Montant record des levées de fonds des start-up françaises au premier semestre

Les financements de capital-risque ont presque doublé au premier semestre en France, par rapport à la même période de 2020, atteignant un record à plus de 5 milliards d’euros, selon une étude publiée mercredi.

À lire aussiL’éclat de Tesla profite à une myriade de start-up

Le capital-risque vise à investir des fonds, propres ou sous gestion, dans des entreprises non cotées dans le but de financer leur démarrage et leur développement. Dans son baromètre du capital-risque, le cabinet EY révèle que les montants levés par les entreprises innovantes françaises ont augmenté au premier semestre de 90%, par rapport à la même période de 2020, et se montent à 5,14 milliards d’euros, récoltés au cours de 415 levées de fonds. Un record selon Franck Sebag, responsable du secteur des entreprises à croissance rapide au sein d’EY & Associés, cité dans l’étude. «À ce rythme, la barre symbolique des 10 milliards devrait être franchie cette année», se réjouit-il. L’année 2020 avait déjà été de bonne facture pour le capital-risque, avec une progression de 7% par rapport à 2019 et un total de 5,39 milliards d’euros levés au cours de l’année, malgré un premier semestre affecté par le Covid-19 puis compensé par le second semestre.

Premier facteur d’explication selon Franck Sebag: «jamais l’argent n’a été aussi abondant», grâce aux mesures exceptionnelles de soutien des banques centrales, mises en place en 2020 pour faire face à la crise liée au Covid-19. Deuxième élément d’explication: la transformation numérique du quotidien. «Désormais, tous nos usages, tous nos besoins sont réinventés à l’aune du numérique, la crise sanitaire ayant renforcé une tendance de fond déjà bien entamée», estime l’expert.

«A quand le milliard d’euros»

Le secteur des services internet a concentré la plus grosse partie des investissements, totalisant près de 2,4 milliards d’euros, suivi des fintech avec près de 1,1 milliard d’euros levés et du secteur des medtech et biotech (564 millions d’euros).

Le montant moyen des levées de fonds augmentent également, signe du fort potentiel des pépites françaises. «Il y a un peu plus de 7 ans, nous considérions qu’une levée de 10 millions d’euros était significative pour la #FrenchTech, désormais l’étalon a bien changé», constate Franck Sebag. «A quand le milliard d’euros ?»

Le Royaume-Uni reste le pays européen le plus dynamique en matière de capital-risque, avec 16,44 milliards d’euros levés, suivi de l’Allemagne, où les start-up ont réuni 7,83 milliards d’euros de financement. La France est troisième.