Rendez-vous incontournable de la jeunesse, la fête du Nouvel An perturbée par la question du test de dépistage

Réservé aux abonnés

Par Maud Kenigswald

Publié , Mis à jour

L’autotest reste un moyen efficace de précaution avant un regroupement familial ou festif. Hanna Sachau/Plainpicture

TÉMOIGNAGES – Pour profiter de la Saint-Sylvestre, les jeunes sont appelés à être responsables. Des précautions face à la pandémie qui pourraient bien semer la zizanie.

Le nouvel an est sauf. Les Français ne seront pas privés de sortie pour le réveillon, mais le gouvernement en appelle à leur responsabilité. Une demande plus ou moins bien entendue par les plus jeunes, pour qui cette fête est un rendez-vous incontournable.

À lire aussiCovid-19: le feu d’artifice et les concerts du Nouvel An sur les Champs-Elysées annulés

«Notre volonté d’adapter nos dispositifs de manière proportionnée nous conduit à écarter toute mesure de couvre-feu» pour la soirée du 31 décembre, a pourtant indiqué Jean Castex lundi dernier. La phrase du premier ministre a sonné comme une délivrance. En l’écoutant, Julien, 24 ans étudiant à Rennes, s’est détendu devant son écran d’ordinateur: «Ouf, pas besoin de chercher des subterfuges…» Mais, entre ceux qui prônent le strict respect de la règle et ceux qui cherchent à biaiser, la question des tests de dépistage contre le Covid-19 pourrait bien semer la zizanie.

«J’attends avec impatience de vous retrouver, mais j’aimerais que chacun réalise un test antigénique avant la soirée.» Ce message que Camille, 23 ans, étudiante en pharmacie…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 79% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà abonné ? Connectez-vous

Rendez-vous incontournable de la jeunesse, la fête du Nouvel An perturbée par la question du test de dépistage

S’ABONNER

S’abonner