Sapin, boules, cadeaux… D’où viennent les traditions de Noël ?

DÉCRYPTAGE – L’esprit de Noël est le fruit de traditions immuables aux racines parfois très anciennes.

Il y a ceux dont le rituel est de regarder les mêmes films chaque année. D’autres font le tour des églises de villages pour visiter les crèches. D’autres encore contemplent les vitrines des grands magasins avec leurs enfants, émerveillés. Chaque tradition de Noël, qu’elle soit religieuse ou non, a la même aspiration : contribuer à l’esprit de Noël qui habite cette période de l’année pleine de joie et d’espérance.

À lire aussiFrançois Walter : «On est passé du Noël chrétien de l’espérance au Noël laïcisé de la nostalgie»

«Noël représente un besoin de se raccrocher à un mystère qui nous dépasse, à quelque chose qui est plus ancien que nous, qui est au-dessus de nous et qui nous raconte d’où l’on vient», explique le journaliste François-Xavier Maigre. Rédacteur en chef de Pèlerin, il a réuni plusieurs grands auteurs qui proposent dans l’ouvrage «Esprit de Noël» 10 contes contemporains.

Dans un monde instable, «la fête de Noël et ses traditions sont particulièrement rassurantes», poursuit le journaliste. Quelles sont les traditions qui contribuent à cet esprit de Noël ? Et où trouvent-elles leurs origines ?

À lire aussiQuelle est l’origine de la fête de Noël?

Pourquoi fête-t-on Noël le 25 décembre ?

Noël trouve son point d’ancrage au 4e siècle, lorsque le pape Libère a établi la naissance du Christ au 25 décembre. Depuis lors, les chrétiens célèbrent à cette date la Nativité, la naissance de Jésus à Nazareth. Pour François Xavier Maigre, cette fête religieuse rappelle que «Dieu n’est pas quelque chose de désincarné, de lointain, d’abstrait» : «Très concrètement c’est un enfant qui est né sur la paille, à travers lui c’est de dire que quelque chose peut naître à chaque instant. Noël c’est la promesse que nos vies vont être fécondes». Le journaliste a la conviction que Noël n’est pas l’apanage des seuls chrétiens : «C’est une fête qui s’adresse à tout le monde, le Christ est né pour l’humanité tout entière».

Depuis toujours, les civilisations de l’hémisphère nord sont soumises au solstice d’hiver – lorsque l’un des pôles de la Terre atteint son inclinaison maximale par rapport au soleil-. «Les jours diminuaient jusque-là, personne n’était sûr de revoir le soleil», raconte au Figaro Abdu Gnaba, anthropologue et professeur à l’université de Strasbourg. Toutes les sociétés ont fêté, d’une façon ou d’une autre, l’espoir du retour de la lumière. Les saturnales romaines -fêtes à l’honneur de Saturne- se célébraient alors le 17 ou le 24 décembre, selon les historiens : c’était au tour des maîtres de servir les esclaves ; on s’amusait, recevait des cadeaux, on offrait des figurines aux enfants…

À lire aussiPour en savoir plus : pourquoi fête-t-on Noël le 25 décembre?

Quand est apparu le sapin de Noël ?

D’après l’anthropologiste Abdu Gnaba, le sapin de Noël trouve son origine dans une histoire: «On raconte que Saint Boniface, en voulant convaincre des prêtres germains que le chêne n’était pas un arbre sacré, a fait abattre un vieux chêne. Celui-ci, en tombant, a écrasé tout sur son passage… sauf un jeune sapin.» À la suite de ce miracle, le moine a nommé l’épicéa l’«arbre de l’enfant Jésus», rapporte-t-on. «Depuis, il est établi que le sapin est l’arbre de la résurrection, d’autant que ses feuilles très résistantes renforcent sa légende», continue l’anthropologue.

À lire aussiD’où vient le «sapin» de Noël?

