Marseille, une ville plombée par un endettement colossal

Réservé aux abonnés

La porte d’entrée de l’école élémentaire Cours Julien, rue d’Aubagne, où deux immeubles se sont effondrés en novembre 2018, faisant huit morts. Ce drame avait mis en lumière l’ampleur du problème des bâtiments insalubres à Marseille. Claude ALMODOVAR/Divergence

L’endettement de la Cité phocéenne s’élève, aujourd’hui encore, à 1,5 milliard d’euros après avoir atteint 2 milliards il y a plusieurs années.

Des caisses vides, des marges de manœuvre financières quasi inexistantes et une dette colossale. En arrivant à la mairie de Marseille en décembre dernier, après le retrait de Michèle Rubirola, l’élu socialiste Benoît Payan s’est empressé de condamner la gestion des finances locales de son prédécesseur, Jean-Claude Gaudin (LR), à la tête de la Cité phocéenne pendant plus de vingt ans. Rapport à l’appui.

En février dernier, le nouvel édile a ainsi présenté un audit réalisé par Deloitte pour le compte de la mairie qui confirme la situation financière particulièrement préoccupante de la ville. «J’observe toutefois que nos successeurs ont réalisé le même budget que le mien. Et, pour l’instant, ils ont la part facile», commente de son côté Roland Blum (LR), qui fut le premier adjoint de Jean-Claude Gaudin.

À lire aussiEmmanuel Macron choisit Marseille pour sa rentrée politique

Quoi qu’il en soit, les chiffres ne trompent pas. La ville est lourdement plombée par son fort endettement qui s’élève, aujourd’hui encore, à 1,5 milliard d’euros après avoir atteint 2 milliards

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 75% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ? Connectez-vous