Périscope N° 71 : Ukraine, quel risque de contagion ?

Réservé aux abonnés

Philippe Gélie Le Figaro

LETTRE EXCLUSIVE ABONNÉS – Un regard à 360° sur la scène internationale, par Philippe Gélie.

Chers abonnés,

Tout d’abord je vous dois des excuses: la guerre en Ukraine m’a tenu éloigné de cette lettre pendant un mois, même si une douzaine d’éditoriaux sur le sujet ont, entretemps, maintenu le lien avec les lecteurs du Figaro. La guerre n’est certes pas finie – loin de là sans doute –, mais je vais m’efforcer de reprendre le fil de nos échanges hebdomadaires. En commençant par une question cruciale: au-delà de l’Ukraine, y a-t-il un risque de contagion en Europe? Beaucoup s’inquiètent de savoir si nous sommes à l’orée d’une «Troisième guerre mondiale»: faut-il prendre ce risque au sérieux?

Un signe de protestations accroché devant l’ambassade d’Ukraine à Tallinn, Estonie. BENOIT TESSIER / REUTERS

Ukraine, quel risque de contagion ?

Aléas. On prête à Adolf Hitler cette remarque pour une fois sensée: «Le commencement de chaque guerre, c’est comme ouvrir la porte d’une pièce obscure: on ne sait jamais ce qui se cache dans le noir.» Vladimir Poutine a lancé l’invasion de l’Ukraine, confiant que ses forces d’assaut allaient percer les défenses adverses, pénétrer jusqu’au cœur du pouvoir à Kiev, tuer ou capturer le président Zelensky…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 89% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ? Connectez-vous