Pourquoi l’équipe de France «délaisse» le Stade de France

Réservé aux abonnés

Depuis la victoire à la Coupe du monde en 2018, la bande à Didier Deschamps a évolué à seulement 14 reprises à Saint-Denis Florent BOSSAN/Florent – stock.adobe.com

Pour les finances de la FFF, touchées par la crise du Covid-19, les rencontres loin de Paris s’avèrent plus rentables.

Vingt-cinq ans que le public de Strasbourg attendait d’entrevoir l’équipe de France en Alsace. Sans surprise, les 22.000 billets du stade la Meinau ont été pris d’assaut par les supporteurs sevrés de rencontres de la sélection depuis le 29 mai 1996 et un match amical face à la Finlande (2-0) en préparation de l’Euro. Un rendez-vous bien négocié ce soir-là, avec des buts de Patrice Loko et Reynald Pedros sous les ordres d’Aimé Jacquet. Autre temps, autre époque.

À lire aussiCovid-19: le vaccinodrome du Stade de France ouvre ses portes

Trop rare pour ne pas être souligné, les champions du monde n’évolueront pas au Stade de France pour cette rentrée de septembre puisque, après Strasbourg, puis Kiev samedi, ils recevront mardi la Finlande à Décines, antre de l’OL. La première raison de ces «délocalisations» est simple, l’enceinte dionysienne est en travaux en vue des JO 2024 et cette fenêtre internationale ne tombait pas forcément bien côté calendrier.

Le prix de la location

Dans le contrat qui lie la FFF au consortium du Stade de France – estimé autour de 8 millions d’euros par saison et

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 68% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ pendant 2 mois

Déjà abonné ? Connectez-vous