SailGP : La victoire et le million de dollars pour des Australiens intouchables en finale

L’équipage australien vainqueur du SailGP 2021-2022. @SailGP

Tom Slingsby et son équipage ont conservé leur titre, dimanche à San Francisco.

À San Francisco

La finale de la saison 2 du SailGP, circuit de régates en flotte spectaculaires disputées sur des catamarans volants, a consacré pour la 2e fois consécutive l’équipe australienne, dimanche à San Francisco. Déjà vainqueurs à Marseille en 2019, le barreur Tom Slingsby et son équipage (Jason Waterhouse, Kyle Langford, Sam Newton, Kinley Fowler et Nina Curtis) ont survolé la finale disputée face aux Américains et aux Japonais dans des petits airs instables (5 à 12 nœuds). Auteurs d’un départ canon en exploitant parfaitement une risée, les Australiens ont vite pris leurs distances et n’ont jamais tremblé pour empocher le chèque d’un million de dollars promis aux vainqueurs.

«C’est génial de rester au top et de pouvoir se considérer comme le meilleur équipage au monde. C’est plus important que l’argent», a glissé un Slingsby aux anges une fois rentré au Yacht Club de San Francisco avec la coupe sous le bras. À noter que la finale a été perturbée par la présence d’une baleine dans la zone de course, contraignant la direction de course à donner un nouveau départ.

Au final, l’Australie, vainqueur de plus de la moitié des épreuves (5 sur 8), remporte la saison 2 devant le Japon et les États-Unis. Suivent la Grande-Bretagne (4e), la Nouvelle-Zélande (5e), le Danemark (6e) et l’Espagne (7e). La France, qui a changé de barreur en cours de saison (Quentin Delapierre a remplacé Billy Besson), termine 8e et dernière. La 3e saison du SailGP débutera les 14 et 15 mai prochains aux Bermudes. Les équipages disputeront neuf manches dont une à Saint-Tropez (comme en 2021) les 10 et 11 septembre. Deux équipes supplémentaires participeront : le Canada et la Suisse.

Après une journée difficile samedi, l’équipage français a connu une dernière journée mouvementée en raison d’une collision avec le bateau néo-zélandais lors de la dernière régate avant la finale. Plus de peur que de mal pour Quentin Delapierre et les Bleus victimes d’un – rare – moment d’inattention de la part de Peter Burling, le double vainqueur de la Coupe de l’America.

On s’est tous protégés, on a vu le truc arriver.

Quentin Delapierre

«On était à 35-40 nœuds et il a fallu qu’on passe derrière les Anglais. Les Kiwis sont arrivés de derrière et nous sont montés dessus, raconte Quentin Delapierre. Ça fait bizarre sur le moment. On s’est tous protégés, on a vu le truc arriver… Leur coque est montée au-dessus de la nôtre. On se retrouve près des safrans et des foils très coupants. Heureusement on a réussi à se protéger rapidement mais derrière on se retrouve dernier avec un sentiment très amer». Avec une 4e et une 6e places dimanche, les Français terminent l’événement de San Francisco à la 7e place (sur 8).

À lire aussiMontez à bord du F50, le catamaran volant le plus rapide du monde

Voile : la finale du SailGP en quinze images spectaculaires à San Francisco

Accéder au diaporama (15)

SailGP : La victoire et le million de dollars pour des Australiens intouchables en finale

S’ABONNER

S’abonner