auteur d’une partie catastrophique ponctuée d’un but contre son camp, le défenseur central Marcelo a été le premier à faire les frais du recadrage opéré par la direction. Selon les informations de l’Équipe et de RMC, c’est l’attitude désinvolte du Brésilien dans le vestiaire lors du discours de son capitaine Léo Dubois qui aurait poussé la direction lyonnaise à agir.

Mis à pied et envoyé en réserve (National 2), la chute est vertigineuse pour celui qui avait récemment prolongé jusqu’en 2023 en plus d’être capitaine à plusieurs reprises sous les mandats de Genesio et Garcia. Désormais , il est le symbole d’un OL à la recherche d’une nouvelle identité et de nouveaux hommes forts après un début de saison délicat (un nul, une défaite).

Un mal bien plus profond

Mais cette désinvolture et ce manque d’implication ne datent pas d’hier pour l’équipe récemment reprise par Peter Bosz. Alors que les supporters se réjouissaient du départ de Rudi Garcia et de ses privilèges accordés dans le vestiaire de Lyon en fin de saison, l’arrivée du très dogmatique technicien néerlandais pourrait apporter bien plus de problèmes que de solutions. Auteur d’une préparation mitigée (2 matchs remportés sur 6), l’ex-entraîneur de l’Ajax et de Leverkusen a pu constater l’ampleur du chantier qui l’attendait.

Très amer en conférence de presse suite à la défaite angevine, le technicien n’a pas manqué de pointer du doigt «le manque d’esprit d’équipe» souvent oublié au détriment de certaines individualités. Dans cette optique, d’autres joueurs pourraient être ciblés par le serrage de vis du nouveau tandem Bosz-Juninho parmi lesquels Thiago Mendes, Houssem Aouar ou encore le jeune Rayan Cherki (18 ans). L’Olympique Lyonnais se retrouve face à un dilemme : garder ses éléments les plus talentueux de son effectif avec un état d’esprit incertain ou s’en séparer tout en risquant de mettre en danger les ambitions lyonnaises pour la saison à venir.

Un mercato poussif

Une des solutions idoines pourrait passer par le mercato mais ce dernier tourne au ralenti pour plusieurs raisons. Privé de Ligue des champions et de sa manne financière, Lyon a dû se séparer de nombreux éléments cet été (Depay, Andersen, Jean Lucas, Melvin Bard) sans vraiment compenser dans le sens des arrivés (Da Silva, Henrique). Alors que Jean-Michel Aulas avait promis «une enveloppe conséquente» lors de la présentation du nouvel entraîneur, les recrues se font toujours attendre tandis que les potentiels renforts (Kurzawa, Shaquiri) sont toujours aussi incertains.

D’autant que les cibles prioritaires de l’entraîneur (Onana, Azmoun) n’ont pas été recrutées et compromettent un peu plus le projet de jeu que Bosz souhaite développer à Lyon cette saison. Seul perspective rassurante, l’arrivée du champion d’Europe, Emerson Palmieri, en provenance de Chelsea. Pour l’heure, Lyon attend encore de pouvoir vendre avant de dépenser quoique ce soit, un mode de gestion typique de l’OL de Jean-Michel Aulas mais qui pourrait se révéler dangereux cette année par manque de temps alors que le mercato estival ferme ses portes dans moins de deux semaines.

Se remettre vite et bien en marche

Lyon est désormais à la croisée des chemins. Ces dernières années l’OL s’est fortement appuyé sur son réputé centre de formation qui a produit d’excellents joueurs (Benzema, Lacazette, Tolisso, Umtiti…), mais la direction semble vouloir prendre un virage sensiblement différent. Alors que beaucoup de jeunes (Maolida, Gouiri, Bard…) sont vendus assez vite à d’autres clubs, Lyon doit aussi trouver un autre modèle économique puisque ces jeunes n’arrivent plus à convaincre en interne. Entre les ventes et les arrivés espérées, le club semble être pris entre deux eaux alors que plusieurs joueurs ne savent pas s’ils seront ou non à l’OL dans les jours à venir. Avec les potentiels départs des cadres de ces dernières saisons, Lyon ne peut qu’espérer trouver l’homme fort providentiel pour remettre l’équipe en ordre de marche, que ce soit dans ses rangs ou ailleurs.

Alors qu’ils affrontent le surprenant promu Clermont (2ème) ce dimanche à 13h, les Lyonnais se retrouvent dans l’obligation de vite devoir réagir pour éviter une nouvelle saison galère où l’absence de Ligue des Champions ne serait qu’un moindre mal.