Marseille s’entraîne au risque d’un tsunami

Réservé aux abonnés

Des marins-pompiers de Marseille avec un drone de secours. 2020. CLEMENT MAHOUDEAU/AFP

Une vague pourrait atteindre la ville en cas de tremblement de terre de forte magnitude en Algérie.

La salle de commandement est située dans le sous-sol de la préfecture, vaste édifice de style haussmannien au centre de Marseille. Une carte d’état-major détaillée occupe tout un mur. Une série d’écrans en habille un autre. Autour d’une table, des officiers coordonnent les pompiers, la police et la gendarmerie. Tous sont là pour participer à un exercice «Orsec-Tsunami» grandeur nature.

Au bout de cette chaîne de commandement, Florence Levérino, directrice de cabinet du préfet de région, ordonne. «Ça demande une connexion très importante entre une multitude d’acteurs qu’il faut piloter, avec des informations qui arrivent en masse. On a très peu de temps pour réagir: les scientifiques disent qu’un tremblement de terre en Algérie de très forte magnitude, plus de 7 sur l’échelle de Richter, nous laisserait seulement une heure avant l’arrivée de la vague sur nos côtes.»

À lire aussiLes murs anti-tsunami japonais sont désormais plus hauts que jamais

Via des réseaux de communication protégés, tous sont en ligne avec leurs homologues sur le terrain pour faire remonter en temps

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 67% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ? Connectez-vous