Le sapin est l’un des éléments indispensables à Noël. Et pourtant, son apparition est assez récente en France : il est arrivé par l’Alsace Lorraine en 1521. En effet, des parchemins d’époque ont été retrouvés, attestant que les autorités surveillaient les sapins de la forêt de la commune de Sélestat (Bas-Rhin) pour que les habitants n’en abattent pas trop. Deux siècles plus tard, en 1738, Marie Leszczynska, épouse de Louis XV, plante le premier sapin à Versailles.

Ce n’est qu’en 1982 que l’épicéa aux feuilles rigides fait son entrée au Vatican, sous le pontificat de Jean-Paul II. Le tout premier sapin de Noël provenait d’Italie et depuis lors, un arbre est offert par un pays ou une région européenne différente chaque année. Pour 2021, l’arbre est originaire d’Andalo, un petit village italien des Dolomites de Paganella.

À lire aussiLe sapin de Noël, une tradition bien enracinée

Pourquoi des boules, des guirlandes et une étoile ?

Que vous évoquent les décorations contemporaines de Noël ? D’après l’anthropologue Abdu Gnaba, «les boules et les guirlandes symbolisent les constellations, le cosmos et le retour à la lumière». Tout en haut du sapin, trône l’étoile de Bethléem, celle qui guida les rois mages jusqu’à Bethléem.

Les boules de Noël ont une autre signification : le sapin représente également «l’Arbre de la connaissance du bien et du mal, du jardin d’Eden, dont la pomme a été mangée par Adam et Eve», continue l’anthropologue. C’est pourquoi, pendant longtemps, le sapin de Noël était décoré de fruits, notamment de pommes. On raconte que celles-ci furent remplacées par des boules, par un artisan verrier, en 1858, à la suite d’une très mauvaise récolte.

À lire aussiIlluminations de Noël et décorations extérieures : que dit la loi ?

À VOIR AUSSI – Les décorations de Noël illuminent New York à l’approche des fêtes

Quelle est l’origine du Père Noël ?

Si la figure actuelle du Père Noël dans son costume rouge a été fixée par Coca Cola, il trouve son origine dans un personnage chrétien. «C’est un héritage de Saint-Nicolas, et des migrants américains», fait savoir le journaliste François Xavier Maire. En effet, au début du 17e siècle, des Hollandais émigrent aux États-Unis où ils continuent de célébrer la Saint-Nicolas, un évêque de Myre au 4e siècle, une ancienne ville de l’actuelle Turquie. Sinter Klaas, le saint patron des enfants, devint alors Santa Claus.

Finalement, comme l’a résumé Martyne Perrot dans son ouvrage, Faut-il croire au père Noël. Idées reçues sur Noël, le Père Noël «est un personnage migrant, qui a pris un peu de tous les pays où il est passé et il est riche d’emprunts culturels divers».

À lire aussiD’où vient la bûche de Noël?

Quelle est l’origine des cadeaux de Noël ?

Les cadeaux qui trônent au pied du sapin ont une origine très ancienne. En effet, dès l’Antiquité, pendant les Saturnales, on célébrait le solstice d’hiver le 21 décembre et le Dieu Mithra le 25. Pour ces fêtes annonciatrices du retour de la lumière, il était coutume d’offrir des étrennes. Les cadeaux seront ensuite rattachés à la nativité, en référence aux présents offerts par les rois mages à Jésus, dans le récit de la Nativité.

Aujourd’hui, les cadeaux créent un lien avec une personne, d’après l’anthropologue : «C’est un peu comme si l’on prouvait les liens d’amour que l’on a avec les uns et les autres. Nous souhaitons montrer que l’on connaît l’autre, et pour cela, il faut anticiper son désir. C’est pourquoi l’on demande aux enfants d’écrire leur lettre au Père Noël.

À lire aussiNoël : quels sont les jouets déposés sous le sapin depuis 1945 ?

Le journaliste François Xavier Maigre conclut : «L’être humain est fait pour le partage, pour la joie, pour la pulsion vitale. On peut parfois l’oublier parce qu’on est pris par l’usure du quotidien. Noël est là pour nous rappeler ce que sont la simplicité et le relèvement.»