Masques, mégots: ces Parisiens qui nettoient leurs rues

Réservé aux abonnés

Par Jean Cittone

Publié , Mis à jour

Des membres de l’association CleanWalker ramassent des déchets sur les pelouses du Champ-de-Mars, à Paris. Theo Leconte

Fatigués par la saleté et l’accumulation de détritus sur les trottoirs de leur ville, des bénévoles réunis en associations organisent des séances de ramassage collectif.

«Il n’y a aucune raison valable pour ne pas jeter son déchet dans une poubelle.» Mardi 3 août, lors d’un trajet entre le 15e arrondissement parisien, au sud-ouest de la capitale, et la ville de Levallois-Perret, au nord-ouest, Alix ramasse environ 80 masques. Depuis 2020, ces nouveaux déchets liés à la crise sanitaire s’accumulent. Particulièrement visibles, ils s’ajoutent aux mégots, canettes et détritus en tout genre. Pour cette bénévole, la pandémie a été un déclencheur. «Je n’en pouvais plus. Il y avait trop de masques par terre.» Après avoir commencé par les déchets qui parsèment ses trajets, Alix rejoint ensuite l’antenne parisienne de CleanWalker. Cette association organise des centaines de «cleanwalks» réunissant des bénévoles pour ramasser les déchets et sensibiliser les passants. Elle comporte une trentaine de relais locaux, dont quatre en Île-de-France. À Paris, Alix estime avoir déjà ramassé 2000 masques environ en moins de six mois.

À lire aussiCovid-19: le masque, un fléau pour l’environnement

Nocif pour l’environnement

Plus de 150 kg de détritus. Parmi lesquels

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 72% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ? Connectez-vous